Aller au contenu principal

Accord collectif dans la charcuterie

Un nouvel accord collectif a été signé entre le ministère de l’agriculture, la Fédération française des industriels charcutiers, traiteurs et transformateurs de viande (FICT) et la Confédération nationale des charcutiers traiteurs (CNCT), le 4 mai dernier à Paris. Diminution du taux de sel et de gras (- 5%) dans douze nouvelles catégories de produits charcutiers, baisse de l’utilisation des emballages et amélioration des conditions de travail dans le secteur sont les trois grands axes de ce nouvel accord.

file-La filière de la charcuterie manque de près de 2000 apprentis par an.
La filière de la charcuterie manque de près de 2000 apprentis par an.

Ce document s’insère dans le cadre du programme national pour l’alimentation (PNA), mis en place par le ministère de l’agriculture. «La charcuterie veut répondre aux évolutions de la société», s’est exclamé Robert Volut, président de la FICT face à cet accord un peu «fourre-tout».

Côté nutrition, la FICT avait déjà signé un engagement volontaire sur la diminution de la teneur en lipides et sodium de neuf produits en 2010. L’objectif final, au travers de cet accord, est l’inscription de seuils en sodium et en lipides dans le Code des usages de la charcuterie. «Le respect de ces seuils doit […] permettre d’écarter les 15% en volume de produits les plus gras ou les plus salés», au sein de chacune des douze familles que sont les jambons cuits, l’épaule, les saucisses fumées, les andouillettes, les boudins noirs, les pâtés et mousses de canard, les pâtés en croûte, les saucissons cuits, le cervelas, soit un volume total de 184.000 tonnes.

Améliorer la préventiondes accidents du travail

Côté conditions de travail, cet accord sera mis en œuvre par des actions de communication et de formation des salariés, mais aussi par des investissements dans des machines plus performantes et plus protectrices. «Des troubles du dos et du poignet, liés à l’acte de vente» handicapent les salariés au fil du temps, notamment dans la partie charcuterie-traiteur, selon Joël Mauvigney, président de la CNCT. Il s’avoue «heureusement surpris» par les résultats d’une récente étude menée sur ce sujet. De plus, «le poids des marchandises a beaucoup diminué», au fil des années réduisant la pénibilité du travail.

En parallèle, il a rappelé le manque de près de 2000 apprentis par an dans la filière. D’après lui, «notre métier n’attire pas les jeunes!», par méconnaissance. Robert Volut, président de la FICT, reconnaît la manne d’emplois que représente le secteur de la charcuterie. «Nous n’avons pas assez de personnes qui parlent des langues étrangères par exemple» pour aller chercher des marchés exports, observe-t-il. Il aborde une vision de la charcuterie plus industrielle avec des emplois très techniques sur des lignes de fabrication.

Pour l’environnement, les engagements pris par la FICT et le CNCT visent à réduire les déchets d’emballages industriels et commerciaux, à mieux les valoriser et à développer l’éco-conception. «Nous n’avons pas mis l’énergie, mais c’est implicite», conclut Robert Volut.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Un film qui met en avant toute la noblesse du métier d’éleveur
Suivi d’un débat, le documentaire Même pas peur d’être éleveur sera diffusé à Pau le vendredi 16 septembre en marge du concours…
Récolte de maïs : le grand écart des rendements
L’important stress hydrique combiné aux températures caniculaires ont eu raison des rendements en maïs grain qui font le grand…
Emmanuel Macron, en visite aux Terres de Jim, a reçu les lauréats du concours Graines d'Agriculteur
Guillaume Ryickbosch, éleveur de chèvres à Coarraze, lauréat du concours Graines d’agriculteur
L’édition 2022 du concours a récompensé des jeunes agriculteurs impliqués dans la protection des ressources naturelles. Quatre…
Le début de la récolte du maïs grain confirme le fort recul des rendements
En Aquitaine, la collecte du maïs bat désormais son plein, avec des volumes en baisse de 30 à 40%, en particulier dans les zones…
Avec la Ferme du futur, Maïsadour construit l’agriculture de demain
Lors de d’une journée de démonstrations, d’échanges et de partage autour des innovations et tendances qui feront l’agriculture de…
Un foyer d’influenza confirmé dans un élevage en plein bassin de Loué
«Un cas d’influenza aviaire vient d’être détecté en Sarthe dans un élevage de canards situé dans la commune de Mézeray», a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon