Aller au contenu principal

Ovinpiades : les jeunes bergers basco-béarnais au top

Le geste est déjà assuré pour certains, un peu plus maladroit pour d’autres… Mais l’envie de bien faire transpire. Vendredi 18 septembre, quarante élèves issus des cinq lycées agricoles des Pyrénées-Atlantiques — Larps de Mauléon, LPA d’Oloron, Institut Jean Errecart à Saint-Palais, le CFAA des Pyrénées-Atlantiques et le Lycée Frantsesenia de Saint-Jean-Pied-de-Port — ont participé, à Ahaxe-Alciette-Bascassan, à la finale départementale des Ovinpiades des jeunes bergers.

file-Quarante élèves issus des cinq lycées agricoles du département se sont affrontés lors de cette onzième édition des Ovinpiades des jeunes bergers. Les huit meilleurs défendront les couleurs des Pyrénées-Atlantiques lors de la finale régionale.
Quarante élèves issus des cinq lycées agricoles du département se sont affrontés lors de cette onzième édition des Ovinpiades des jeunes bergers. Les huit meilleurs défendront les couleurs des Pyrénées-Atlantiques lors de la finale régionale.

Organisées nationalement et régionalement pour la onzième année consécutive, ces épreuves ont pour objectif de promouvoir le métier d’éleveur ovin et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des lycées agricoles. «Par ce concours, Interbev ovins et l’ensemble de la filière ovine souhaitent attirer les jeunes vers cette production», soulignent les organisateurs.

Cinq épreuves

Les huit premiers sont qualifiés pour la finale régionale, qui se déroulera le 28 janvier au lycée agricole de Sainte-Livrade (lire zoom ci-contre). Cinq épreuves permettent au jury, composé d’éleveurs et de techniciens, de départager les participants:
» Le quizz - Il se déroule en salle. Cette épreuve théorique a pour objectif de valider les connaissances du candidat sur l’élevage ovin: filière, alimentation, reproduction, sélection, logement, état de santé, races…
» Le tri des brebis - Les candidats ont pour mission de faire passer un lot de dix brebis dans un couloir de contention, puis d’isoler trois brebis à l’aide de matériel informatique de lecture de boucles électroniques.
» Le parage - À l’aide d’une cage de retournement, ils devront tailler les onglons de la brebis en un temps donné. Le jury chronomètre et note la précision du geste, la manipulation des ovins, le respect des consignes de sécurité…
» La manipulation et note d’état corporel - Le concurrent dispose de 4 minutes pour donner une note d’état corporel à chacun des animaux. Puis il doit saisir une brebis, la faire sortir du parc, la faire marcher suivant un parcours balisé, l’asseoir dans une zone définie, et la relâcher dans le parc d’attente. Les techniques de notation et de manipulation sont alors évaluées par le jury, en veillant à ne pas favoriser la force devant le savoir-faire.
» L’appréciation de l’état de santé d’une brebis - C’est une nouveauté cette année. Le concurrent doit être capable de contenir une brebis désignée par le jury parmi un lot de plusieurs femelles, et de réaliser en moins de 6 minutes l’appréciation de son état de santé: prise de température, observation de la troisième paupière, de la dentition, des pieds et de la mamelle.

La filière ovine est aujourd’hui caractérisée par une forte demande en main-d’œuvre. «Pour conserver son niveau de production, elle doit installer entre 8000 à 10.000 éleveurs dans la prochaine décennie, et donc plus que doubler le nombre actuel d’installations annuelles». En effet, dans les 10 années à venir, 59% des éleveurs de brebis partiront à la retraite, et ces éleveurs détiennent 44% du cheptel français. Or, notent les responsables de la filière, «grâce à une conjoncture économique favorable, une installation plus sereine et optimiste est possible. L’élevage ovin demande un besoin limité en capitaux par rapport à d’autres productions».

Les Ovinpiades offrent à des futurs éleveurs la possibilité de mieux connaître cette production. Les établissements d’enseignement agricole, l’ensemble des organismes partenaires du monde de l’élevage sont réunis autour de ce concours. L’un des objectifs majeurs est de proposer une formation améliorée aux futurs éleveurs, une meilleure diffusion des acquis et des innovations.

Résultats

Les huit meilleurs sont sélectionnés pour la finale régionale qui aura lieu au lycée agricole de Sainte-Livrade (47) le 28 janvier.
- 1er. Marion Sacaze du lycée des métiers de la montagne à Oloron-Sainte-Marie.
- 2e. Marine Narbiburu du lycée agricole rural privé de Soule à Mauléon.
- 3e. Mickaël Chamalbide du CFAA 64 de Hasparren.
- 4e. Bettan Jaury du lycée agricole rural privé de Soule à Mauléon.
- 5e. Paul Castellari du lycée des métiers de la montagne à Oloron-Sainte-Marie.
- 6e. Jon Sainte-Marie du CFAA 64 à Hasparren.
- 7e. Jon Uhart de l’Institut Jean Errecart à Saint-Palais.
- 8e. Gexan Sainte-Marie du CFAA 64 de Hasparren.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Les syndicats investissent le site d'Intermarché

Après la base logistique de Scalandes, la FDSEA et les JA 40 continuent de cibler la grande distribution.

Foire du matériel d'occasion de Navarrenx

Les agriculteurs du canton de Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques) animeront la 41e foire du matériel d’occasion dans…

La FDSEA et JA 40 poursuivent leur mobilisation et ciblent la grande distribution

Les représentants syndicaux ont été extrêmement déçus par les échanges avec la préfète et ses services. Des actions ciblent…

Les agriculteurs sonnent la révolte

Au fil des heures, les mobilisations  lancées par les FDSEA et JA des Pyrénées-Atlantiques et des Landes s’intensifient,…

Démonstration de force paysanne en Béarn et au Pays basque

Récit d’une semaine de mobilisation syndicale à Pau et à Bayonne.

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon