Aller au contenu principal

L’université de Bordeaux ouvre une chaire dédiée à l’agriculture biologique

Deux enseignants-chercheurs formeront les ingénieurs agronomes à la problématique des sols et l’économie du marché de l’agriculture bio.

Thomas Nesme et Isabelle Masneuf-Pomarède sont co-titulaires de la chaire d’agriculture biologique lancée à Bordeaux.
© Bordeaux sciences agro

Thomas Nesme et Isabelle Masneuf-Pomarède sont co-titulaires de la chaire d’agriculture biologique lancée à Bordeaux lors de la dernière rentrée universitaire. Selon Thomas Nesme, enseignant-chercheur dans le domaine de la fertilité des sols, cette chaire entend «rapprocher les établissements d’enseignement et les entreprises. Il s’agit de travailler ensemble pour mener des projets de recherche, des formations en lien avec les besoins des entreprises. Et de former des ingénieurs agronomes adaptés au marché de l’emploi.»

Cette chaire est, en partie, financée par des mécènes — coopératives, entreprises agroalimentaires… — qui cotisent pour développer des travaux de recherche sans contrepartie ni exclusivité. «Cela permet de vulgariser les connaissances scientifiques notamment» souligne Thomas Nesme

Les axes de travail développés au sein de cette chaire se partagent en deux grands thèmes : la fertilité des sols, le stockage du carbone et la contribution de l’agriculture à la méthanisation ; et la perception du label bio par les consommateurs et la dynamique des marchés.

Synergies universitaires

Plusieurs départements de recherche travaillent conjointement à cette chaire. D’ici 2024, enseignants, chercheurs et partenaires structureront les actions menées et mobiliseront alors les étudiants autour de projets professionnels dédiés. Trois séminaires scientifiques de vulgarisation et des ateliers compléteront le dispositif.

Parmi les thèmes de recherche, les sols, dont Thomas Nesme s’est fait une spécialité. Pour lui, le problème est réel mais pas irréversible. «Les sols morts ne sont pas seulement des paroles de chercheurs. C’est sûr, qu’il y a une baisse des stocks de matières organiques dans les sols. Et c’est un sujet important : c’est le carburant des sols. Mais, cela ne veut pas pour autant dire que c’est irréversible».

En effet, en agriculture biologique, on observe plus d’activité biologique et des sols plutôt de bonne qualité. Pour l’enseignant, la question est autre : «y aura-t-il suffisamment de matière organique à apporter si l’agriculture biologique se développe beaucoup. Il faut aussi se poser la question de labours plus fréquents ou du contrôle des adventices sans herbicides…»

Des problèmes réels auxquels la science peut apporter des réponses à appliquer sur le terrain. Ceci nécessite des recherches adaptées et des ingénieurs bien formés à ces nouvelles problématiques pour aider l’agriculture à poursuivre sa mutation. Et cette nouvelle chaire «qui n’est pas un club fermé» y contribuera.

M. Robert

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Maïs : un nouveau site Internet pour recruter les castreurs

Job maïs semences permet aux producteurs de constituer leurs équipes.

Aquitanima : les vedettes entrent en piste

Organisé ce week-end au parc des expositions de Bordeaux-Lac dans le cadre du Salon régional de l’agriculture, le concours des…

Un orage soudain et dévastateur frappe la Soule et le Béarn

Des pluies diluviennes sont tombées dans un couloir qui va de Mauléon à Laàs. Gestas a été la commune la plus touchée. Un…

Maïsadour et les MFR signent un partenariat en faveur de la transmission et l’installation

Cette démarche a pour objectif de faciliter la transmission des exploitations entre cédants et apprenants des établissements…

Loi d’orientation agricole : le texte adopté par l’Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture a été adopté…

Les Landes ont brillé au salon Aquitanima

Les éleveurs du département ont décroché les prix les plus prestigieux en race Bazadaise, à l’image de Joël Sillac, mais aussi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon