Aller au contenu principal

L’accord UE/Mercosur a du plomb dans l’aile

L’Union Européenne et le Mercosur avaient conclu, le 28 juin 2019, un accord commercial prévoyant la suppression de 91% des taxes à l‘importation ce qui devait favoriser de façon très conséquente les échanges commerciaux entre les deux régions. Mais un an plus tard, rien ne semble plus aller…

file-«Nous, les ministres de l’Agriculture (des 27) sommes très très sceptiques [sur la ratification de l’accord]» a déclaré la ministre allemande de l’Agriculture, Julia Klöckner ©Union européenne
«Nous, les ministres de l’Agriculture (des 27) sommes très très sceptiques [sur la ratification de l’accord]» a déclaré la ministre allemande de l’Agriculture, Julia Klöckner ©Union européenne

«Nous, les ministres de l’Agriculture (des 27) sommes très très sceptiques [sur la ratification de l’accord]. Et je peux véritablement parler pour pratiquement chacun des ministres présents ici», a indiqué la ministre allemande, Julia Klöckner, peu avant l’ouverture d’une réunion informelle des ministres de l’Agriculture et de la pêche des États membres de l’UE, le 1er septembre à Coblence (Allemagne).

La cause de ce pessimisme ? La politique de déforestation qui est encouragée et pratiquée de manière massive par le gouvernement brésilien. En effet, selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE) brésilien, organisme public chargé de mesurer la déforestation en Amazonie, celle-ci s’est accélérée de 25% au premier semestre 2020. Pas moins de 3.069 km ont été entièrement déboisés, dont 1.034 km dans le seul mois de juin. Pour les défenseurs de l’environnement, l’année 2020 pourrait être la plus dévastatrice pour la forêt amazonienne, «pire que l’année 2019.» Ces chiffres soulèvent des questions sur l’engagement du chef de l’État, Jair Bolsonaro, à protéger l’Amazonie, dont plus de 60% se trouvent en territoire brésilien.

La déforestation brésilienne à l’index

«Nous voyons au Brésil que la forêt est brûlée pour laisser place à des terres agricoles aussi rapidement que possible» et dont les cultures «sont alors vendues sur nos marchés […] où nos agriculteurs sont incapables de rivaliser. […] C’est une distorsion de la concurrence», a insisté Julia Klöckner. Une telle politique semble en tout cas incompatible avec les orientations récemment prises par l’Union européenne, qui a mis en place, pour son Green deal, les stratégies “Biodiversité 2030” et “de la ferme à la fourchette”.

Déjà le 21 août, la chancelière allemande Angela Merkel avait émis de «sérieux doutes sur l’accord commercial», mettant à l’index la politique de Jair Bolsonaro avec sa «déforestation continue». Peu de temps auparavant, les parlements belge et néerlandais avaient rejeté l’accord de l’Union européenne avec le Mercosur.

Intérêts écologiques

Cet accord prévoit qu’à terme, 91% des taxes à l’importation imposées par le Mercosur aux pays européens seront supprimées, notamment pour les fromages et produits laitiers de l’Union européenne. Le Mercosur s’engage aussi à protéger 357 indications géographiques européennes, comme le jambon de Parme ou le champagne.

En contrepartie, l’Europe ouvre un quota de 99.000 tonnes de bœuf par an avec un taux préférentiel à 7,5% de taxes, un quota supplémentaire de 180.000 tonnes pour le sucre et un autre de 100.000 tonnes pour les volailles. De plus, l’UE éliminera 92% de ces taxes pour les produits en provenance de pays du Mercosur. Cela concerne notamment le vin (27%), le chocolat (20%), les spiritueux (20 à 35%), les biscuits (16 à 18%), les pêches en conserve (55%), les boissons gazeuses (20 à 35%) et les olives. Concernant les produits agricoles, plusieurs taxes du Mercosur seront éliminées.

En l’état, cet accord représenterait une économie de plus de 4 milliards d’euros par an pour l’Union européenne. L’Allemagne, qui préside le Conseil des ministres européen durant le second semestre 2020, avait beaucoup à gagner dans cet accord. En effet, ce projet est très favorable à son industrie automobile. Elle semble aujourd’hui vouloir faire machine arrière. Au nom des intérêts écologiques.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon