Aller au contenu principal

La filière caprine reste mobilisée sur l’installation en Nouvelle-Aquitaine

Aujourd’hui 41% des éleveurs caprins de la région Nouvelle-Aquitaine ont plus de 55 ans et 60 d’entre eux partent à la retraite chaque année. L’enjeu du renouvellement des générations est aussi une réalité dans cette filière.

Pour l’ensemble des coopératives présentes, le marché du lait de chèvre est porteur. L’installation de jeunes est donc une nécessité.
© P. Dumont

Avec 36 installations aidées menées l’an passé en Nouvelle-Aquitaine, la filière caprine reste dynamique et attrayante mais a besoin de jeunes.

Pour poursuivre dans cette voie, une rencontre régionale était organisée à Melle, en Deux-Sèvres. L’objectif était de faire se rencontrer cédants et porteurs de projets, de les informer sur la construction d’un projet d’installation ou de transmission, de présenter la diversité des systèmes d’élevage caprin.

«Être plus ambitieux»

En préambule, quatre étudiantes en BTSA productions animales ont présenté les résultats d’une étude menée auprès de 136 jeunes de quatre lycées agricoles. Ceux-ci, issus pour près de la moitié du milieu agricole, ont été interrogés sur leur projet d’installation, sur les atouts de l’élevage caprin, ses freins, le système d’élevage envisagé, les revenus estimés…

Plusieurs intervenants ont été appelés à réagir à ces résultats. «On sent de la motivation, de la diversité aussi, note Mickaël Lamy, président du Brilac (Bureau régional interprofessionnel du lait de chèvre, Poitou-Charentes et Pays-de-la-Loire). Ça tombe bien car la filière est riche de profils et de systèmes différents. Par contre, nous devons être plus ambitieux en matière de revenus. Il faut aussi bien étudier son projet».

Pour les autres participants, c’est là un aspect essentiel : bâtir un projet bien dimensionné et être bien entouré. «Je ne crois pas dans des projets trop petits, explique Jean-François Granger, éleveur caprin bio. Être plusieurs associés permet de limiter certains risques (maladie…) et de dégager du temps pour soi, c’est important». Pour Jean-Marc Ressegand, vice-président de Terra Lacta, une structure trop petite peut être un frein à la mécanisation ce qui peut conduire à des situations d’épuisement.

Pour l’ensemble des coopératives présentes, le marché du lait de chèvre est porteur et l’installation de jeunes une nécessité. Des solutions d’accompagnement existent pour les porteurs de projet.

P. Dumont

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Un orage soudain et dévastateur frappe la Soule et le Béarn

Des pluies diluviennes sont tombées dans un couloir qui va de Mauléon à Laàs. Gestas a été la commune la plus touchée. Un…

L'Agenda de votre semaine

Réunion d'informations, sortie culturelle, conférence débat, portes ouvertes : retrouvez tous les événements agricole et rural…

Loi d’orientation agricole : le texte adopté par l’Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture a été adopté…

Les Landes ont brillé au salon Aquitanima

Les éleveurs du département ont décroché les prix les plus prestigieux en race Bazadaise, à l’image de Joël Sillac, mais aussi…

Nouvelle formule pour la foire exposition EDT40

Vendredi  31  mai prochain, la foire-exposition organisée par le syndicat EDT 40 (qui réunit les entrepreneurs de travaux…

La vache Bordelaise s’épanouit au cœur du Béarn

Éleveurs à Diusse, dans les Pyrénées-Atlantiques, Jordan Burguez et Maryline Durou ont présenté cinq vaches Bordelaises au…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon