Aller au contenu principal

L'agriculture en quête de bras

Pour faire la promotion des métiers de l'agriculture, les Adefa des Pyrénées-Atlantiques et des Landes ont organisé deux rencontres, dans le cadre de la semaine régionale de l'emploi agricole en Aquitaine. Il y a urgence, car les bras manquent et les candidats ne se bousculent pas.

file-Au travers de visites d'exploitations (ici chez Pierre Harambat dans les Landes), les prescripteurs de l'emploi ont pu découvrir les réalités des métiers agricoles. © Le Sillon
Au travers de visites d'exploitations (ici chez Pierre Harambat dans les Landes), les prescripteurs de l'emploi ont pu découvrir les réalités des métiers agricoles. © Le Sillon
Quel point commun y a-t-il entre une ferme béarnaise diversifiée dans les productions de volailles, kiwi ou encore noisettes, une exploitation produisant du mais et des porcs au coeur des Landes et une structure orientée vers l'élevage de palmipèdes dans le secteur du Tursan? Toutes les trois font appel à  de la main-d'oeuvre salariée. Elles illustrent, ainsi, une dynamique de plus en plus prégnante au sein du monde agricole. Le secteur a besoin de bras et la demande devrait encore s'accentuer dans les années à  venir. Lundi 13 et mardi 14mai, ces trois exploitations servaient de support aux rencontres organisées dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, à  l'occasion de la semaine régionale pour l'emploi en Aquitaine. Cette opération était orchestrée par l'Association régionale pour l'emploi et la formation en agriculture (Arefa) d'Aquitaine et ses relais départementaux. Elle avait pour vocation de promouvoir les métiers et les débouchés proposés dans l'agriculture, car les candidats ne se bousculent pas. À l'attention des prescripteurs Dans quelques années, les demandeurs d'emploi s'intéresseront peut-être spontanément au domaine agricole, comme ils le font pour la plupart des secteurs d'activité. Les choses semblent évoluer dans le bon sens, mais il reste encore un peu de chemin à  parcourir pour en arriver là . Aujourd'hui, l'agriculture peine toujours à  attirer les prétendants, qu'il s'agisse des jeunes ou des demandeurs d'emploi. Elle traîne toujours de vieux clichés. C'est pourquoi un travail pédagogique de fond est nécessaire pour dédiaboliser les métiers. Ce type d'opération y participe. En première ligne lorsqu'il s'agit d'aiguiller des demandeurs, les prescripteurs de l'emploi (Pôle emploi, Missions locales, conseillers d'orientation) étaient invités à  venir découvrir les réalités des exploitations agricoles. Rien de tel qu'une rencontre in situ pour tordre le cou à  quelques idées reçues et se faire une idée précise de ce qui attend les candidats. Les responsables professionnels avaient également tenu à  faire passer le message directement auprès des demandeurs d'emploi, en leur proposant d'intégrer les visites. Au travers des différents témoignages, ces derniers ont pu se rendre compte que les métiers agricoles offrent une multitude d'opportunités. Les niveaux de rémunération sont généralement attrayants et des évolutions de carrière sont envisageables. À travers les différentes activités de commerce, de manoeuvre ou de logistique, les débouchés sont vastes. Avec, pour la majorité, des emplois durables et à  temps plein. Un gisement sous-exploité En France, près de 70.000 postes seraient actuellement à  pourvoir. Pour le seul département des Pyrénées-Atlantiques, 80 à  90 contrats à  durée indéterminée de salariés agricoles devraient être proposés cette année. Il faut y ajouter tous les emplois induits par les secteurs d'amont et d'aval, sans oublier les nombreux postes de saisonniers. Dans les Landes, le constat est similaire. En 2012, 211 CDI et CDD ont été diffusés par la bourse de l'emploi de l'Adefa. Seuls 159 ont été pourvus. Les enjeux sont encore plus flagrants sur l'emploi saisonnier, du fait des filières qui sont implantées localement. Pour alimenter ce gisement, les formations sont pourtant en place. Les différents établissements proposent des modules permettant d'être rapidement opérationnels et de trouver un emploi dans les plus brefs délais. La preuve: 93% des stagiaires trouvent un poste à  l'issue de leurs formations. Fabien Brèthes
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

La race Bazadaise poursuit sa dynamique dans les Landes
Le président du syndicat des éleveurs landais de la race Bazadaise, Paul Dussau, évoque la dynamique de la race et les événements…
Deux équipes de l’Agrocampus 64 en course pour le TIEA 2023 à Paris
L’épreuve organisée dans le cadre du Salon international de l’agriculture se tiendra du mercredi 1er mars au dimanche…
PAC : Contrôle par satellite et droit à l’erreur
Avec la programmation 2023-2027 de la PAC, la France va mettre en œuvre le système de suivi des surfaces en temps réel (3STR) en…
2022, retour sur une année de combat syndical avec les présidents de la FDSEA et des JA
Franck Laborde, président de la FDSEA, et Sylvain Bordenave, président de Jeunes Agriculteurs, reviennent sur les dossiers qui…
file-Les chasseurs pourront continuer à prélever les nuisibles responsables des dégâts sur les cultures.
Le plan chasse dévoilé par le gouvernement
Après de nombreuses années de polémiques, le gouvernement entend mettre un peu d’ordre dans la pratique de la chasse. Il a, pour…
Egalim 2 : les exemptions à la contractualisation obligatoire précisées
Deux décrets du 26 décembre précisent les conditions des exemptions à la contractualisation écrite obligatoire au 1er janvier. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon