Aller au contenu principal

PAC
Le plan stratégique national français validé par Bruxelles

Dernière étape avant l’entrée en vigueur de la nouvelle PAC, les orientations choisies par la France ont été avalisées par Bruxelles le 31 août, tout comme celles de six autres pays de l’Union européenne. La fin d’un long processus.

La Commission européenne a jugé «exemplaire» la proposition française détaillée au sein d’un document de plus de 1.800 pages.
© DR

Le plan stratégique national (PSN) de la France élaboré dans le cadre de la mise en place de la PAC 2023-2027 a été définitivement adopté, a indiqué la Commission européenne le 31 août. Dans le même temps, Bruxelles a indiqué avoir avalisé les plans nationaux de six autres pays : Danemark, Espagne, Finlande, Irlande, Pologne et Portugal.

Les plans de ces pays représentent à eux seuls un budget de 120 milliards d’euros (Md€, premier et deuxième piliers confondus), dont 45,2 Md€ pour la France. «La Commission européenne est déterminée à adopter les 21 plans restants», indique-t-on sur place, ouvrant ainsi la voie à la mise en œuvre de la nouvelle PAC à partir du 1er janvier 2023.

La proposition française, détaillée au sein d’un document de plus de 1.800 pages, a été jugée «exemplaire» en matière de transparence et de simplification, indique-t-on à la Commission qui salue notamment «le processus de consultation approfondie des parties prenantes» et l’organisation du débat public sous l’égide de la Commission nationale du débat public.

Le plan français, qui définit pour la première fois une stratégie à la fois pour les paiements directs par le FEAGA, pour le développement rural par le FEADER et pour les interventions sectorielles a été également jugé conforme aux dix objectifs spécifiques fixés par Bruxelles pour la PAC (lire également encadré), tant dans les domaines économique que social et environnemental.

Renforcer la résilience du secteur agricole

La Commission européenne, qui avait invité, plus tôt cette année, les États Membres à revoir leurs propositions de plan de façon à renforcer la résilience du secteur agricole dans le cadre de la guerre en Ukraine, a estimé que la France avait fait bon usage des outils mis à sa disposition par la PAC pour s’adapter à cette crise. La Commission a notamment salué l’objectif du développement des légumineuses «qui permettra d’un côté de réduire la part d’importation de protéines pour l’élevage et d’autre part de contribuer à plus de sobriété en intrants par la réduction de la fertilisation azotée», ont indiqué des responsables de la DG Agri.

La volonté de développer des synergies entre cultures végétales et élevage sur une même exploitation a également été relevée. «Cela doit permettre d’augmenter les apports organiques plutôt que les engrais de synthèse», se félicitent ces derniers. Les exploitations qui combinent légumineuses et bétail peuvent en effet bénéficier d’un soutien supplémentaire dans le cadre du PSN, le budget alloué à ces mesures ayant augmenté de 70% par rapport à la PAC précédente.

Les responsables de l’Agriculture à Bruxelles ont également souligné l’ambition française en matière de développement de l’agriculture biologique, avec un objectif de doublement des surfaces bio d’ici 2027, soit 18% de la SAU, avec un soutien à la conversion renforcé de 90 millions d’euros (M€) supplémentaires pour atteindre 340 M€. Enfin, la Commission s’est félicitée du volet de la prévention et de la gestion des risques pour favoriser la résilience des exploitations.

Bruxelles salue le soutien renforcé aux investissements en biosécurité ou contre les aléas climatiques, l’instrument de stabilisation des revenus de certaines filières en cas de crise (comme la betterave sucrière), ou encore un soutien au Fonds de mutualisation du risque sanitaire et environnemental (FMSE). Le budget des interventions en lien avec la gestion des risques s’élève en effet à 941 M€.

Un PSN conforme aux objectifs de la PAC

La Commission européenne a jugé le PSN conforme aux 10 objectifs assignés à la PAC dans les domaines économique, social et environnemental. Concernant l’aspect économique, l’aide de base au revenu sera distribuée aux bénéficiaires disposant de droits au paiement «de manière plus équitable», jugent les experts de la Commission, avec une convergence progressive. Environ 3,5 Md€ seront redistribués pour soutenir les petites et moyennes exploitations de 52 hectares ou moins, soulignent-ils.
La France a aussi choisi de cibler les soutiens sur les filières en difficulté, se félicite la Commission, soulignant que 15% des paiements directs sont consacrés aux aides couplées, principalement dans le secteur de l’élevage de ruminants. Concernant l’environnement, plus de 86% de la SAU respectera de bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE), notamment les couvertures minimales des sols en période sensible se félicite la Commission, qui retient également que l’éco-régime représentera 25% des aides directes dès 2023. Enfin, concernant le volet social, les moyens dédiés à l’installation des JA sont renforcés avec un peu plus de 200 M€ de crédits européens mobilisés sur les deux piliers, souligne-t-on à Bruxelles. 27.200 jeunes agriculteurs bénéficieront d’une aide d’au moins 5.000 € pour démarrer leur activité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon