Aller au contenu principal

Bernard Layre : «Créer une dynamique et accompagner les agriculteurs»

Le vice-président de la chambre régionale d’agriculture, analyse l’enjeu à venir autour de la production d’énergie verte.

Bernard Layre, vice-président de la chambre régionale de l’agriculture, croit au développement de la méthanisation.
© Le Sillon.info

Quelles sont les actions conduites par la chambre d’agriculture pour le développement de la méthanisation ?
Bernard Layre - Nous avons mis en place un programme régional baptisé MéthaN-Action. Ce programme est un partenariat avec la FRCUMA, soutenu par le conseil régional et l’Ademe. Son objectif est très simple : pouvoir accompagner les projets de la conception jusqu’à la réalisation. Sur le terrain, nous avons des techniciens et des chargés de mission dans chaque département pour être au plus près des porteurs de projet. Ils sont les référents des agriculteurs qui souhaitent se lancer dans la méthanisation.

Il faut également travailler en amont du projet. Nous avons notamment un partenariat avec l’Apesa qui a pour objectif de bien prendre en considération tout l’environnement du projet pour une meilleure acceptabilité sociétale.

C’est important cet aspect sociétal dans la construction d’un projet? Cela permet-il de rassurer les riverains ?
B. L. - C’est un aspect majeur. Car de cette acceptation découlera le temps de réalisation du projet. Un projet peut prendre 2 à 3 ans comme 6 ans… Il faut donc expliquer et éduquer. Les gens doivent comprendre que la méthanisation aujourd’hui fonctionne parfaitement. La technologie et la maîtrise technique ont fortement évolué. En matière d’externalité négative, il n’y a aucun souci avec les méthaniseurs. Il n’y a pas de nuisances olfactives, les effluents sont bien maîtrisés.

En quoi consiste cet accompagnement des porteurs de projet prévu par MéthaN-Action ?
B. L. - L’accompagnement va du début à la fin du projet : le financier, l’administratif, la technique… Tout entre en ligne de compte. L’agriculteur a un bureau d’études pour se faire accompagner, mais MéthaN-Action, c’est l’accompagnement de coordination, la recherche des financements. C’est l’appui pour rassurer l’agriculteur ou les porteurs de projet.

La méthanisation est une filière qui connaît un fort engouement. Quel intérêt peuvent avoir les agriculteurs de se lancer ?
B. L. - Dans le cadre de la feuille de route Néo Terra, le conseil régional a fixé un cap : avoir 30% de gaz vert en 2030 et être autonome en 2050. Pour pouvoir être autonome en 2050, il faudra 750 méthaniseurs en Nouvelle-Aquitaine et donc réaliser deux méthaniseurs par département et par an. Ce n’est pas la mer à boire.

La méthanisation fait partie des solutions qui nous permettront de se substituer aux énergies fossiles. Il faut une multiplicité de solution, avec par exemple l’agrivoltaïsme ou l’hydroélectricité. Je pense que la méthanisation est une vraie filière d’avenir et surtout un véritable enjeu pour un complément de revenu pour les agriculteurs.

Après dans toute énergie renouvelable, il ne faut pas qu’il y ait de concurrence avec l’alimentaire. Nous y veillerons.

Quel message adresser aux agriculteurs qui hésitent ?
B. L. - Leur dire que c’est un complément de revenu. Leur dire aussi qu’il faut adapter le modèle économique, car si le tarif sur la cogénération est maintenu, sur l’injection il y a une dégressivité des prix qui doit être compensée par un bon rendement énergétique. Tout ceci nécessite un accompagnement du quotidien. Mais on se rend compte que les méthaniseurs lancés ces cinq dernières années sont rentables et productifs.

Propos recueillis par Y. Allongue

Au sommaire de notre dossier Méthanisation

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Les syndicats investissent le site d'Intermarché

Après la base logistique de Scalandes, la FDSEA et les JA 40 continuent de cibler la grande distribution.

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

Ovinpiades : Alexis Toulet-Blanquet et Iris Soucaze en route pour Paris

La 19e édition du concours a été remportée par deux élèves de l’Agrocampus 64. Ils sont qualifiés pour les finales…

La FDSEA et JA 40 poursuivent leur mobilisation et ciblent la grande distribution

Les représentants syndicaux ont été extrêmement déçus par les échanges avec la préfète et ses services. Des actions ciblent…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon