Aller au contenu principal

Pour Emmanuel Macron, le revenu est «la mère des batailles»

Clauses miroir, assurance récolte, Varenne de l’eau… Le Président de la République a fixé la feuille de route du ministre de l’Agriculture pour les douze prochains mois.

file-Emmanuel Macron a répondu aux questions préalablement posées par des agriculteurs. © Actuagri
Emmanuel Macron a répondu aux questions préalablement posées par des agriculteurs. © Actuagri

Lors de la dernière séquence du colloque organisé par le Conseil de l’agriculture française sur la souveraineté alimentaire nationale (en savoir plus >>>), Emmanuel Macron a clairement indiqué, dans un enregistrement vidéo, que le «revenu agricole est la mère des batailles» et que sur ce point, la loi Egalim avait permis certaines avancées. Cependant, afin de gommer ses imperfections, le Président de la République a annoncé qu’un nouveau texte législatif, actuellement en préparation, serait voté avant les prochaines négociations commerciales d’octobre 2021.

Concernant l’assurance récolte, Emmanuel Macron a pris le parti du ministre de l’Agriculture qui portait publiquement, notamment depuis le dernier épisode de gel, l’idée d’une «cotisation» basée sur la «solidarité nationale». Le Président de la République a déclaré que «nos agriculteurs ne peuvent pas payer seuls cette assurance» et appelé les ministres de l’Agriculture et de l’Économie à créer «un système totalement neuf» d’assurance récolte, abondé par un financement public.

Une situation bloquée

Sur le dossier des retenues d’eau, «bloqué» à la suite du «drame de Sivens», «j’ai demandé au ministre de mettre à plat tous les projets pour qu’on simplifie les règles et qu’on avance». Précisant la feuille de route pour la conduite du Varenne de l’eau qui doit débuter dans les prochaines semaines, M. Macron a semblé vouloir cibler plus particulièrement les petits projets.

«Le projet de ce Varenne de l’eau va être de regarder tous les blocages que l’on a sur le territoire et de réussir à définir une méthodologie beaucoup plus rapide et faire sortir, en particulier, tous ces petits projets en quelques mois, et pas en 18, 24 et quelques fois plus» a résumé le Chef de l’État. Il a toutefois rappelé qu’ils devraient s’intégrer «dans des projets de territoires» pour la gestion de l’eau (PTGE). Interpellé sur les produits phytosanitaires, Emmanuel Macron a assuré qu’il fallait être «pragmatique» et qu’il ne «laisserait pas les agriculteurs sans solutions».

Enfin, le Président s’est montré favorable à l’imposition de «clauses miroirs» dans la politique commerciale européenne. Parce que préserver le revenu passe aussi par la «lutte contre la concurrence déloyale, au sein et en dehors de l’Europe», a indiqué Emmanuel Macron. «Il faut pouvoir refléter nos contraintes avec les gens avec qui on commerce (…) Notre intérêt, c’est l’ouverture parce que nous produisons pour nous nourrir, nourrir nos voisins, notre proximité, mais aussi pour exporter. Simplement, non à la concurrence déloyale. Et là, il faut être très ferme», a-t-il ajouté.

En effet, dans le cadre de la révision de la politique commerciale entamée depuis quelques mois par l’Union européenne, la France souhaite la fixation pour les denrées importées de normes de production (environnementales ou sociales) équivalentes à celles pratiquées dans l’UE, y compris dans les cas où ces normes n’auraient de bénéfice que dans le pays où les denrées sont produites (par exemple, l’interdiction de pesticides non détectables dans les denrées mais néfaste pour la biodiversité).

«Nous devons avoir des échanges commerciaux avec des gens qui font les mêmes efforts», a expliqué Emmanuel Macron. Et d’insister : «Pas de négociation commerciale avec les pays qui ne respectent pas l’Accord de Paris, mais nous défendons aussi la clause miroir, c’est-à-dire le fait de pouvoir refléter nos contraintes avec les gens avec qui nous échangeons».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

La race Bazadaise poursuit sa dynamique dans les Landes
Le président du syndicat des éleveurs landais de la race Bazadaise, Paul Dussau, évoque la dynamique de la race et les événements…
Deux équipes de l’Agrocampus 64 en course pour le TIEA 2023 à Paris
L’épreuve organisée dans le cadre du Salon international de l’agriculture se tiendra du mercredi 1er mars au dimanche…
PAC : Contrôle par satellite et droit à l’erreur
Avec la programmation 2023-2027 de la PAC, la France va mettre en œuvre le système de suivi des surfaces en temps réel (3STR) en…
2022, retour sur une année de combat syndical avec les présidents de la FDSEA et des JA
Franck Laborde, président de la FDSEA, et Sylvain Bordenave, président de Jeunes Agriculteurs, reviennent sur les dossiers qui…
file-Les chasseurs pourront continuer à prélever les nuisibles responsables des dégâts sur les cultures.
Le plan chasse dévoilé par le gouvernement
Après de nombreuses années de polémiques, le gouvernement entend mettre un peu d’ordre dans la pratique de la chasse. Il a, pour…
Egalim 2 : les exemptions à la contractualisation obligatoire précisées
Deux décrets du 26 décembre précisent les conditions des exemptions à la contractualisation écrite obligatoire au 1er janvier. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon