Aller au contenu principal

Les investissements agricoles de la Région en baisse de 7 millions pour 2018

Les élus de l’opposition ont dénoncé une baisse des crédits alloués à l’agriculture. La majorité a répondu que cette baisse n’était que le résultat de la fin des crédits alloués à la gestion de la crise aviaire.

file-Les aides à l’investissement en agriculture enregistrent une réduction de 7 millions d’euros, passant de 35 millions en 2017 à 27 millions d’euros pour cette année.

Le 18 décembre, les élus régionaux ont adopté le budget primitif 2018. Dans les 3 milliards d’euros de budget, le pilier 1 (dans lequel est incluse l’agriculture) représente 16,72% des dépenses. Le document présentant ce nouveau budget, élaboré par les services de la Région, compte 984 pages. Comme certains élus de l’opposition l’ont fait remarquer à plusieurs reprises, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver, d’autant plus que la présentation change chaque année

La présentation par pilier est une nouveauté du budget 2018. Dans cette nouvelle présentation, les lignes de crédit «forêt» et «valorisation des ressources forestières» (près d’un million d’euros au budget 2017) ont, par exemple, été sorties du bloc agriculture. Si elles restent dans le pilier 1, elles sont inscrites à la rubrique «filières, transfilières et partenariats».

Dans ce contexte, il n’est pas toujours simple de faire des comparaisons et de suivre les évolutions. Au nom du groupe Les Républicains, Véronique Laprée (Charente-Maritime) a constaté qu’entre «2016 et 2017, les aides à l’agriculture avaient été maintenues à 35 millions d’euros en investissement, coupes sombres en 2018, elles passent à seulement 27 millions d’euros, soit une baisse de 7 millions».

Et la conseillère régionale poursuit : «L’agriculture représente des emplois, des richesses, fait vivre notre territoire et contribue largement à la balance commerciale de notre pays. Il est urgent de dégager des marges de manœuvre sur notre budget régional sur les dépenses de fonctionnement, pour ne pas être contraints de faire des coupes sombres dans les politiques régionales prioritaires. Il y va de l’équilibre de nos territoires, de la pérennité de nos filières agricoles et de la survie de nos agriculteurs.»

Jean-Pierre Raynaud : «On maintient notre effort»

Jean-Pierre Raynaud (PS, Dordogne), vice-président en charge de l’agriculture, l’agroalimentaire, la forêt, la mer et la montagne, lui a répondu que la baisse était avant tout due à des reliquats des 15 millions d’euros investis pour la gestion de la crise aviaire. «Hors fonds conjoncturel, on passe de 58.450.000 euros en 2017 à 59.157.000 en 2018. Ce n’est peut-être pas suffisant, mais on maintient notre effort budgétaire pour accompagner l’agriculture. Après, on peut toujours dire qu’il n’y a jamais suffisamment d’argent et que le monde agricole traverse des moments difficiles.»

La Région a une nouvelle fois défini ses priorités pour l’année à venir, à la fois sur son propre budget et sur les fonds européens dont elle est autorité de gestion : poursuivre et accélérer le développement de l’agriculture biologique et de l’agroécologie ; favoriser les nouvelles installations et le renouvellement générationnel ; déployer le plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles en favorisant les investissements, l’innovation, les approches collectives ; accroître la valeur de la filière alimentaire en développant les circuits de proximité, en s’appuyant sur les filières de qualité et en stimulant la compétitivité des entreprises agroalimentaires ; développer la pêche et l’aquaculture en préservant la biodiversité.

L’année 2018 devrait également être l’année de la mise en place de nouvelles mesures pour favoriser la transmission, et devrait être engagée «une nouvelle politique harmonisée sur le foncier agricole. L’objectif est de favoriser l’accès aux nouveaux candidats à l’installation, préserver les ceintures vertes urbaines et favoriser la biodiversité».

S. M.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

La race Bazadaise poursuit sa dynamique dans les Landes
Le président du syndicat des éleveurs landais de la race Bazadaise, Paul Dussau, évoque la dynamique de la race et les événements…
Deux équipes de l’Agrocampus 64 en course pour le TIEA 2023 à Paris
L’épreuve organisée dans le cadre du Salon international de l’agriculture se tiendra du mercredi 1er mars au dimanche…
PAC : Contrôle par satellite et droit à l’erreur
Avec la programmation 2023-2027 de la PAC, la France va mettre en œuvre le système de suivi des surfaces en temps réel (3STR) en…
2022, retour sur une année de combat syndical avec les présidents de la FDSEA et des JA
Franck Laborde, président de la FDSEA, et Sylvain Bordenave, président de Jeunes Agriculteurs, reviennent sur les dossiers qui…
file-Les chasseurs pourront continuer à prélever les nuisibles responsables des dégâts sur les cultures.
Le plan chasse dévoilé par le gouvernement
Après de nombreuses années de polémiques, le gouvernement entend mettre un peu d’ordre dans la pratique de la chasse. Il a, pour…
Egalim 2 : les exemptions à la contractualisation obligatoire précisées
Deux décrets du 26 décembre précisent les conditions des exemptions à la contractualisation écrite obligatoire au 1er janvier. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon