Aller au contenu principal

Repli d’estives : plus de 100 rotations sur 2 jours

Prévues initialement en début du mois de septembre, les opérations de repli d’estives ont finalement été repoussées à lundi 19 et mardi 20-, suite à la demande d’une immense majorité de bergers, en raison de la canicule et la sécheresse qui ont entraîné de graves répercussions par rapport à l’alimentation en plaine des animaux.

«En bas ça aurait été une vraie catastrophe en raison de la sécheresse et de la spéculation en cours sur le fourrage», explique René Mouniague, berger à Escot, monté en estives au sein de la cabane d’Aule, en compagnie de Serge Lechardoy d’Ogenne-Camptort, et de leurs 900 brebis. L’IPHB lui a permis, grâce à l’hélicoptère affrété par la société Héli Béarn, de redescendre en sus du matériel, quelque 600 fromages conçus durant la saison.

« Tout le monde n’a pas forcément conscience, mais six jours de plus d’estives, c’est en moyenne 2.500 € d’économisés par les bergers par rapport à la nourriture de leur bétail», explique Didier Hervé, le directeur de l’IPHB.

Concernant le matériel, l’initiative démarrée il y a quelques années, avec l’héliportage de trayeuses, est en plein essor. Pour preuve, cette année, elles ont été au chiffre de cinq à être ainsi transportées sur les hauteurs pyrénéennes. Une opération impossible à réaliser sans l’hélicoptère.

Chiffres doublés

Si de plus en plus de bergers montent une trayeuse électrique en estive, c’est qu’un constat s’est imposé : lorsqu’une bête est trait à la machine, elle s’y habitue et produit une belle quantité de lait, le retour brutal d’une traite à la main l’indispose, l’animal retient son lait et produit moins. «Pire encore, renchérit Didier Hervé, l’homme doit multiplier d’efforts sur ses mains, ce qui lui créé d’importantes tendinites et autres inflammations. Or, la main, c’est l’outil principal d’un agriculteur en général et d’un berger en particulier. Dès lors, chacun comprend qu’il faut maintenir le confort de travail de tous en montant ce matériel».

À l’image de celui héliporté à Peyrelue pour Rémi Loustau, afin de lui permettre de faire son fromage de brebis, qu’il redescendra vers la mi-septembre. Tout cela au prix d’un parfait professionnalisme du pilote, Philippe Tisné, leur pire ennemi, le vent, ayant eu la très mauvaise idée de se lever juste avant le délicat héliportage. Mais la bataille fut remportée avec brio par ce magicien de l’air, avant que le dieu Eole ne prenne sa revanche quelques minutes plus tard en poussant les nuages pour boucher l’accès aux estives. La victoire finale reviendra aux hommes dans les jours suivants. Et c’est très bien ainsi.

Fabrice Borowczyk

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Végétaelis, une vitrine ambitieuse de l’agriculture de demain
C’est un salon d’un nouveau genre qui va prochainement voir le jour dans la capitale du Béarn. Investissant le Parc des…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon