Aller au contenu principal

Législatives: ce qu’il faut retenir du second tour

Jean-Baptiste Moreau, Grégory Besson-Moreau, Jean-Bernard Sempastous et Loïc Dombreval. Quatre figures agricoles de la majorité ont échoué au second tour des législatives. À l’inverse, la Nupes et le Rassemblement national ont fait élire de nouvelles têtes qui devraient s’intéresser de près à l’agriculture.

file-Sans surprise, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau est reconduit (56,47%) dans le Loir-et-Cher. © Réussi
Marc Fesneau a souligné que la France va être le premier pays d’Europe à lancer la vaccination des palmipèdes.
© Réussir

L’agriculture aura été à l’image de l’ensemble de la dynamique électorale, plutôt défavorable à la majorité, et porteuse pour la Nupes et le Rassemblement national. Quatre figures agricoles de la majorité ont échoué au second tour des législatives, ce 19 juin. Il s’agit de Jean-Baptiste Moreau, Grégory Besson-Moreau, Jean-Bernard Sempastous et Loïc Dombreval. Ils effectuaient tous les quatre leur premier mandat, trois d’entre eux avaient été investis de rôles importants dans l’examen des trois principaux textes agricoles de la précédente mandature.

Rapporteur de la loi Egalim, Jean-Baptiste Moreau échoue de peu dans la Creuse (48,56%) face à un candidat Nupes. Tout comme l’auteur de la loi foncière éponyme, Jean-Bernard Sempastous (49,87%). Quant à l’auteur de la proposition de loi Egalim 2, Grégory Besson-Moreau, il est plus sèchement vaincu (46,11%) dans l’Aube par le Rassemblement national. Même sort pour Loïc Dombreval dans les Alpes-Maritimes (45,34%), auteur d’une proposition de loi sur le bien-être animal. Deux autres députés moins en vue de la majorité sortent: l’agriculteur retraité Jean-Claude Leclabart dans la Somme et le consultant en vin Michel Delpon en Dordogne.

Quatre autres députés agricoles de la majorité ont connu un meilleur sort, reconduits pour un second mandat: l’ancien ministre de l’Agriculture Stéphane Travert (53,13%, Manche), Sandrine Le Feur (54,4%, Finistère), Richard Ramos (59,72%, Loiret), et Frédéric Descrozaille (59,09%, Val-de-Marne). Chez les LR, le jeune Julien Dive est réélu une seconde fois (58,17%, Aisne). Loïc Prudhomme rempile également en Gironde pour la Nupes (57,11%). L’ensemble des députés agricoles historiques (André Chassaigne, Thierry Benoit, Marc Le Fur, Dominique Potier, Guillaume Garot…) sont réélus.

Sans surprise, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau est aussi reconduit (56,47%) dans le Loir-et-Cher. En revanche, la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin est battue (46,3%) en Essonne, tout comme l’ancienne secrétaire d’État à la biodiversité Bérengère Abba en Haute-Marne (48,75%).

De nouvelles têtes

À l’image du reste du scrutin, le second tour des législatives a vu l’élection de trois nouveaux députés issus du monde agricole venus du Rassemblement national et de la Nupes. Il s’agit des viticulteurs Christophe Barthès (53,56%) et Grégoire de Fournas (56,82%) respectivement élus dans l’Aude et la Gironde pour le RN, et de l’ouvrière agricole Mathilde Hignet qui l’emporte sur le fil (50,36%) en Ille-et-Vilaine pour la Nupes.

D’autres figurent émergent moins directement liées à l’agriculture: pour la Nupes, l’économiste d’AgroParisTech Aurélie Trouvé est investie en Seine-Saint-Denis, tout comme le militant animaliste et ancien journaliste Aymeric Caron à Paris. Avec l’étiquette Renaissance, le président du Parc naturel régional du Pilat, Emmanuel Mandon, est élu pour son premier mandat dans la Loire, avec 57,32% des voix. Dans le même département, le vice-président à l’agriculture du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-Pierre Taite, est élu pour Les Républicains (55,74%).

Parmi les nouveaux profils agricoles à avoir échoué, l’ancien président national des JA, Michel Teyssedou, est sèchement sorti dans le Cantal (30,98%) pour Renaissance, tout comme l’agriculteur et vice-président du conseil départemental Philippe Alpy dans le Doubs (27,94%). De même, la déléguée générale des Eaux minérales naturelles Marie-Ange Badin échoue lourdement dans les Hauts-de-Seine (29,83%) pour Renaissance. Enfin, le maître-nageur en reconversion pour devenir maraîcher, Pierre Smolarz, échoue pour la Nupes dans le Finistère (42,10%).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon