Aller au contenu principal

Le ministre de l’Agriculture attendu ce samedi à Pau

Marc Fesneau doit inaugurer en fin de matinée le premier concours interrégional Prim’Holstein organisé au parc des expositions de Pau ce samedi 17 septembre dans le cadre de Pau Expo Élevage.

Auparavant, il sera reçu à la chambre d’agriculture pour une réunion de travail avec les organisations professionnelles agricoles sur la situation de l’agriculture locale.

Bernard Layre, vice-président de la chambre régionale de l’agriculture, croit au développement de la méthanisation.
© Le Sillon.info

Le président de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, évoque les attentes professionnelles de cette visite et les messages qu’il fera passer au ministre.

Le ministre de l’Agriculture est à Pau aujourd’hui pour inaugurer le premier concours interrégional Prim’Holstein. C’est la première fois que Marc Fesneau vient dans le Sud-Ouest. Cette visite était-elle attendue ?

Bernard Layre - On avait demandé au ministre de venir inaugurer ce premier concours interregional lait. On peut remercier le président de l’agglomération de Pau, François Bayrou, d’avoir influé pour qu’on ait le ministre de l’Agriculture. Je pense que les différentes revendications que la profession porte depuis le 22 août mettent la pression à différents échelons et montrent le danger qui guette l’agriculture des Pyrénées-Atlantiques, et plus largement du bassin de l’Adour.

C’est un message fort pour vous que le ministre fasse ce déplacement ?

B. L. - C’est d’abord important que l’on puisse faire une fête de l’élevage au sein de la foire de Pau, qu’on mette en avant cette production laitière car elle est en danger. En 25 ans, nous sommes passés de 2 500 à 500 producteurs dans notre département. Il est primordial de conserver la génétique et le savoir-faire de nos élevages. Nous avons eu beaucoup d’éleveurs inscrits à ce concours, cela veut dire qu’il y avait une réelle attente des éleveurs de se réunir.

Quels messages allez-vous porter au ministre ?

B. L. - Le ministre nous accorde toute une journée, ce qui est assez rare. Je crois qu’il y a une prise de conscience des pouvoirs publics du danger qui guette notre agriculture et notre potentiel de production. On s’éloigne, jour après jour, de notre souveraineté alimentaire. Les différentes enveloppes et les différents plans qui ont été mis en œuvre ne correspondent pas, malheureusement, à nos problématiques.

Les agriculteurs ne peuvent pas bénéficier de ces enveloppes alors qu’ils doivent faire face à une explosion de leur charge et au drame climatique qui pénalise les rendements. Cet effet ciseaux mettra nombre d’agriculteurs en déficit.

On peut quand même saluer aussi le travail du ministre dans la négociation du PSN (N.D.L.R. : déclinaison française de la réforme de la PAC). Il a permis que nous conservions la dérogation à la rotation des cultures à la parcelle et les ratios existants des surfaces peu productives. Ce sont des points très positifs pour conserver de la valeur ajoutée sur nos territoires. Marc Fesneau a tenu bon face à Bruxelles et son administration pour défendre notre profession.

Que faudra-t-il pour passer ce cap difficile ?

B. L. - Il faut absolument un accompagnement digne de ce nom pour aboutir à la souveraineté alimentaire, qui est une arme géostratégique. J’irai même plus loin : il faut qu’on parle de sécurité alimentaire. Les personnes sous-alimentées dans le monde vont dépasser le milliard. L’État ne peut pas se permettre d’être absent de ce sujet.

Propos recueillis par Y. Allongue

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Les syndicats investissent le site d'Intermarché

Après la base logistique de Scalandes, la FDSEA et les JA 40 continuent de cibler la grande distribution.

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

Ovinpiades : Alexis Toulet-Blanquet et Iris Soucaze en route pour Paris

La 19e édition du concours a été remportée par deux élèves de l’Agrocampus 64. Ils sont qualifiés pour les finales…

La FDSEA et JA 40 poursuivent leur mobilisation et ciblent la grande distribution

Les représentants syndicaux ont été extrêmement déçus par les échanges avec la préfète et ses services. Des actions ciblent…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon