Aller au contenu principal

Les éleveurs pourront se couvrir avec l’assurance des prairies

Après les grandes cultures, la viticulture et l’arboriculture, l’élevage aura désormais son assurance contre les aléas climatiques. L’assurance des prairies, qui couvrira les pertes de fourrages consécutives à des phénomènes climatiques, sera proposée par les compagnies d’assurances dès le mois de janvier 2016.

file-Grandes cultures, arboriculture, viticulture et prairies pourront, à compter du 1er janvier 2016, être couvertes par le biais d’une assurance privée.
Grandes cultures, arboriculture, viticulture et prairies pourront, à compter du 1er janvier 2016, être couvertes par le biais d’une assurance privée.

Les prairies permanentes et pâturages représentent 30,2% de la surface agricole utile totale. Si le besoin en assurance se faisait ressentir, aucune offre n’était jusqu’à présent sur le marché, du fait notamment de la difficulté à évaluer la pousse — et la perte — de l’herbe. La technologie ayant apporté des solutions, il ne manquait que les critères d’application pour lancer officiellement l’assurance des prairies. Suite au dernier Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA) du 9 décembre, les lacunes sont comblées.

Lire aussi : La nouvelle assurance climat sera opérationnelle en 2016

Le contrat de base ouvrant droit à une subvention à hauteur de 65% de la prime, sera basé sur un déficit de pousse de l’herbe supérieur ou égal à 30% par rapport à la moyenne quinquennale (moins la meilleure et la moins bonne année) et une franchise de 25%. Un taux que le ministère estime attractif, puisqu’il est inférieur à celui des autres assurances aléas climatiques (à 30%). Le dernier CNGRA a également fixé le montant maximum du capital assuré, réparti en trois catégories : 900€/ha pour les prairies temporaires et permanentes, 1.490€/ha pour les prairies artificielles et 168€/ha pour les landes et parcours.

Les assureurs sont sur le coup, dégainant tour à tour leur assurance des prairies. Tous misent sur un contrat personnalisable, dont la subvention publique variera en fonction des critères retenus. Pacifica (Crédit agricole) avait pris de l’avance en lançant son offre dès le mois de juin. Le n° 2 du marché des assurances agricoles ambitionne la signature de 1.000 contrats pour 2016. La compagnie espère séduire les jeunes éleveurs, en proposant une réduction pouvant aller jusqu’à 50% de la cotisation pour les jeunes installés. Parmi ses différents contrats, l’assureur propose un taux de franchise allant de 10% à 50%.

Les assureurs historiques sont déjà prêts

Deuxième sur le départ, Groupama lancera son offre le 18 janvier. Stéphane Gin, directeur de l’assurance agricole, a présenté son nouveau produit le 7 décembre. Comme chez Pacifica, l’agriculteur pourra opter pour le contrat de base, ou un contrat différent, moins subventionné. «Nous ne descendrons pas sous les 20% de franchise en 2016», a annoncé Stéphane Gin. La compagnie d’assurances reste en effet prudente et souhaite faire de l’année 2016 une année test pour s’assurer de «la pertinence et la robustesse» de son offre. Le seul objectif affiché est celui de «toucher tout type d’élevage, partout en France» afin de pouvoir tester réellement l’intérêt du produit.

Aviva lancera également une offre au mois de janvier et attend quelques centaines de souscriptions, selon Luc Pasquier, directeur de l’assurance agricole. Comme chez Groupama, Aviva voit 2016 comme une année test, pour peaufiner les caractéristiques de son contrat. Niveau franchise, «nous n’irons pas dessous de 15%» estime Luc Pasquier. Axa France a également annoncé le lancement de son offre en janvier prochain. La compagnie d’assurance prévoit un sprint final pour la fin de l’année, les caractéristiques de son assurance des prairies n’étant pas encore finalisées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon