Aller au contenu principal

Inflation alimentaire : «Il n’y a pas eu de profiteurs» de crise

«Il n’y a pas eu de profiteurs de l’inflation dans l’alimentaire», a affirmé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire dans les colonnes du Parisien, le 5 novembre, en s’appuyant sur un rapport de l’Inspection générale des finances (IGF). «La conclusion est sans appel : il n’y a pas eu de profiteurs de l’inflation dans l’alimentaire. Ni les agriculteurs ni les distributeurs, ni l’industrie agroalimentaire n’ont pris au passage de rémunération excessive», résume le ministre.

  

L’industrie agroalimentaire «a comprimé ses marges», tandis que «la grande distribution n’a pas contribué à renchérir les prix à la consommation», relève un rapport de l’inspection des finances.
© Le Sillon.info - B. Ducasse

Il avait lui-même commandé cette étude auprès de l’Inspection générale des finances (IGF) en réponse aux affirmations de Michel-Edouard Leclerc. Fin juin, le président du comité stratégique des magasins E.Leclerc avait déploré que «la moitié des hausses demandées» par les industriels dans le cadre de renégociations sur le prix des denrées destinées à être vendues par les grandes surfaces n’étaient «pas transparentes» et étaient «suspectes.»

Le rapport de l’IGF conclut qu’il n’y a pas eu d’effet d’aubaine du côté de l’industrie comme de la distribution en pleine flambée de l’inflation. L’industrie agroalimentaire «a comprimé ses marges», tandis que «la grande distribution n’a pas contribué à renchérir les prix à la consommation des produits alimentaires», relèvent les rapporteurs. Cette compression des marges à l’aval a amortit la hausse des prix à la consommation. En effet, les prix alimentaires ont fortement augmenté en France, mais l’inflation est inférieure à celle enregistrée dans les autres pays européens : +14,4% en Allemagne, +13,1% en Espagne sur un an au mois de septembre, contre moins de 10% en France.

Rentabilité en baisse dans l’industrie

Si l’on entre dans les détails du rapport publié le 7 novembre, l’IGF a comparé l’excédent brut d’exploitation (EBE) des entreprises des différents maillons de la chaîne entre le premier semestre 2019 — avant la crise Covid et l’inflation — et le premier semestre 2022. Il apparaît que la rentabilité de l’industrie agroalimentaire a baissé significativement (-16%) : la hausse du prix des intrants «n’est pas compensée par celle des prix de vente de la production à la grande distribution.»

À elle seule, la contraction de l’EBE de l’industrie contribuerait à réduire la hausse des prix à la consommation de 1,3%. L’industrie agroalimentaire a donc joué un rôle tampon. Or, son taux de marge se dégrade déjà de façon tendancielle. Il est passé de 45% au début des années 2000 à 35% aujourd’hui, rappelle l’IGF. Quant à la rentabilité de la grande distribution, elle «se dégrade très légèrement de 1%», majoritairement à cause des revalorisations salariales.

A contrario, la rentabilité des exploitations agricoles progresse globalement de 12%, «principalement sous l’effet d’une hausse des prix de vente de la production.» La hausse des revenus des agriculteurs est essentiellement due à l’augmentation des prix des céréales et oléagineux, avec possiblement un effet indirect de la loi Egalim 2 qui a sanctuarisé le coût de la matière première agricole dans les négociations en aval.

Des hausses liées aux produits agricoles

Les rapporteurs se sont également penchés sur les marges brutes dégagées par les différents maillons sur douze produits alimentaires : le jambon cuit, le bœuf haché, l’escalope de poulet, le lait demi-écrémé, le veau, la viande ovine, le yaourt nature, le beurre, l’emmental, le camembert, la baguette et les pâtes alimentaires. Ils confirment que l’essentiel de la hausse des prix des produits alimentaires est lié aux prix des matières premières agricoles (MPA). Pour huit produits, la hausse de la MPA est «très significativement supérieure à celle du prix de vente» ce qui signifie que «l’industrie agroalimentaire et la grande distribution ont comprimé leurs marges brutes» sur ces produits.

Dans le détail, la grande distribution a significativement diminué ses marges brutes sur certains produits : de 15,6% sur les pâtes alimentaires et de 6% sur le bœuf haché, par exemple. Tandis qu’elle l’a augmenté sur d’autres : de 6,1% sur le camembert et de 4,2% sur le yaourt. Pour ce qui concerne le maillon industriel, l’augmentation des coûts de production est «significativement supérieure» à l’évolution de sa marge brute sur les deux tiers des produits étudiés. La marge brute des industriels augmente cependant sur l’escalope de poulet, le beurre et le jambon, sans que cette hausse puisse être qualifiée d’«anormale», souligne l’IGF.

Pour aller plus loin sur la question des marges et du pouvoir d’achat, Bruno Le Maire propose d’organiser début 2023 une «convention sur le partage de la valeur» — tous secteurs confondus —, au sein du parti Renaissance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Maïs : un nouveau site Internet pour recruter les castreurs

Job maïs semences permet aux producteurs de constituer leurs équipes.

Aquitanima : les vedettes entrent en piste

Organisé ce week-end au parc des expositions de Bordeaux-Lac dans le cadre du Salon régional de l’agriculture, le concours des…

Un orage soudain et dévastateur frappe la Soule et le Béarn

Des pluies diluviennes sont tombées dans un couloir qui va de Mauléon à Laàs. Gestas a été la commune la plus touchée. Un…

L'Agenda de votre semaine

Réunion d'informations, sortie culturelle, conférence débat, portes ouvertes : retrouvez tous les événements agricole et rural…

Maïsadour et les MFR signent un partenariat en faveur de la transmission et l’installation

Cette démarche a pour objectif de faciliter la transmission des exploitations entre cédants et apprenants des établissements…

Loi d’orientation agricole : le texte adopté par l’Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture a été adopté…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon