Aller au contenu principal

PAC : les producteurs de maïs s’opposent à la rotation exclusive des cultures

L’histoire semble se répéter pour les maïsiculteurs français. Comme lors de la précédente réforme de la PAC en 2013, la monoculture est clairement remise en question dans la nouvelle mouture préparée par l’Union européenne. Face à la menace, l’AGPM et le réseau FDSEA/JA contre-attaquent en rangs serrés.

file-AGPM, FDSEA et JA des Landes, FDSEA et JA des Pyrénées-Atlantiques sont mobilisés pour faire reconnaître les pratiques des producteurs de maïs du Sud-Ouest. Et préserver un pilier de l’économie régionale.
AGPM, FDSEA et JA des Landes, FDSEA et JA des Pyrénées-Atlantiques sont mobilisés pour faire reconnaître les pratiques des producteurs de maïs du Sud-Ouest. Et préserver un pilier de l’économie régionale.

«La conditionnalité se durcit, prévient Daniel Peyraube, le président de l’AGPM. La BCAE 8 (Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales) imposerait une rotation annuelle des cultures à la parcelle». Et donc sonnerait le glas de la monoculture du maïs. L’enjeu est de taille pour l’agriculture du Sud-Ouest. En effet, nombre de systèmes et de filières se sont construits autour du maïs : élevage, biocarburant, construction, bioplastique, textile… «La maïsiculture crée une dynamique de territoire, assure Daniel Peyraube. Elle est très créatrice d’emploi. On n’est pas des Khmers du maïs, mais il faut des adaptations pragmatiques et réalisables».

La remise en cause de la monoculture obligerait, notamment, les agriculteurs à trouver des cultures de substitution et revoir leur chaîne de production. «C’est très facile à dire sur un coin de table bruxellois, mais sur le territoire et pour les outils économiques qui en dépendent, c’est une tout autre histoire», lance le président de l’AGPM.

En effet, la maïsiculture est une production à très forte valeur, qui fait vivre des exploitations agricoles à taille humaine. Mais aussi de nombreuses filières agroalimentaires. «Si on veut faire d’autres productions qui ont un plus faible rendement à l’hectare, il faudra décupler les surfaces de production.» Sans être certain de maintenir les revenus des exploitants…

Un effet domino

L’effet domino qui résulterait de l’abandon de la monoculture pourrait donc être dramatique, assurent les professionnels agricoles. Par exemple, le maïs alimente les filières animales. «Si on n’a plus de maïs, on n’a plus d’élevage», souffle Sylvain Bordenave, président de JA 64. «Viande bovine, lait, cochon, canard, volailles, tout est lié», renchérit Marc Dupouy, secrétaire général de la FDSEA 64.

D’autre part, la diversification des cultures va entraîner une utilisation supplémentaire de produits de synthèse, le maïs en étant très peu gourmand. «C’est un élément qu’il faut prendre en compte avec le changement climatique et les évolutions des demandes sociétales auxquelles il faut impérativement répondre», souligne Daniel Peyraube.

La profession agricole reprend donc son bâton de pèlerin pour convaincre que la monoculture n’est pas une pratique nocive pour l’environnement. Et pose ses revendications : «Nous souhaitons que la rotation exclusive d’une année sur l’autre ne soit pas une obligation, explique Franck Laborde, président de la FDSEA 64. On demande que la rotation maïs/couvert soit reconnue et inscrite dans les règles européennes. On sait que le ministère de l’Agriculture va défendre notre position».

Faire reconnaître certaines pratiques

Les négociations sont en cours, notamment sur l’aspect technique de la BCAE 8. «On doit répondre aux critères bruxellois pour parvenir à un accord recevable, conclut Daniel Peyraube. On n’est pas des intégristes du maïs, on est prêt à faire des efforts. Mais on fait des choses aujourd’hui qui ne sont pas reconnues. On veut faire reconnaître tout ce que les agriculteurs font déjà».

Reste la question des éco-régimes, qui pourraient, eux aussi, exclure de nombreux agriculteurs. Les projections avancent une perte pouvant aller jusqu’à 70€ par ha pour ceux qui ne rentrent pas dans les critères. La mobilisation reste donc très active pour porter la voix des maïsiculteurs français.

Y. Allongue

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Loi d'orientation agricole : le texte arrive à l'Assemblée nationale

Le projet de loi d’orientation pour la souveraineté en matière agricole et le renouvellement des générations en agriculture a…

Maïs : disparités entre semis

La météo très pluvieuse par endroits a retardé l’avancement des chantiers en Béarn et au Pays basque.

Punaise diabolique : la lutte dans les vergers se précise

Une dissection des punaises femelles a permis de déterminer le stade de la maturation ovarienne.

Aquitanima : les vedettes entrent en piste

Organisé ce week-end au parc des expositions de Bordeaux-Lac dans le cadre du Salon régional de l’agriculture, le concours des…

«Tous les viticulteurs ont eu accès au fonds d’urgence viticole»

La mobilisation de la FDSEA et des JA, soutenus par le député David Habib, a permis aux Pyrénées-Atlantiques de décrocher une…

Affectée par les conditions pluvieuses, la campagne de semis patine

Le groupe coopératif Maïsadour indique que moins de la moitié des surfaces prévues de maïs grain et spéciaux ont été…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon