Aller au contenu principal

L’Anses élabore un plan pour lutter contre la peste porcine africaine

Placer des barrières pour ralentir les mouvements des sangliers, puis abattre les suidés sauvages : dans une récente étude, l’Anses ébauche une stratégie de lutte en cas de foyer de peste porcine africaine (PPA) dans la faune sauvage.

file-Dans le collimateur du groupe chasse, non seulement les ACCA qui ne font pas leur travail de réduction de la population du sanglier, mais aussi les chasses privées dont les clôtures sont pour la plupart inefficaces. © FNC

En cas d’arrivée de la peste porcine africaine (PPA) en France, l’Anses préconise, dans une étude publiée le 12 décembre, de «placer des barrières afin de renforcer la fragmentation de l’habitat», puis d’«abattre systématiquement les sangliers présents dans la zone infectée». Une deuxième étape qui surviendrait «une fois que la maladie serait circonscrite dans une zone et que le nombre de contaminations deviendrait plus faible.»

Comme le rappelle l’agence sanitaire sur son site web, «cette méthode a permis d’éradiquer la peste porcine africaine en Belgique et en République tchèque.» L’Anses insiste aussi sur le «ramassage des carcasses» de sangliers trouvés morts.

Fragmenter les territoires

Dans son étude, l’Anses a modélisé la propagation de la PPA chez les sangliers dans deux zones : la frontière franco-belge (où la maladie était présente au moment du lancement de l’étude) et les Pyrénées-Atlantiques (où sont élevés de nombreux porcs en plein air). Conclusion : en freinant le déplacement des sangliers, «la fragmentation des territoires est déterminante pour ralentir la propagation.»

La maladie se dissémine donc moins vite à la frontière franco-belge, une zone «très morcelée, avec un territoire coupé par des routes et des villes», tandis que les Pyrénées-Atlantiques «comportent plus d’espaces naturels continus.» En revanche, la circulation de la maladie durerait plus longtemps en zone fragmentée : 2,6 ans en moyenne près de la Belgique, contre 1,6 an dans les Pyrénées-Atlantiques, avec un risque accru de transmission en élevage.

Suspension de la chasse

Enfin, l’Anses rappelle l’importance d’interdire la chasse en cas de détection de la PPA, car elle provoque la dispersion des populations de sangliers. Dans l’exemple des Pyrénées-Atlantiques, la PPA «mettrait en moyenne 300 jours de plus à disparaître» en cas de poursuite des activités cynégétiques.

Étant donné que la chasse est suspendue en cas de découverte d’un cas de PPA, ce scénario reste «plutôt théorique», explique Nicolas Rose, coauteur de l’étude et chef de l’unité Épidémiologie du laboratoire Anses de Ploufragan-Plouzané-Niort. À une exception notable : «Si la contamination des sangliers passe inaperçue et donc que la maladie est détectée très tardivement.» La France est actuellement indemne de PPA , mais la maladie est présente en Italie et en Allemagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Un orage soudain et dévastateur frappe la Soule et le Béarn

Des pluies diluviennes sont tombées dans un couloir qui va de Mauléon à Laàs. Gestas a été la commune la plus touchée. Un…

L'Agenda de votre semaine

Réunion d'informations, sortie culturelle, conférence débat, portes ouvertes : retrouvez tous les événements agricole et rural…

Loi d’orientation agricole : le texte adopté par l’Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture a été adopté…

Les Landes ont brillé au salon Aquitanima

Les éleveurs du département ont décroché les prix les plus prestigieux en race Bazadaise, à l’image de Joël Sillac, mais aussi…

Nouvelle formule pour la foire exposition EDT40

Vendredi  31  mai prochain, la foire-exposition organisée par le syndicat EDT 40 (qui réunit les entrepreneurs de travaux…

La vache Bordelaise s’épanouit au cœur du Béarn

Éleveurs à Diusse, dans les Pyrénées-Atlantiques, Jordan Burguez et Maryline Durou ont présenté cinq vaches Bordelaises au…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon