Aller au contenu principal

Prévoir la récolte de fourrage dès la floraison du maïs

Noter la date de floraison du maïs fourrage permet de mieux anticiper la date de récolte et aide les éleveurs, les CUMA et les entrepreneurs à planifier les chantiers et donc à améliorer la qualité des ensilages pour les élevages. On pourra, également, en profiter pour repérer les adventices passées au travers du programme de désherbage, et notamment la présence éventuelle de l’indésirable datura.

file-Une dizaine de jours après l’apparition des panicules, les soies pointent au sommet des épis, ce qui correspond à la floraison femelle du maïs, à partir de laquelle on peut anticiper la date de récolte.
Une dizaine de jours après l’apparition des panicules, les soies pointent au sommet des épis, ce qui correspond à la floraison femelle du maïs, à partir de laquelle on peut anticiper la date de récolte.

Pour mémoire, le stade floraison du maïs correspond à la floraison femelle qui se caractérise par l’apparition des soies à la pointe des épis, phénomène qui n’est donc pas visible de l’extérieur de la parcelle. Mais une petite astuce permet de l’anticiper. En effet, ce stade arrive 8 à 10 jours après la sortie des panicules au sommet des plantes, phénomène, lui, bien visible depuis le bord du champ.

La date de floraison du maïs équivaut au jour où la moitié des plantes ont des soies visibles à l’aisselle des feuilles. C’est le premier indicateur de la précocité de la culture.

Prévoir le stade optimal

Le stade optimal de récolte du maïs fourrage se situe entre 32 à 33% MS de la plante entière. Récolter à moins de 30%, c’est limiter le rendement et risquer des pertes de sucres au silo par écoulement de jus. Récolter à plus de 35% MS, c’est risquer d’altérer la qualité de conservation de l’ensilage et réduire la digestibilité des deux parties de la plante (amidon et tiges + feuilles). Dans les deux cas, moins de 30% et plus de 35% MS, la valeur énergétique du maïs fourrage n’est pas à l’optimum.

Certaines années, l’évolution du taux de matière sèche peut être très rapide en fin de cycle. Noter avec précision la date de floraison améliore la prévision de la date de récolte et permet de mieux anticiper ces situations.
«À partir du stade floraison, il faut compter entre 550 et 700 degrés-jour (base 6-30°C), selon la précocité de la variété, pour atteindre le stade optimal de récolte en plante entière du maïs… Cela représente entre 45 à 70 jours selon les régions et le climat», explique Michel Moquet, ingénieur fourrage chez Arvalis-Institut du végétal.

Un début froid et arrosé

Cette année, les semis se sont étalés de mi-avril à mi-mai, sur une plage habituelle pour le maïs fourrage. Avec un mois de mai largement déficitaire en températures, les levées ont été lentes. Le mois de juin, assez frais et très arrosé, n’a pu combler qu’une partie du retard des maïs qui ont peiné à s’installer. Cette année, les floraisons devraient donc être observées avec environ 5 jours de retard par rapport à 2020, ce qui correspond à une année normale à légèrement tardive. L’essentiel des parcelles devrait fleurir sur la dernière décade de juillet.

Quelle que soit la région, il existe évidemment une diversité importante des situations, notamment en matière de dates de semis. Cela veut dire qu’il faut aller visiter les parcelles au moment de la floraison pour en connaître la date précise. La qualité de l’ensilage en dépend !

Avec Arvalis-Institut de l’élevage

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Loi d'orientation agricole : le texte arrive à l'Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté en matière agricole et le renouvellement des générations en agriculture a…

Maïs : disparités entre semis

La météo très pluvieuse par endroits a retardé l’avancement des chantiers en Béarn et au Pays basque.

Punaise diabolique : la lutte dans les vergers se précise

Une dissection des punaises femelles a permis de déterminer le stade de la maturation ovarienne.

Aquitanima : les vedettes entrent en piste

Organisé ce week-end au parc des expositions de Bordeaux-Lac dans le cadre du Salon régional de l’agriculture, le concours des…

«Tous les viticulteurs ont eu accès au fonds d’urgence viticole»

La mobilisation de la FDSEA et des JA, soutenus par le député David Habib, a permis aux Pyrénées-Atlantiques de décrocher une…

Affectée par les conditions pluvieuses, la campagne de semis patine

Le groupe coopératif Maïsadour indique que moins de la moitié des surfaces prévues de maïs grain et spéciaux ont été…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon