Aller au contenu principal

Des fraudes juteuses menées par des importateurs malveillants

Au mépris de la réglementation applicable en matière de traçabilité des produits alimentaires, grossistes et revendeurs étrangers malveillants usurpent l’origine française des fruits et légumes car elles bénéficient d’une valorisation plus importante. Le kiwi n’échappe pas à la fraude. Une pratique qui a poussé le BIK (Bureau interprofessionel du kiwi) à réagir et à saisir la DGCCRF.

Toujours engagée contre la fraude à la francisation des kiwis, l’interprofession poursuit son investigation aux côtés de la DGCCRF.
© B.D - Le Sillon
 

Au sommaire de notre dossier Kiwi de l'Adour

Le système de francisation de fruits est bien rodé : les importateurs achètent des kiwis italiens et grecs, à un prix inférieur au fruit français et le revendent sous l’étiquette “Origine France” à un tarif nettement supérieurs à celui des kiwis italiens ou grecs. Un manège d’achat/revente qui leur permet de dégager des marges substantielles illicites.

«Sur des dossiers récemment jugés, ils parviendraient à tirer des marges faramineuses en proposant leurs faux kiwis français entre 14 et 17% moins cher en moyenne. Dans l’affaire de Privas, en Ardèche, jugé le 9 juin 2020, c’était 34% de moins», souffle Adeline Gachein, la directrice du BIK (Bureau national interprofessionnel du kiwi).

Ce qui a mis la puce à l’oreille de plusieurs professionnels de la filière, ce sont les prix défiant toutes concurrences affichés par les importateurs. «Au vu des quantités proposées et des prix, cela paraissait impossible de présenter du kiwi français à ces tarifs-là», analyse la directrice de l’interprofession.

Cette situation exaspère les professionnels puisque ces agissements ont pour conséquence de déstabiliser la filière de production et de commercialisation du kiwi français : elles viennent augmenter l’offre de kiwis disponibles sur le marché, ce qui entraîne, mécaniquement, une baisse des prix.

Discrédit moral et financier

En achetant des kiwis à moindre prix, les sociétés qui pratiquent la francisation peuvent se permettre de commercialiser en dessous du marché (14 à 17%). Cela leur permet de se placer pour obtenir des parts du secteur, entraînant ainsi l’ensemble du marché dans une spirale descendante et obligeant les opérateurs honnêtes à réduire leurs marges, voire perdre de l’argent pour conserver des marchés.

Mais ce n’est pas la seule conséquence pour la filière française de kiwis. Cette fraude discrédite directement l’authenticité et la valeur de l’origine France. «Ces opérations nuisent à tout le travail de communication entrepris notamment par notre interprofession et par les acteurs de la filière.»

Pour en finir avec cette situation, la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a été saisie par le BIK pour prouver que des volumes de kiwis italiens avaient été francisés. Le BIK s’est porté partie civile pour l’ensemble de ces procès. Après avoir été alertée le 1er mars 2017 par l’interprofession, la DGCCRF a conduit une enquête au sein de la filière française de négoce du kiwi afin de contrôler la loyauté des informations relatives à l’origine des kiwis commercialisés en France et l’existence éventuelle de pratiques de francisation durant la période de mars 2015 à mars 2018. En parallèle, des matières actives homologuées en UE mais non en France sur des kiwis étiquetés origine France ont été détectées.

L’ouverture de cette enquête a conduit aux contrôles d’une quarantaine de structures et a abouti à l’établissement de cinq procès-verbaux pour délit de tromperie sur l’origine concernant sept entreprises (six sociétés françaises et une entreprise italienne). Par ailleurs, la francisation a pénalisé financièrement les producteurs français : en entraînant les prix vers le bas, les kiwiculteurs ont été moins bien payés.

Mais le dossier n’est pas encore clôturé. «En 2021, deux procès ont eu lieu à Montauban. Un autre est en attente au tribunal d’Agen. Nous restons en veille», précise la directrice du BIK. Depuis l’enquête de la DGCCRF, le prix payé aux producteurs a crû de plus de 60%. Ce manque à gagner représente plus de 88 millions d’euros sur les trois récoltes de l’enquête. Avec une meilleure rémunération, ce sont 1.265 hectares de vergers de kiwis qui auraient pu être plantés…

B. Ducasse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Les syndicats investissent le site d'Intermarché

Après la base logistique de Scalandes, la FDSEA et les JA 40 continuent de cibler la grande distribution.

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

Ovinpiades : Alexis Toulet-Blanquet et Iris Soucaze en route pour Paris

La 19e édition du concours a été remportée par deux élèves de l’Agrocampus 64. Ils sont qualifiés pour les finales…

La FDSEA et JA 40 poursuivent leur mobilisation et ciblent la grande distribution

Les représentants syndicaux ont été extrêmement déçus par les échanges avec la préfète et ses services. Des actions ciblent…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon