Aller au contenu principal

Les Landes veulent maintenir à flot la production de chêne-liège

Afin de relancer la production locale, un recensement des parcelles favorables au maintien du chêne-liège a été lancé dans les secteurs forestiers landais de Maremne et du Marensin où foisonnent encore aujourd’hui ces arbres à l’écorce si particulière.

file-Les chênes-lièges sont cachés en bordure ou à l’intérieur des peuplements de pins maritimes. Depuis les années 2000, des réflexions ont été lancées pour relancer une production locale. © Le Sillon
Les chênes-lièges sont cachés en bordure ou à l’intérieur des peuplements de pins maritimes. Depuis les années 2000, des réflexions ont été lancées pour relancer une production locale. © Le Sillon

Les regards non aguerris ne le remarquent peut-être pas, mais en traversant les territoires du littoral sud des Landes, par endroits, au milieu des pins, on trouve plus de cent chênes-lièges par hectare. «Cette essence est présente ici depuis longtemps. Elle se perpétue par régénération naturelle. Un chêne-liège peut vivre 150 à 200 ans, explique Pierre Teyssier, conseiller forestier de la chambre d’agriculture. On se situe dans le Nord de l’aire naturelle de cette essence, qui comprend surtout la péninsule ibérique. Mais, avec les changements du climat, on pourrait à l’avenir être dans un optimum climatique».

Sensibiliser les propriétaires

Depuis quelques mois, un programme de diversification biologique et économique des pinèdes par le chêne-liège a été lancé. Il est financé par le ministère de l’Agriculture, la chambre d’agriculture et le conseil départemental notamment. Un de ses volets vise à dresser un inventaire de la ressource. «On est dans une phase de recensement des parcelles qui contiennent des arbres pouvant potentiellement être exploités, précise Camille Bonnefont, animatrice chargée de cette mission au sein de la chambre d’agriculture. L’objectif est également de sensibiliser les propriétaires privés des intérêts de cette démarche».

Un repérage des parcelles a été réalisé à partir de photos aériennes. Des prospections sont également menées sur le terrain. Enfin, un courrier a été envoyé à près de six cents propriétaires identifiés. À la suite de quoi, «on essaie de les rencontrer et de visiter les parcelles afin de les classer selon les possibilités d’exploitation», poursuit l’animatrice.

Par le passé, le chêne-liège fut un pilier de l’économie forestière locale. Sa production alimentait en particulier l’industrie de la bouchonnerie qui s’était largement développée, en profitant de la proximité du vignoble bordelais. Au XXe siècle, la filière a subi de plein fouet la concurrence des importations en provenance de la péninsule ibérique. Le gisement de matière première a donc été peu à peu délaissé. Mais il est toujours là, au moins en partie.

Biodiversité et barrière sanitaire

Les enjeux de relance d’une filière gasconne sont nombreux. En 2005, l’association le Liège gascon a été fondée. Elle a été portée par les industriels encore présents avec la volonté de retrouver un approvisionnement local, tandis que la ressource montre des signes de faiblesse au Portugal notamment.

Quant aux propriétaires forestiers, ils peuvent y trouver de multiples intérêts. L’un d’entre eux est d’ordre économique bien sûr. «Dans certains cas, cela peut être un bon moyen de diversifier les revenus. Et même si la valorisation peut paraitre faible aujourd’hui, en particulier pour les lièges de moindre qualité, il faut raisonner sur du long terme, prévient Camille Bonnefont. Et puis la donne pourrait changer si une véritable activité se développe localement».

La logique est également technique, car le chêne-liège peut assurer une meilleure résilience des peuplements de résineux. En constituant une barrière physique pour ralentir la progression des maladies racinaires et en réduisant les attaques d’insectes, il a un effet bénéfique sur les parasites du pin maritime. Facteur de biodiversité, il constitue un gage de gestion durable. Revaloriser le chêne-liège et son exploitation, c’est également préserver une espèce indissociable du patrimoine naturel et culturel des Landes.

F. Brethes

Renseignements auprès de Camille Bonnefont : camille.bonnefont@landes.chambagri.fr ou 07.84.97.78.58

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Végétaelis, une vitrine ambitieuse de l’agriculture de demain
C’est un salon d’un nouveau genre qui va prochainement voir le jour dans la capitale du Béarn. Investissant le Parc des…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon