Aller au contenu principal

Les semis touchent à leur fin, mais les maïs patinent

Si la quasi-totalité des surfaces ont été implantées dans la région, les levées ont été ralenties par la fraîcheur des températures.

file-Si les maïsiculteurs ont bénéficié de conditions favorables pour réaliser les semis de maïs durant le mois d’avril, le développement des cultures est freiné jusqu’ici par le manque de chaleur et d’ensoleillement. © Le Sillon
Si les maïsiculteurs ont bénéficié de conditions favorables pour réaliser les semis de maïs durant le mois d’avril, le développement des cultures est freiné jusqu’ici par le manque de chaleur et d’ensoleillement. © Le Sillon


Le bulletin Céré’Obs (l’outil de suivi hebdomadaire de l’état d’avancement des céréales mis en place par FranceAgrimer) du 10 mai, faisait état de 95% des surfaces de maïs semées en France. Dans le territoire de l’ex-région Aquitaine, ce taux atteignait 93%. En 2020, à la même date, il se situait «seulement» à 80%. Cette campagne 2020 se caractérise effectivement par un niveau d’avancement des ensemencements de maïs sensiblement supérieur à la moyenne des cinq dernières années.

Des chiffres similaires étaient annoncés pour le territoire de Midi-Pyrénées, tandis que d’autres régions étaient encore plus avancées début mai, avec un taux de semis à 99% en Poitou-Charentes et en Alsace. «Dans le Sud-Ouest, hormis quelques parcelles de maïs fourrages ou quelques contextes très spécifiques, les semis touchent effectivement à leur fin», confirme Clémence Aliaga, ingénieure régionale au sein d’Arvalis, l’Institut du végétal.

La sole en baisse en France

Il faut dire que ce printemps, les maïsiculteurs ont bénéficié de fenêtres météorologiques favorables. «Beaucoup de chantiers d’ensemencement avaient été réalisés avant l’épisode de pluie qui est intervenu fin avril», note l’ingénieure.
Outre une progression rapide des semis, ce début de campagne culturale pour le maïs grain se démarque ensuite par la fraîcheur du climat. Les températures basses se traduisent par des levées poussives et parfois irrégulières. «Clairement, on a vécu pour l’instant des conditions assez particulières, constate Clémence Aliaga. Les maïs ont manqué de chaleur jusqu’ici. On sait qu’en dessous de 6 degrés, ils ne poussent pas… C’est pourquoi, on voit sur le terrain des cultures qui ont tendance à patiner à peu près partout».

Cette croissance ralentie peut avoir pour conséquence une présence accrue des adventices, qui profitent de l’espace laissé par les plantes. Un autre effet concerne la pression en ravageur. «Jusqu’ici, il n’y a pas eu de signalements extrêmement important dans la région. Là encore, le développement de la plupart des ravageurs est freiné par la fraîcheur, note Clémence Aliaga. Lorsque celles-ci vont remonter, la situation pourrait changer, notamment pour les taupins».

Dans sa note de conjoncture publiée le 11 mai 2021, Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, a livré ses premières estimations de surfaces de maïs, tournesol et soja implantées pour la campagne 2021. La sole de maïs grain (y compris semences) reculerait de 10,1% par rapport à 2020, pour atteindre 1,5 million d’hectares. Toutefois, ce niveau est proche de la moyenne quinquennale (2016-2020).

F. Brèthes
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Loi d'orientation agricole : le texte arrive à l'Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté en matière agricole et le renouvellement des générations en agriculture a…

Maïs : disparités entre semis

La météo très pluvieuse par endroits a retardé l’avancement des chantiers en Béarn et au Pays basque.

Punaise diabolique : la lutte dans les vergers se précise

Une dissection des punaises femelles a permis de déterminer le stade de la maturation ovarienne.

Aquitanima : les vedettes entrent en piste

Organisé ce week-end au parc des expositions de Bordeaux-Lac dans le cadre du Salon régional de l’agriculture, le concours des…

«Tous les viticulteurs ont eu accès au fonds d’urgence viticole»

La mobilisation de la FDSEA et des JA, soutenus par le député David Habib, a permis aux Pyrénées-Atlantiques de décrocher une…

Affectée par les conditions pluvieuses, la campagne de semis patine

Le groupe coopératif Maïsadour indique que moins de la moitié des surfaces prévues de maïs grain et spéciaux ont été…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon