Aller au contenu principal

Les étoiles projettent leur lumière sur les fromages béarnais

Les lauréats du concours des Étoiles du Crémier, organisé par l’UPF, ont reçu leurs prix au plateau de Bénou (64).

Les producteurs béarnais de tommes des Pyrénées lauréats du concours ont reçu leurs étoiles dans le cadre idyllique de la ferme Maria Blanca au plateau du Bénou, entre Aspe et Ossau. // Photo F. H. - Le Sillon

Créé en 2020 par l’association Avenir fermier en Aspe (AFA) dans un contexte de crise du Covid qui ralentissait la dynamique des ventes, le concours les Étoiles du Crémier ambitionne de faire gagner en notoriété les producteurs de fromages béarnais, en leur remettant des étoiles à la manière des restaurants. Avec des membres du jury répartis dans toute la France, et qui donc jugent à distance, ce concours a une saveur toute particulière.

Marion Ossiniri, présidente de l’AFA et à l’initiative de la première édition, témoigne de cette volonté de «mettre la lumière sur la production du territoire, de créer des ponts entre producteurs et crémiers». alors que la clientèle historique est essentiellement composée de grossistes.

Si ce n’est pas encore simple de chiffrer un retour, l’association constate que des crémiers demandent à être mis en lien avec les producteurs dont ils ont goûté les fromages, comme le confirme Thomas Vandaele de la ferme Lanset à Eydius, qui a reçu 2 étoiles dans la catégorie chèvre sur les deux dernières éditions. «Pour les producteurs, c’est très valorisant d’avoir des fromages un peu partout en France dans les crémeries» ajoute Marion Ossiniri.

Avec les nombreuses facettes et contraintes de leur métier, les producteurs n’ont pas toujours la possibilité de gérer la partie commerciale qui peut vite devenir chronophage. Une mise an avant à travers ce type d’action peut s’avérer un atout important pour développer leurs ventes. C’est aussi une visibilité pour l’ensemble des activités du territoire Béarnais.

«De très jolies moyennes»

L’Union des producteurs fermiers (UPF), qui a mis à disposition les moyens humains et techniques sur les deux premières éditions, a repris le flambeau cette année. 33 producteurs se sont inscrits à cette troisième édition et ont présenté 44 fromages répartis en 4 catégories. Pour concourir, la structure doit avoir son siège en Béarn.

Le cahier des charges est assez simple : une tomme affinée de 5 à 8 mois pour le brebis, 2 à 4 mois pour le vache et 3 à 6 mois pour le mixte et le chèvre. Ces temps d’affinage se trouvent être un bon compromis entre l’aspect du fromage et la période calme pour les crémiers avant le rush de préparation des fêtes de fin d’année. Gaëtan Marsy, technicien fromager de l’UPF, souligne l’importance dans l’évaluation de «passer un moment sympa» pour ces commerçants-jurys.

Pour ce concours, les équipes de l’UPF ont dû préparer soigneusement près de 300 portions, bien sûr anonymes, qu’ils ont envoyées à 42 crémiers. Ces derniers ont évalué l’aspect, la texture en bouche, le goût ou encore la qualité des arômes pour donner une note. Gaëtan Marsy, remarque d’ailleurs «de très jolies moyennes, en particulier sur le brebis». C’est d’ailleurs la catégorie reine du concours avec 21 fromages présentés et la seule à être évaluée en deux temps. Une première sélection de 6 fromages a ensuite été envoyée à un «super jury» afin de récompenser les trois premiers.

Les fromages étoilés

L’UPF a choisi le cadre idyllique de la ferme Maria Blanca sur le plateau du Bénou pour remettre les prix. Les 3 étoiles ont été décernées à la ferme Som à Asson pour le brebis, la ferme Lanouté Bonnassere à Sévignacq-Meyracq pour le vache et le mixte, et la ferme Bourguinat à Aydius pour le chèvre.

Les fromages qui ont reçu 2 étoiles sont produits par la ferme Baylocq Sassoubre à Laruns pour le brebis, la ferme Libarle à Arette pour le vache, la Ferme Som à Asson pour le mixte et la ferme de Lanset à Aydius pour le chèvre.

Enfin une étoile a été remise à la ferme Lanouté Bonnassere à Sévignacq-Meyracq pour le brebis, la ferme Berducou Claria à Arthez-d’Asson pour le vache, la ferme Gassie Pourtau à Louvie-Juzon pour le mixte et la ferme Bees Lannelongue à Arthez-d’Asson pour le chèvre.

Fabrice Héricher

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon