Aller au contenu principal

L’interprofession des volailles à la reconquête des marchés

Après les périodes de confinement et surtout l’épisode de grippe aviaire H5N8 de l’hiver dernier, la filière française de volailles retrouve quelques couleurs. Mais les importations représentent 39% des volailles consommées dans l’Hexagone au premier semestre 2021. C’est pourquoi, l’interprofession (Anvol) a lancé un manifeste demandant aux citoyens de «soutenir les éleveurs».

file-Les importations représentent 39% des volailles consommées en France.
Les importations représentent 39% des volailles consommées en France.

Sur la dernière année, la consommation française de volailles est restée stable avec 1,88 million de tonnes (Mt) consommées sur tout le territoire contre 1,90 Mt en 2020. «La France reste le troisième pays consommateur de volailles», s’est réjoui, Paul Lopez, président de la Fédération des industries avicoles, lors d’une conférence de presse organisée le 7 septembre.

Seulement les disparités restent grandes entre les espèces. Seul, le poulet parvient à tirer son épingle du jeu avec une consommation en hausse de +5,1% sur les six derniers mois. En revanche, les autres produits comme la dinde (-5,6), la pintade (-20,1%) ou le canard (-25,2%) peinent à revenir dans les assiettes des Français.

Un poulet sur 2 est importé

Cette situation est due vraisemblablement parce que le poulet reste une viande au prix accessible, plus encore quand il est importé. Et c’est là que le bât blesse. Bien que les Français affichent, à une grande majorité, leur volonté de consommer local, pas moins de 39% des volailles consommées en France sont importées. Et les choses ne cessent d’empirer.

Si, en 2000, 25% du poulet consommé était importé, cette proportion est passée à 40% en 2010 et à 46% en 2020. «C’est la faute aux accords internationaux», ont pointé du doigt les dirigeants de l’Anvol qui reprochent, en outre, à l’Union européenne de ne pas contrôler tous les maillons de la chaîne de ces importations. «Ce qui crée des distorsions de concurrence majeures», a souligné Paul Lopez.

En recouvrant le 2 septembre, le statut “indemne” vis-à-vis de l’influenza aviaire, la France voit quelques perspectives et cela devrait redonner espoirs aux aviculteurs. Mais ces derniers savent que la nature ayant horreur du vide, leurs parts de marchés ont été prises par d’autres concurrents. «Les retrouver va prendre beaucoup de temps», a concédé Louis Perrault, président du Syndicat national des accouveurs (SNA).

«C’est se moquer du monde»

Pour reconquérir les marchés français et étrangers, la filière qui fait face, comme de nombreux secteurs, à la hausse de ses coûts de production (Les prix de l’alimentation animale devraient rester durablement élevés >>>) attend, aussi, avec impatience le décret d’identification de l’origine des volailles pour la restauration collective comme il en existe une pour la viande bovine.

«Déjà quatre ministres nous ont promis qu’il sera signé. Faut-il attendre le suivant ? (…) C’est se moquer du monde», a fustigé Jean-Michel Schaeffer, le président de l’Anvol, l’interprofession des volailles de chair. Les aviculteurs demandent donc la mobilisation de tous les acteurs et ont lancé un manifeste en dix points «pour offrir les volailles françaises aux Français».

Dialogue avec les riverains

Ils en appellent aux citoyens pour qu’ils s’informent sur l’origine des volailles qu’ils consomment mais aussi pour qu’ils acceptent l’installation de nouveaux poulaillers dans leur village. «Nous demandons aux maires d’ouvrir le dialogue entre éleveurs et habitants pour faciliter ces installations», a poursuivi Jean-Michel Schaeffer.

D’une manière générale, l’Anvol demande le soutien des élus des pouvoirs publics pour financer les élevages et promouvoir ce produit, celui des forces de l’ordre et de la justice pour «considérer la détresse des éleveurs victimes d’actes de malveillance». Les aviculteurs entendent aussi mobiliser le corps enseignant pour intéresser les élèves et étudiants aux filières d’élevage. Enfin, il faut «lutter contre la désinformation» et que les ONG de défense des animaux reconnaissent les progrès des éleveurs, a conclu le président de l’Anvol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Un film qui met en avant toute la noblesse du métier d’éleveur
Suivi d’un débat, le documentaire Même pas peur d’être éleveur sera diffusé à Pau le vendredi 16 septembre en marge du concours…
Récolte de maïs : le grand écart des rendements
L’important stress hydrique combiné aux températures caniculaires ont eu raison des rendements en maïs grain qui font le grand…
Emmanuel Macron, en visite aux Terres de Jim, a reçu les lauréats du concours Graines d'Agriculteur
Guillaume Ryickbosch, éleveur de chèvres à Coarraze, lauréat du concours Graines d’agriculteur
L’édition 2022 du concours a récompensé des jeunes agriculteurs impliqués dans la protection des ressources naturelles. Quatre…
Le début de la récolte du maïs grain confirme le fort recul des rendements
En Aquitaine, la collecte du maïs bat désormais son plein, avec des volumes en baisse de 30 à 40%, en particulier dans les zones…
Avec la Ferme du futur, Maïsadour construit l’agriculture de demain
Lors de d’une journée de démonstrations, d’échanges et de partage autour des innovations et tendances qui feront l’agriculture de…
Un foyer d’influenza confirmé dans un élevage en plein bassin de Loué
«Un cas d’influenza aviaire vient d’être détecté en Sarthe dans un élevage de canards situé dans la commune de Mézeray», a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon