Aller au contenu principal

La Région au chevet des projets de méthanisation sur le territoire

Le biogaz se développe de plus en plus en Nouvelle-Aquitaine qui promeut ce secteur. La politique de la Région en faveur de la méthanisation est très concrète : des aides à l’investissement, la mise en place des dispositifs MéthaN-Action et Terra Énergies ou encore la création d’un fonds d’investissement régional qui soutient le développement des énergies renouvelables.

  

À ce jour, en Nouvelle-Aquitaine, on dénombre pas moins de 110 unités de méthanisation en fonctionnement.
© Chambre d'agriculture 64 - F. Delage

La Région a ainsi créé le dispositif MéthaN-Action qui est financé par l’Ademe et le conseil régional. Son objectif est d’accompagner le développement de la méthanisation. Il est animé par la FRCUMA qui s’appuie sur ses réseaux départementaux et locaux afin d’assurer une plus grande proximité avec les porteurs de projets.

Le but de ce dispositif est d’accompagner les entrepreneurs dès le début de leur volonté de transition énergétique. La finalité étant d’arriver à des unités performantes, tant sur le plan économique que sur le plan social et environnemental. Cela se traduit par la présence de la Région dans le domaine du conseil et de l’information, pour toute personne intéressée par la méthanisation ; mais aussi par la mise en place de formations, de circuits de visites ainsi que de journées d’échanges.

Le conseil régional est très impliqué quant au développement de la méthanisation sur le territoire. Ils ont eu l’occasion de mettre en œuvre différentes études qui ont permis d’arriver à une estimation de l’autonomie du biogaz.

Objectifs ambitieux

D’ici 2050, en effet, la Nouvelle-Aquitaine ambitionne de combler la demande régionale. Mais pour ce faire, elle devra multiplier sa production de biogaz par 120. Ce projet est plutôt bien avancé, puisque la région a multiplié par 5 sa production de biogaz entre 2018 et 2021 et qu’au 1er janvier 2022, on compte, 110 unités de méthanisation en fonctionnement dans la région.

À ce jour, la production de biogaz en Nouvelle-Aquitaine est telle qu’elle pourrait couvrir la totalité des importations de gaz provenant de Russie. Le projet est abordé avec grand sérieux et une étude a même été faite pour atteindre cet objectif dans les plus brefs délais.

Transition verte

Ce travail prend en compte les enjeux actuels et a été réalisé sans conflit d’usage, sans utilisation de cultures dédiées uniquement à la production d’énergie et tout cela dans l’objectif d’arriver à un prix compétitif.

En effet pour la Région, la méthanisation représente l’avenir en termes de ressources énergétiques, non seulement à l’échelle régionale, mais plus largement à l’échelle nationale. La Nouvelle-Aquitaine exprime parfaitement cette volonté de prioriser le biogaz, notamment depuis 2012, où la majorité de ses mécanismes de soutien ont été créés. En effet, la Région Nouvelle-Aquitaine a subventionné 32 unités dont la moitié lors de l’année 2019 ; elle a aussi lancé des appels à projets en vue d’augmenter l’utilisation du BioGNV, que ce soit pour la vente de véhicules ou bien dans la création de stations-service.

Enfin, elle a appelé à manifester l’intérêt pour la production de gaz vert en facilitant ou sollicitant la création de procédés «démonstrateurs industriels» ou de «plates-formes de démonstration». Quoi qu’il en soit, l’implication de la Région dans la transition au bio méthane est plus qu’évidente et elle soutient les petits acteurs locaux mais aussi les grands industriels à se lancer dans ce projet au plus vite, afin d’arriver à son objectif initial qu’est le 100% gaz vert en 2050.

Amandine Dufau

Au sommaire de notre dossier Méthanisation

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon