Aller au contenu principal

Environnement
Expérimentation de recharge des nappes phréatiques de la Garonne

Depuis mi-avril, le conseil départemental de la Haute-Garonne a lancé une expérimentation sur quatre ans qui pourrait apporter 5 à 10 millions de mètres cubes au fleuve.

Depuis l’été dernier, l’Occitanie connaît une situation extrêmement sévère. Dès le début du mois de juillet, une série de lâchers d’eau a été organisée en direction du fleuve, à partir de ses affluents.
© Adobe Stock

Alors que le bassin Adour-Garonne est fortement exposé au changement climatique, une expérimentation de la recharge des nappes phréatiques de la Garonne a débuté mi-avril, et ce pour une durée de quatre ans. Menée par le conseil départemental de la Haute-Garonne, en partenariat avec le service public de l’eau Réseau31 et du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l’opération baptisée “R’Garonne” vise à «utiliser l’eau du canal de Saint-Martory en période hivernale afin qu’elle soit disponible pour alimenter la Garonne en période d’étiage, c’est-à-dire l’été quand elle est au plus bas», rapporte le Réseau 31 dans un communiqué du 27 avril. «L’objectif est d’amplifier un phénomène hydrogéologique naturel, connu depuis l’Antiquité mais jusqu’à présent très localisé, tout en le maîtrisant», précise Yann Oudard, d.g. adjoint de Réseau31, dans un communiqué du département de la Haute-Garonne. «Avec une surface concernée de 100 km2, il s’agit d’une expérimentation de grande envergure en Europe», soulignent les porteurs de projet dont le coût s’élève à 1,85M€. En tout, l’opération pourrait permettre d’apporter «entre cinq à dix millions de mètres cubes d’eau au fleuve, sans évaporation», souligne le département de la Haute-Garonne dans un communiqué. Si l’expérimentation s’avère concluante, une réalimentation permanente par cette méthode sera engagée par le conseil départemental. Toutefois, «la prudence reste de mise» aux yeux de Sébastien Vincini, président du Conseil départemental. «Il n’y aura pas de solution miracle pour faire face à un déficit structurel que connaît notre territoire. Aujourd’hui, l’heure est à la sobriété pour toutes et tous.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Un orage soudain et dévastateur frappe la Soule et le Béarn

Des pluies diluviennes sont tombées dans un couloir qui va de Mauléon à Laàs. Gestas a été la commune la plus touchée. Un…

L'Agenda de votre semaine

Réunion d'informations, sortie culturelle, conférence débat, portes ouvertes : retrouvez tous les événements agricole et rural…

Loi d’orientation agricole : le texte adopté par l’Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture a été adopté…

Les Landes ont brillé au salon Aquitanima

Les éleveurs du département ont décroché les prix les plus prestigieux en race Bazadaise, à l’image de Joël Sillac, mais aussi…

Nouvelle formule pour la foire exposition EDT40

Vendredi  31  mai prochain, la foire-exposition organisée par le syndicat EDT 40 (qui réunit les entrepreneurs de travaux…

La vache Bordelaise s’épanouit au cœur du Béarn

Éleveurs à Diusse, dans les Pyrénées-Atlantiques, Jordan Burguez et Maryline Durou ont présenté cinq vaches Bordelaises au…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon