Aller au contenu principal

Varenne de l’eau : les promesses seront-elles traduites en actes ?

Le 1er février, le Premier ministre est venu clore les travaux du Varenne de l’eau et de l’adaptation au changement climatique (VEACC), lancé fin mai 2021 sous l’impulsion du président Macron. Jean Castex a annoncé le déblocage de 200 millions d’euros supplémentaires.

file-Venu conclure le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique, le Premier ministre a annoncé deux évolutions ré- glementaires.
Venu conclure le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique, le Premier ministre a annoncé deux évolutions ré- glementaires.

C’est l’heure du bilan pour le Varenne de l’eau et de l’adaptation au changement climatique (VEACC) après huit mois de travaux. Ce chantier aura mobilisé 1.400 participants de tous bords et 523 structures agricoles et environnementales, sur «un sujet complexe et déterminant», a assuré Julien Denormandie. Ce sont surtout les conclusions des thématiques n°2 (adaptation de l’agriculture au changement climatique) et n°3 (partage des ressources en eau) qui étaient attendus.

Le premier volet a été, en effet, traité à travers la loi sur l’assurance récolte, toujours en discussion au Parlement. Sur la thématique n°2, le chef du gouvernement, Jean Castex, a annoncé le déblocage de 100 millions d’euros (M€) qui seront affectés aux filières pour leur permettre une meilleure adaptation au changement climatique. Cela pourra passer par des investissements dans les nouvelles technologies.

Cadre temporel aux PTGE

Sur le thème du partage des ressources, le Premier ministre, qui souhaite «une approche territorialisée», a annoncé une enveloppe de 100 M€ qui seront consacrés au financement d’agroéquipements et matériels innovants qui permettront de mieux gérer l’eau dans son utilisation. S’y adjoindront 13 M€ supplémentaires au titre, eux, aussi d’une rallonge de France Relance 2030.

Le chef du gouvernement entend aussi mettre en place d’un inventaire des ouvrages existants pour «remobiliser les volumes existants mais non utilisés». Une dizaine de territoires pilotes sont concernés. Il souhaite surtout «améliorer les processus administratifs en tirant les leçons du blocage des projets territoriaux de gestion de l’eau (PTGE)».

Concrètement, il entend donner un cadre temporel aux négociations et renforcer le rôle des préfets dans la conception et la mise en œuvre de ces PTGE. En effet, nombre de ces projets stagnent depuis des années en raison des réticences, voire de la résistance de certaines associations, notamment celles de la protection de l’environnement. «Le temps trop long attise les tensions», avait remarqué peu auparavant Julien Denormandie.

Délégué interministériel

De plus, Jean Castex, a demandé aux deux ministres (Agriculture et Transition écologique) de modifier «sans délai», le décret de juin 2021 pour que les préfets puissent autoriser et encadrer les volumes prélevables en hiver. L’idée est qu’une fois les nappes phréatiques remplies, le surplus puisse être stocké dans des ouvrages adéquats (retenues, réservoirs d’eau…).

C’est une annonce qui va dans le sens des demandes de la profession agricole, notamment celle des irrigants. Le Premier ministre a, enfin, annoncé la nomination d’un délégué interministériel dans les prochaines semaines. Ce délégué aura la charge de suivre, pendant les trois prochaines années, l’application des dispositions du Varenne de l’eau afin que ce Varenne «constitue un point de non-retour», ont déclaré Jean Castex et Julien Denormandie.

Jugement «sur pièce»

«La FNSEA et Jeunes Agriculteurs saluent la prise de conscience du gouvernement et sa détermination à inscrire la feuille de route du Varenne dans la durée», ont réagi les deux organisations syndicales dans un communiqué commun. Elles demandent le vote définitif de la loi sur l’assurance récolte et veilleront au «bon accompagnement financier» des mesures prises. «C’est “sur pièce” que FNSEA et JA, jugeront le résultat du troisième thème», ont souligné les deux syndicats qui «ont largement contribué à l’émergence de cette prise de conscience et aux travaux engagés».

Tout aussi impliquée dans ces travaux, Chambres d’agriculture France (APCA) a salué, par l’intermédiaire de son président, Sébastien Windsor, les résultats du VEACC, en particulier l’articulation et la cohérence entre les trois thématiques. Comme la FNSEA, l’APCA sera vigilante sur le financement, surtout «sur celui de l’assurance récolte qui sera revu tous les ans par le Parlement».

Sébastien Windsor demande néanmoins au gouvernement d’aller vite sur la révision du décret de juin 2021. En effet, les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) sont sur le point d’être votés, sur la base du décret de juin 2021 non révisé
L’APCA craint que les SDAGE soient vite adoptés avant la révision du décret pour ne pas appliquer les nouveaux volumes prélevables en hiver. Demandant également à combler «quelques trous dans la raquette sur le thème n°2», Sébastien Windsor souhaite que ce VEACC se décline au plus près du terrain : «un agriculteur, un projet, un plan d’action», a-t-il conclu.

Christophe Soulard

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Les syndicats investissent le site d'Intermarché

Après la base logistique de Scalandes, la FDSEA et les JA 40 continuent de cibler la grande distribution.

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

Ovinpiades : Alexis Toulet-Blanquet et Iris Soucaze en route pour Paris

La 19e édition du concours a été remportée par deux élèves de l’Agrocampus 64. Ils sont qualifiés pour les finales…

La FDSEA et JA 40 poursuivent leur mobilisation et ciblent la grande distribution

Les représentants syndicaux ont été extrêmement déçus par les échanges avec la préfète et ses services. Des actions ciblent…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon