Aller au contenu principal

Les ministres européens de l’Agriculture se penchent sur la sécurité alimentaire

Réuni à Prague, le conseil des ministres de l’Agriculture de l’Union européenne a évoqué les voies et moyens d’améliorer la sécurité alimentaire redevenue une préoccupation importante en raison de la guerre en Ukraine et du changement climatique.

C'est actuellement Zdeněk Nekula, le ministre de l'Agriculture tchèque qui préside le conseil des ministres européens
© Union européenne

Du 10 au 16 septembre, les ministres de l’Agriculture des Vingt-sept se sont retrouvés à Prague, dans le cadre d’une réunion informelle, présidée par le ministre de l’Agriculture tchèque, Zdenek Nekuda. Ils ont surtout débattu de la sécurité alimentaire en Europe, un sujet devenu particulièrement prégnant depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine et le changement climatique, notamment à cause des sécheresses qui se succèdent à un rythme plus rapide et qui impactent le volume des récoltes.

La Commission européenne a déjà adopté une série de mesures pour aider les agriculteurs à faire face aux effets de la guerre russo-ukrainienne. Il s’agit essentiellement des dérogations accordées en 2022 et 2023 aux règles de rotation des cultures et de l’utilisation des jachères afin de stimuler la production en Europe. Mais les ministres n’entendent pas en rester là.

L’innovation facteur de résilience

La présidence tchèque avait inscrit à l’ordre du jour les nouvelles techniques de sélection génomique (NBT). Le sujet a été abordé au cours d’une présentation d’universitaires et de scientifiques tchèques et notamment de Roman Hobza, le directeur du Département de génétique du développement des plantes à l’Institut de biophysique de l’Académie tchèque des sciences qui avait été sollicité pour présenter : «les nouvelles techniques génomiques en tant qu’outil innovant pour le secteur agroalimentaire européen, leur potentiel et les limites de leur utilisation pratique».

Sur ce dossier, la Commission européenne souhaite avancer. Elle devrait présenter une proposition législative au premier semestre 2023. L’idée selon laquelle les NBT et les autres innovations scientifiques constituent un réel potentiel pour améliorer la résilience des agriculteurs face au changement climatique, notamment la sécheresse, fait son chemin.

Un enjeu planétaire

D’ailleurs, sur ce sujet du changement climatique, les ministres de l’Agriculture ont entendu une communication de Miroslav Trnka, expert au département des impacts du changement climatique sur les agrosystèmes à l’Académie tchèque des sciences. Il a ainsi expliqué, à travers l’exemple du de blé dont les rendements plafonnent depuis une vingtaine d’années, que l’augmentation des risques météorologiques extrêmes et le changement climatique diminuent la résilience des plantes.

À l’ordre du jour également de cette réunion des ministres de l’Agriculture des 27, l’augmentation du prix des engrais. La Commission européenne a déjà proposé, en juillet dernier, de suspendre les droits de douane sur les intrants utilisés pour la fabrication des engrais azotés jusqu’à la fin 2024. L’objectif étant de contribuer à alléger les coûts des producteurs d’engrais et donc celui des agriculteurs, dans un contexte de guerre en Ukraine.

Avant de se séparer le 16 septembre, les ministres avaient invité à débattre le ministre ukrainien de la politique agraire et de l’alimentation, Mykola Solskyi, sur les enjeux de la sécurité alimentaire, en Europe et dans le monde pour évaluer dans quelle mesure l’agriculture et l’industrie alimentaire européennes peuvent y contribuer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon