Aller au contenu principal

L’agneau de lait des Pyrénées à la recherche de nouveaux débouchés

La filière agneau de lait part en croisade. Les élus de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques avaient décidé, pour cette 16e édition des Assises ovines, organisées mardi 13 octobre chez Alain Lasserre à L’Hôpital-Saint-Blaise, de mettre en lumière la complexité de ce marché. Et surtout les leviers disponibles pour relever les nombreux défis qui se dressent devant les producteurs.

file-Les éleveurs ont pu évoquer le sujet des agneaux croisés. Une option qui permet d’améliorer la qualité bouchère des animaux, postulat pour conquérir de nouveaux marchés.
Les éleveurs ont pu évoquer le sujet des agneaux croisés. Une option qui permet d’améliorer la qualité bouchère des animaux, postulat pour conquérir de nouveaux marchés.

«On a tenu à maintenir ce rendez-vous malgré le contexte sanitaire car ce thème du marché de l’agneau nous préoccupe fortement, explique Patrick Etchegaray, vice-président de la chambre d’agriculture. Cette année on le voit encore, le marché espagnol devient de plus en plus resserré ; ça dure une semaine ou dix jours, puis après ça se dégrade».
Toute la filière, des éleveurs aux coopératives en passant par les organisations professionnelles, se pose des questions et tente de trouver des solutions. «Il faut qu’on développe le marché français», lâche l’élu de la chambre. Un travail titanesque qui ne pourra être réalisé que si tous les maillons de la chaîne sont mobilisés et solidaires.

Développer le drive

La filière a une carte à jouer. En effet, les signaux sont bons du côté des consommateurs. Patrick Etchegaray en veut pour preuve le carton du drive organisé durant le confinement : plus de 3.000 agneaux vendus en trois semaines (En savoir plus >>>). «Cette formule de vente, il faut qu’on la développe. On a aussi des contacts avec la grande distribution, notamment le groupe Carrefour. On doit mettre de l’agneau de lait sur les étalages tout au long de l’année.»

Ces assises, auxquelles ont participé un peu plus de 80 éleveurs et techniciens le matin et une centaine de lycéens l’après-midi, étaient donc une première étape dans ce marathon de conquête du marché français. Quatre ateliers étaient au programme : le marché espagnol et ses perspectives ; le marché français sous IGP/label rouge et l’outil de prévision de la filière ; les conditions de réussite de la production d’agneaux croisés ; et enfin les agneaux en bonne santé, la clé d’une bonne valorisation.

Jouer collectif

Le premier atelier était animé par Jean-Michel Irumé, de la Caoso, Pascal Etcheverry, de l’AOBB, et Odile Sallato, de la chambre d’agriculture. Il devait notamment permettre de comprendre l’état et les attentes du marché espagnol aujourd’hui.
Le second atelier, animé par David Carpentier, de l’Areovla, et Daniel Guilloux, commercial agneau de lait, abordait la question de la communication auprès des consommateurs. Pieryves Bonneau, de l’Interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques, évoquait pour sa part l’anticipation et la diversification des débouchés.
Le troisième atelier, animé par Jean Beudou, de la chambre d’agriculture, et Laurence Ourthiague, de Lur Berri, mettait en lumière l’amélioration de la valeur bouchère, qui demeure un enjeu majeur pour conquérir de nouveaux marchés. Il était ici question d’agneau croisé.
Enfin, le quatrième et dernier atelier, animé par Julien Garrot, du GDS, Morgan Lefloch et Marcel Borda, du Centre départemental de l’élevage ovin, et Fabien Pingitore, de la chambre d’agriculture, abordait le sujet de la prévention sanitaire, levier essentiel pour avoir un agneau de qualité.

«Si on veut développer le marché de l’agneau de lait en France, tout le monde devra tirer dans le même sens. Il faudra aussi que nous, éleveurs, on s’investisse un petit peu», avoue Patrick Etchegaray. L’agneau de lait est aujourd’hui à la croisé(e) des chemins.

Y. Allongue

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Aquitanima : les vedettes entrent en piste

Organisé ce week-end au parc des expositions de Bordeaux-Lac dans le cadre du Salon régional de l’agriculture, le concours des…

Maïs : disparités entre semis

La météo très pluvieuse par endroits a retardé l’avancement des chantiers en Béarn et au Pays basque.

Loi d'orientation agricole : le texte arrive à l'Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté en matière agricole et le renouvellement des générations en agriculture a…

Punaise diabolique : la lutte dans les vergers se précise

Une dissection des punaises femelles a permis de déterminer le stade de la maturation ovarienne.

Maïsadour et les MFR signent un partenariat en faveur de la transmission et l’installation

Cette démarche a pour objectif de faciliter la transmission des exploitations entre cédants et apprenants des établissements…

Maïs : un nouveau site Internet pour recruter les castreurs

Job maïs semences permet aux producteurs de constituer leurs équipes.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon