Aller au contenu principal

L’Anses élabore un plan pour lutter contre la peste porcine africaine

Placer des barrières pour ralentir les mouvements des sangliers, puis abattre les suidés sauvages : dans une récente étude, l’Anses ébauche une stratégie de lutte en cas de foyer de peste porcine africaine (PPA) dans la faune sauvage.

file-Dans le collimateur du groupe chasse, non seulement les ACCA qui ne font pas leur travail de réduction de la population du sanglier, mais aussi les chasses privées dont les clôtures sont pour la plupart inefficaces. © FNC

En cas d’arrivée de la peste porcine africaine (PPA) en France, l’Anses préconise, dans une étude publiée le 12 décembre, de «placer des barrières afin de renforcer la fragmentation de l’habitat», puis d’«abattre systématiquement les sangliers présents dans la zone infectée». Une deuxième étape qui surviendrait «une fois que la maladie serait circonscrite dans une zone et que le nombre de contaminations deviendrait plus faible.»

Comme le rappelle l’agence sanitaire sur son site web, «cette méthode a permis d’éradiquer la peste porcine africaine en Belgique et en République tchèque.» L’Anses insiste aussi sur le «ramassage des carcasses» de sangliers trouvés morts.

Fragmenter les territoires

Dans son étude, l’Anses a modélisé la propagation de la PPA chez les sangliers dans deux zones : la frontière franco-belge (où la maladie était présente au moment du lancement de l’étude) et les Pyrénées-Atlantiques (où sont élevés de nombreux porcs en plein air). Conclusion : en freinant le déplacement des sangliers, «la fragmentation des territoires est déterminante pour ralentir la propagation.»

La maladie se dissémine donc moins vite à la frontière franco-belge, une zone «très morcelée, avec un territoire coupé par des routes et des villes», tandis que les Pyrénées-Atlantiques «comportent plus d’espaces naturels continus.» En revanche, la circulation de la maladie durerait plus longtemps en zone fragmentée : 2,6 ans en moyenne près de la Belgique, contre 1,6 an dans les Pyrénées-Atlantiques, avec un risque accru de transmission en élevage.

Suspension de la chasse

Enfin, l’Anses rappelle l’importance d’interdire la chasse en cas de détection de la PPA, car elle provoque la dispersion des populations de sangliers. Dans l’exemple des Pyrénées-Atlantiques, la PPA «mettrait en moyenne 300 jours de plus à disparaître» en cas de poursuite des activités cynégétiques.

Étant donné que la chasse est suspendue en cas de découverte d’un cas de PPA, ce scénario reste «plutôt théorique», explique Nicolas Rose, coauteur de l’étude et chef de l’unité Épidémiologie du laboratoire Anses de Ploufragan-Plouzané-Niort. À une exception notable : «Si la contamination des sangliers passe inaperçue et donc que la maladie est détectée très tardivement.» La France est actuellement indemne de PPA , mais la maladie est présente en Italie et en Allemagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon