Aller au contenu principal

Une rentrée syndicale sous très haute tension

La FDSEA et JA des Pyrénées-Atlantiques ont invité les élus, les services de l’État et leurs adhérents sur l’exploitation de Matthieu Amadine à Bérenx.

Les responsables de la FDSEA et des JA ont alerté les élus et les services de l’État sur les grandes difficultés rencontrées par les agriculteurs du département. La situation est alarmante.
© Le Sillon.info - Y. Allongue

Le ton était grave. À l’image des difficultés dans lesquelles sont plongés les agriculteurs du département. Entre une sécheresse historique et une situation géopolitique instable qui pèse sur les cours de l’énergie et des intrants, toutes les filières sont aujourd’hui concernées.

«Nous sommes face à deux niveaux de difficulté : le conjoncturel et le structurel», explique Franck Laborde, le président de la FDSEA face aux élus et aux services de l’État, invités pour cette rentrée syndicale ce 29 septembre sur l’exploitation de Matthieu Amadine à Bérenx. Et de préciser : «Il faut absolument que l’État nous accompagne dès maintenant pour passer ce cap, et il faut que nous parvenions, collectivement, à adapter nos exploitations pour continuer à exister. Il en va de la souveraineté alimentaire de notre pays.»

Des propos relayés par le secrétaire général de la FDSEA, Marc Dupouy. «Notre sécurité alimentaire est en jeu. On craint des arrêts de plusieurs agriculteurs mais aussi des pertes de capacité de production. On ampute notre capital pour traverser cette crise et survivre. On est face à une situation exceptionnelle. Il faut un accompagnement fort de l’État pour sauver le soldat agriculture.»

Faire appliquer Egalim 2

Plusieurs sujets ont été abordés par les différents responsables syndicaux. Gestion de l’eau, difficulté d’approvisionnement en fourrage pour les filières animales, augmentation des coûts de l’énergie et des engrais, baisse des rendements, installation, prédation… Aucun sujet n’a été éludé.

Un accent particulier a été mis sur l’application de la loi Egalim 2. «Cette loi est indispensable mais aujourd’hui personne n’est décidé à l’appliquer, peste Sylvain Bordenave, président des Jeunes Agriculteurs. L’État doit se donner les moyens de la faire appliquer, notamment en renforçant les contrôles. Les marges enregistrées par la grande distribution doivent redescendre dans les fermes».

«Le revenu moyen d’un agriculteur s’élève à 700 €, poursuit Sylvain Bordenave. Ramener aux taux horaires, cela fait 2,50 € de l’heure. Le smic est à 10,85 €… C’est de l’indécence. On doit pouvoir vivre de notre métier. Comment voulez-vous qu’on poursuive notre dynamique d’installation avec un tel revenu ? Il faut se poser la question».

Les élus présents, dont les députés David Habib et Jean-Paul Mattei, et la députée européenne Laurence Farreng-Despaux, ont apporté leur soutien aux représentants de la FDSEA et des JA, soulignant les efforts faits par le monde agricole sur la transition écologique. Et abondé aussi dans leur sens sur certains points, comme l’irrigation. «Quand il y a de l’eau, il faut la capter et la gérer en respect des nappes et des paysages», assure Laurence Farreng-Despaux.

En conclusion, le préfet Éric Spitz, qui assistait à sa dernière rentrée syndicale (N.D.L.R. : il a été nommé cette semaine Haut-Commissaire de la République en Polynésie française), a tenu à rappeler les différents dispositifs engagés par l’État pour soutenir les filières agricoles. Il a également insisté sur l’investissement de ses services (DDTM et DDPP). Pas certain que cela suffise à satisfaire les deux syndicats agricoles.

Y. Allongue

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon