Aller au contenu principal

La filière laitière du Sud-Ouest «à la croisée des chemins»

Lorsque le Criel (interprofession laitière) de Nouvelle-Aquitaine se tourne vers l’horizon 2030, il ne sait pas s’il doit regarder à droite ou à gauche. À droite, il y a la stratégie agro-environnementale entamée depuis plusieurs années sous la pression des consommateurs. À gauche, il y a l’option de la souveraineté alimentaire, érigée en nécessité ces derniers temps. Impossible de suivre ces deux stratégies, alors que la production laitière française est en diminution constante.

file-Ces cinq dernières années, la Nouvelle-Aquitaine a perdu un quart de sa production laitière.
© Réussir

En Nouvelle-Aquitaine, la baisse de la collecte a été de 25% entre 2015 et 2021 (5% en France). «Le maintien de la production à un niveau significatif devient difficile, alerte Benoît Rouyer, le directeur du pôle économie et territoire du Cniel, lors d’un point sur les perspectives de la filière laitière à 2030. Certaines régions pourraient basculer sous le seuil critique de production». Ainsi, la Nouvelle-Aquitaine transforme à présent plus de lait que son territoire n’en produit.

De plus, pour maintenir la production actuelle, soumise à la déprise, une étude de l’Idele a montré qu’en France, il faudrait que chaque coexploitant reprenne 16 vaches d’ici 2030 pour stabiliser le cheptel laitier. Le chiffre monte même à 22 en Nouvelle-Aquitaine. «On voit bien qu’on arrive à quelque chose qui est impossible à réaliser», pose le responsable national. Un avis partagé par Christophe Limoges, le président du Criel. «Dans ce cas, il faudrait aller vers un élevage intensif rejeté par les consommateurs et réaliser un saut de productivité jamais vu, sans compter qu’il faut avoir le foncier et les bâtiments en face.»

Investir

Cette situation posée, les administrateurs du Cniel ont conscience de la nécessité d’agir dès maintenant. Le moment semble propice pour Frank Michel, économiste à la chambre régionale d’agriculture. «Les planètes sont alignées : les taux d’intérêt sont tels que c’est comme si les investisseurs plaçaient de l’argent à 4%, les plans de relance sont là. Nous sommes dans la même situation favorable que dans les années 1970.» En parallèle, le retard des coops laitières en termes de structuration par rapport aux coops d’Europe du Nord se comble progressivement, du fait des nombreuses fusions.

À l’export également, il y a des opportunités. «De 1991 à 2009, les 1.000 litres de lait français coûtaient 150€ de plus que ceux de Nouvelle-Zélande. Ces dernières années, l’écart était plutôt de 30 à 40€, ce qui n’est pas insurmontable», présente Benoît Rouyer. Toutefois, si la croissance à l’export vers les pays tiers est régulière, la situation est plus complexe au sein de l’Union européenne, où les importations de produits laitiers augmentent (+91% en fromages de 2010 à 2020 par exemple) et où on observe un solde négatif structurel pour le beurre.

Cinq grands axes de travail

C’est la raison pour laquelle le conseil d’administration du Cniel a lancé la préparation de l’horizon 2030 dans son prochain projet triennal (2023-2025). Des ateliers prospectifs ont commencé l’année dernière en région et doivent apporter des éléments de réponses à de nombreuses interrogations : va-t-on partir sur des produits premium ou sur des entrées de gamme, qui peuvent s’écouler plus facilement vers l’Afrique ou l’Asie ? Quel va être le standard du lait, alors que la mode du sans (sans OGM notamment) semble devenir la norme ? Quelle va être la part des produits végétaux (lait d’amande, de soja…) ?

Les questions sont nombreuses et s’articulent autour de cinq grands axes : responsabilité et résilience, attractivité, compétitivité et valorisation, alimentaire et enfin diversité et ouverture. De vastes sujets qu’il faudra prioriser «car on ne pourra pas travailler en profondeur sur tous», insiste Benoît Rouyer. En tout cas, alors que la pyramide des âges donne un sentiment d’urgence, tous les professionnels s’accordent à le dire : «Nous sommes à la croisée des chemins.»

Carole Lumineau

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon