Aller au contenu principal

Le second souffle des CUMA

Entre réforme territoriale et développement des nouvelles technologies, l’évolution des CUMA, qui diversifient leurs services et domaines d’activité, se fait presque à marche forcée.

file-Parmi les événements phare des CUMA, l’édition 2015 du salon aux champs aura lieu les mercredi 26 et jeudi 27 août à Asnières et Fontenay-sur-Vègre dans la Sarthe, en région Pays-de-la-Loire.
Parmi les événements phare des CUMA, l’édition 2015 du salon aux champs aura lieu les mercredi 26 et jeudi 27 août à Asnières et Fontenay-sur-Vègre dans la Sarthe, en région Pays-de-la-Loire.

S’adapter aux demandes des agriculteurs, autres que celles concernant le machinisme, tout en restant dans le cadre d’une stratégie locale : tel est l’axe de développement des CUMA aujourd’hui. Lors de l’assemblée générale de la Fédération nationale (FNCUMA), le 26 mai, la situation délicate de certaines CUMA s’est fait sentir. Conflits de génération, nécessité d’embaucher du personnel, demande insistante de crédits pour de la formation, les CUMA sont à la recherche d’un second souffle et en passe d’effectuer leur mutation. Signe de ce changement, les prêts bonifiés, qui ont financé depuis 1982 de nombreux investissements, ne répondent plus à la demande et disparaîtront dans les mois à venir.

« Ils sont sous-utilisés à cause de leur complexité administrative et de l’évolution des projets des CUMA », analyse Stéphane Gérard, président de la Fédération. La FNCUMA a cependant défendu le maintien de l’enveloppe de 2,5 millions d’euros allouée à ces prêts tout en réorientant les financements vers de la formation, de la création d’emploi et de la construction de hangars de stockage commun de matériel.

Des travaux et de la réflexion

La demande a été entendue par le ministère, ce qu’a confirmé Philippe Mauguin, directeur de cabinet du ministre de l’agriculture, le 26 mai. Depuis deux ans, la FNCUMA réclamait des facilités de construction pour ces hangars. Comme l’a précisé Philippe Mauguin, «les textes actuels ne permettaient pas ces constructions de façon explicite». Aussi un décret d’application de la loi ALUR, maintenant rédigé et transmis au Conseil d’État, devrait être bientôt signé.

En parallèle, la réforme territoriale a également incité à cette future « année de travaux et de réflexions », constate Stéphane Gérard. Un changement des statuts de la FNCUMA est même nécessaire afin que l’ensemble des régions de France soit représenté au sein du conseil d’administration. Ce changement devrait être validé lors de l’assemblée générale extraordinaire de décembre 2015, selon le président.

«Nous sommes dans une première phase de construction. Nous avons posé les fondations de cette nouvelle organisation territoriale et nous nous sommes donnés un an pour y arriver, explique Luc Vermeulen, secrétaire général. Le but est de recréer de la dynamique dans les régions les plus faibles pour professionnaliser et homogénéiser la montée en puissance des CUMA. Une fédération seule ne peut y parvenir. Des équipes vont devoir travailler au sein des CUMA».

Anticipation sous peine de disparition

Gilles Picard, directeur de la Fédération régionale des CUMA de l’Ouest, aborde le problème de l’embauche. Les membres des CUMA n’ont effectivement plus le temps de piloter, et leur exploitation et la CUMA. Les technologies deviennent de plus en plus pointues au point que, pour Gilles Picard, «votre voisin agriculteur ne monte plus dans une machine pour vous dépanner pendant un quart d’heure. C’est un métier que de conduire ces engins». Un métier qui fait malheureusement peu rêver. L’embauche de salariés reste donc compliquée. S’ajoute le fait qu’«une CUMA qui n’anticipe pas peut disparaître en quelques années».

Anticiper, innover, embaucher nécessite des rentrées financières, d’où la volonté des CUMA de s’orienter vers l’apport de services comme le conseil. Le salon national des CUMA, qui aura lieu les 26 et 27 août, affiche clairement cette orientation, notamment dans la partie transformation à la ferme et circuits courts. Finalement, la CUMA n’est plus une coopérative d’utilisation de matériel agricole. Elle s’oriente vers le statut d’une coopérative tout court.

Petites structures

Le nombre moyen d’adhérents d’une CUMA est de 25 membres en 2013. Le travail du sol, le transport, la récolte des fourrages et l’épandage de fumier sont les activités les plus proposées. Leur chiffre d’affaires total est en hausse constante depuis plus de dix ans (526 millions d’euros en 2013 pour 495 millions en 2011), en lien avec l’augmentation des prix d’achat de matériel et du carburant. En parallèle, le montant des investissements a augmenté (398millions en 2013 pour 320 millions en 2011). Près de 50% des exploitations adhèrent à une CUMA. Par contre, le nombre de CUMA diminue du fait de fusions pour atteindre une taille critique pour certains investissements (13.400 CUMA en 2009, 11.260 en 2013).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Un film qui met en avant toute la noblesse du métier d’éleveur
Suivi d’un débat, le documentaire Même pas peur d’être éleveur sera diffusé à Pau le vendredi 16 septembre en marge du concours…
Récolte de maïs : le grand écart des rendements
L’important stress hydrique combiné aux températures caniculaires ont eu raison des rendements en maïs grain qui font le grand…
Emmanuel Macron, en visite aux Terres de Jim, a reçu les lauréats du concours Graines d'Agriculteur
Guillaume Ryickbosch, éleveur de chèvres à Coarraze, lauréat du concours Graines d’agriculteur
L’édition 2022 du concours a récompensé des jeunes agriculteurs impliqués dans la protection des ressources naturelles. Quatre…
Le début de la récolte du maïs grain confirme le fort recul des rendements
En Aquitaine, la collecte du maïs bat désormais son plein, avec des volumes en baisse de 30 à 40%, en particulier dans les zones…
Avec la Ferme du futur, Maïsadour construit l’agriculture de demain
Lors de d’une journée de démonstrations, d’échanges et de partage autour des innovations et tendances qui feront l’agriculture de…
Un foyer d’influenza confirmé dans un élevage en plein bassin de Loué
«Un cas d’influenza aviaire vient d’être détecté en Sarthe dans un élevage de canards situé dans la commune de Mézeray», a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon