Aller au contenu principal

La demande en viande bovine progresse alors que la filière française décapitalise

La France manque d’animaux de boucherie. On dénombre 600.000 vaches en moins depuis 2016 et la pénurie pourrait s’accentuer. Pourtant, avec les changements de consommation et les obligations de la loi Egalim, les cours devraient être durablement élevés, portés par une forte demande tant nationale qu’européenne.

file-Malgré la demande en progression, le mouvement de décapitalisation observé en France se poursuit (-600.000 vaches laitière et viande depuis 2016) et s’étend à toute l’Europe.
Dans le cadre de la démarche Adapt’Agro, des recherches pour sélectionner des espèces de plantes plus résilientes à la sécheresse et trouver de nouveaux mélanges fourragers, vont être menées.
© Réussir

En deux ans, le marché français et européen de la viande bovine s’est métamorphosé. Les hausses des cours surprennent par leur ampleur. En semaine 43, la vache U côte 4,89€/kg et la vache O, 3,58€/kg.

Après deux années caniculaires en 2019 et 2020 et quatre ans de baisse des effectifs d’animaux, faute de demande et de prix rémunérateurs, c’est maintenant cette même demande qui fait flamber les cours de la viande bovine puisque l’offre ne suit plus. L’anticipation d’abattages d’animaux, observée ces dernières semaines, accentuera dans les mois à venir la pénurie de viande.

La France très compétitive

En Pologne, les cours de la viande battent sans cesse de nouveaux records. En semaine 43, les prix des jeunes bovins R et O sont quasiment équivalents à ceux observés dans l’Hexagone (4,17€/kg). De plus, l’envolée des prix des carburants renchérit d’autant les coûts de transport et, par ricochet, le prix de la viande polonaise exportée.

Dans ces conditions, la France est devenue très compétitive et la qualité des carcasses produites est particulièrement appréciée. Ses éleveurs ne redoutent plus, comme par le passé, la concurrence extra-européenne. Les grands bassins d’élevage font régulièrement face à des conditions climatiques défavorables. Ce qui affecte immanquablement l’offre mondiale d’animaux.

Côté demande, la donne a aussi changé. Pendant la crise sanitaire, les Français ont redécouvert la viande bovine française. Depuis le début de l’année, les importations sont inférieures de 10% à leur niveau de 2019. Désormais, les Français se font livrer, par des restaurateurs, 14% des plats qu’ils consomment (+100% en un an). Ils exigent d’eux que leurs plats soient préparés à base de viande issue d’animaux élevés en France. Le haché prend de plus en plus d’importance (61% du jeune bovin lait, 31% jeunes bovins viande).

À l’export, les ventes françaises de viande sont supérieures de 5% à leur niveau de 2019. L’Allemagne est un débouché porteur. Les Allemands consommant moins de viande porcine se reportent sur la viande française très réputée. Les pays du Benelux sont aussi devenus des clients importants de la France. Mais ces deux dernières années, les ventes de viande française déclinent en Grèce et en Italie. Elles régressent aussi vers l’Espagne et l’Italie ainsi que vers l’Algérie. Cependant, elles ont progressé de 22% vers les autres pays méditerranéens (+7% par rapport à 2019).

Un million de têtes en moins ?

Malgré cette embellie, le mouvement de décapitalisation observé en France se poursuit (-600.000 vaches laitières et viande depuis 2016) et s’étend à toute l’Europe. La France est le seul pays continental à avoir un troupeau allaitant conséquent (3,9 millions de vaches environ). Mais chaque année, plus de 310.000 veaux de huit jours sont exportés.

Dans les étables, les places vides ne manquent pas. Bien que les prix soient appelés à rester élevés, les producteurs très affectés par des années de crises, ne sont pas tentés de garder et d’élever davantage de veaux. Or les conditions sont devenues favorables pour créer de la valeur ajoutée dans leurs ateliers.

L’entrée en application de la loi Egalim, et la nouvelle demande de viande labélisée ou bio qu’elle suscitera, pourrait peut-être inciter les éleveurs à revoir leurs positions. Une relance de la production d’animaux contredirait alors les sombres perspectives présentées par l’Idele le 9 novembre dernier et qui prévoit que d’ici 2031, les effectifs de bovins lait et viande diminueraient d’un million de têtes. Ce serait autant de veaux en moins qui naîtraient pour produire de la viande !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Végétaelis, une vitrine ambitieuse de l’agriculture de demain
C’est un salon d’un nouveau genre qui va prochainement voir le jour dans la capitale du Béarn. Investissant le Parc des…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon