Aller au contenu principal

Transhumances : la préfecture a fixé les règles pour les convois

Comme chaque année, le préfet a signé l’arrêté départemental fixant les routes et les chemins que doivent utiliser les troupeaux transhumants et les conditions d’accompagnement de ces troupeaux. Ces mesures ont attrait à la sécurité des personnes et des animaux. Des dispositions particulières concernent également les troupeaux empruntant la route nationale 134.

file-Les éleveurs transhumants doivent mettre en place des mesures de sécurité pour conduire les troupeaux aux estives. © Le Sillon
Les éleveurs transhumants doivent mettre en place des mesures de sécurité pour conduire les troupeaux aux estives. © Le Sillon

L’arrêté liste les routes nationales (N134), départementales et voies communales des cantons d’Ouzom, Gave et Rives du Neez, Montagne Basque, Oloron 1, Oloron 2 concernés par ces dispositions. Vous pouvez télécharger l’arrêté complet listant les routes concernées, les horaires d’autorisation et d’interdiction, les dispositions pratiques… >>>>

Encadrement strict

Important : tout éleveur empruntant la route nationale 134 avec ses animaux doit réaliser une déclaration préalable en appelant la permanence de la direction interdépartementale des routes Atlantique à Oloron-Sainte-Marie au 06.69.71.78.51. Cela permettra entre autres d’indiquer aux automobilistes qu’une transhumance est en cours sur les panneaux de signalisation lumineux d’Accous, Gurmençon et Gan. En appelant cette plateforme avant de prendre la route, les éleveurs permettent également de signaler une transhumance en cours sur les GPS Bison Futé.

Cet arrêté préfectoral précise également les conditions particulières concernant :
- Tout véhicule croisant un troupeau.
- Tout véhicule doublant un troupeau.
- La conduite des troupeaux.
- La signalisation des troupeaux.

Concernant ces deux derniers points, l’arrêté fixe le nombre de bergers par taille de troupeau. Ainsi, pour un troupeau d’une taille inférieure ou égale à 200 brebis ou 40 bovins ou 40 équins, il faut 3 accompagnateurs : un à l’avant, un berger d’accompagnement et un à l’arrière. Ce nombre doit être augmenté par tranche égale ou inférieure à 250 brebis ou 30 bovins ou 30 équidés supplémentaires. Les accompagnateurs doivent porter un vêtement fluorescent.

Sur la N134, mais également dans tout autre secteur où la visibilité, est insuffisante pour permettre à l’usager de réagir à temps en cas de soucis, les troupeaux doivent être encadrés par :
- Soit deux véhicules équipés de gyrophares ainsi qu’un panneau d’au moins 10 cm de hauteur sur fond orange portant la mention “transhumance”.
- Soit par deux signaleurs équipés de vêtements fluorescents.
- Le premier véhicule ou signaleur précède le troupeau de 150 m, de la même façon le véhicule et le signaleur suivent la fin de troupeau à 150 mètres
- La longueur totale du convoi ne doit pas excéder les 500 mètres.

Enfin, l’arrêté fixe les jours où les mouvements sont interdits dans les différents secteurs de montagne du département. Le samedi 18 septembre doit ainsi être évité sur les routes empruntées par l’épreuve cyclosportive de la Quebrantahuesos.

Téléchargez l'arrêté préfectoral >>>>

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Végétaelis, une vitrine ambitieuse de l’agriculture de demain
C’est un salon d’un nouveau genre qui va prochainement voir le jour dans la capitale du Béarn. Investissant le Parc des…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon