Aller au contenu principal

Le budget du ministère de l’Agriculture en hausse de 20% pour 2023

Le projet de loi de finances pour l’année 2023 a été présenté le 26 septembre en conseil des ministres. L’enveloppe accordée à la Rue de Varenne est en hausse d’un milliard d’euros (+20%), portée principalement par trois lignes budgétaires : l’assurance récolte (+256 M€), le financement des MAEC et de l’ICHN, l’allégement de charge TO-DE dédié aux travailleurs saisonniers (+427 M€).

file-Ancien député Modem réputé influent, élu rural de la Beauce, ancien cadre de chambre d’agriculture, le nouveau ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a déjà des dossiers brûlants à gérer.
Au ministère de l'agriculture, Marc Fesneau poursuit les mêmes objectifs que son prédécesseur.

Sous l’égide de Marc Fesneau, le ministère de l’Agriculture ambitionne de «soutenir le revenu des agriculteurs et la transformation de l’agriculture vers l’agroécologie, y compris grâce aux contreparties nationales aux aides européennes de la PAC». Le ministre entend aussi «assurer la sécurité sanitaire de notre territoire et de nos aliments» et «préparer l’avenir par l’innovation et la formation de nos jeunes, face au défi majeur du renouvellement des générations en agriculture et de l’adaptation au changement climatique».

Continuité d’objectifs

Les objectifs sont d’ailleurs identiques à celui de Julien Denormandie, prédécesseur de Marc Fesneau à l’Hôtel de Villeroy. Le budget propre du ministère sera cantonné à un peu moins de six milliards d’euros (Md€) : 5,987 Md€ exactement. Il était l’an dernier de 5,04 Md€ soit une augmentation de +18,79%, en partie due à l’intégration des crédits (427 M€) du dispositif Travailleurs occasionnels et demandeurs d’emploi (TODE) qui relevaient auparavant de la MSA et de l’Unedic et aux crédits alloués à l’assurance récolte (256 millions d’euros).

S’ajoutera au dispositif d’assurance récolte 120 M€ du Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) et 184 M€ du fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), portant le soutien public à 560 millions l’an prochain. «L’objectif est une montée en puissance progressive du dispositif pour parvenir à une moyenne triennale maximum de 600 M€ en 2025», assure-t-on dans l’entourage de Marc Fesneau. «Ce montant pourra être relevé en projet de loi de finances rectificative 2023, conformément aux engagements du président de la République», confirme un conseiller.

Renouvellement des générations

Le tiers du budget (1,995 Md€) sera consacré à la compétitivité et la durabilité de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de la forêt, de la pêche et de l’aquaculture, en lien avec la mise en œuvre du deuxième pilier de la PAC, «notamment pour l’ICHN dont le taux de cofinancement européen est passé de 75% à 65%, nécessitant une augmentation du financement État de 107 M€, prévue dans ce PLF 2023», précise le document du ministère.

Un autre gros tiers (34%, soit 2,035 Md€) est affecté à l’enseignement agricole et à la recherche, incluant notamment une augmentation des moyens pour l’enseignement supérieur agricole (+7,1 M€), et une revalorisation des bourses (+4%). Sur cette somme, 1,6 milliard sera consacré à la formation des 136.000 élèves de l’enseignement technique, visant à répondre au défi du renouvellement des générations.

Le chèque alimentaire passe à la trappe

Une enveloppe de 655 M€ (11% du budget) sera, quant à elle, consacrée au poste «sécurité et qualité sanitaires de l’alimentation», en hausse de 7% par rapport au budget 2022 pour mettre en œuvre la loi de santé animale et renforcer la surveillance des maladies, qu’elles soient animales et végétales. En revanche aucune ligne budgétaire n’est prévue pour le chèque alimentaire, cher aux organisations professionnelles.

Il pèse aussi une incertitude sur la prolongation du soutien au gasoil non routier (GNR) «Il est prolongé jusqu’au 1er janvier 2023», certifie-t-on au ministère sans autre commentaire.

«Les moyens globaux alloués au développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire devraient atteindre plus de 23 Md€», indique la plaquette de présentation du ministère de l’Agriculture rendue publique le 26 septembre. Soit une baisse de près d’un milliard d’euros, car l’an dernier, la totalité des moyens mobilisés pour mettre en application les politiques du ministère atteignent ainsi, hors crédits exceptionnels ouverts en lois de finances rectificatives, plus de 24,4 Md€.

Christophe Soulard

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Végétaelis, une vitrine ambitieuse de l’agriculture de demain
C’est un salon d’un nouveau genre qui va prochainement voir le jour dans la capitale du Béarn. Investissant le Parc des…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon