Aller au contenu principal

L’abattoir de Mont-de-Marsan va fermer en début d'année prochaine

La direction du site confirme les rumeurs de l’arrêt des activités d’abattage à Mont-de-Marsan en début d’année prochaine. «La fermeture effective devrait intervenir dans le courant du mois de février prochain», indique Louis Massabeau, directeur de l’abattoir landais ainsi que de celui d’Anglet. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une restructuration au sein du groupe Arcadie.

file-La fermeture de l’abattoir de Mont-de-Marsan, qui devrait être effective dans le courant du mois de février 2020, a été confirmée par les dirigeants d’Arcadie Sud-Ouest.
La fermeture de l’abattoir de Mont-de-Marsan, qui devrait être effective dans le courant du mois de février 2020, a été confirmée par les dirigeants d’Arcadie Sud-Ouest.

La Montoise d’abattage est détenue par la société Bévimo (Bétail viandes montois), qui a elle même pour actionnaires le groupe Arcadie Sud-Ouest (70%) et la coopérative Expalliance, dont le siège est basé dans le Lot-et-Garonne (30%). Jusqu’ici, l’activité de l’abattoir montois, qui traite des gros bovins et des veaux, s’élevait à environ 4.500 tonnes de viande par an. Parmi ces volumes figurent notamment des animaux destinés à la filière bœuf de Chalosse (15 à 20 têtes par semaine), ou encore à la filière Qualité Carrefour qui fait l’objet d’une certification.

Cette fermeture s’inscrit dans le contexte de grande fragilité et de profondes mutations que connaît ce secteur. Celui-ci est confronté à une baisse globale d’activité, entraînant des situations de surcapacité à l’échelon régional. «Cela fait plusieurs années que l’on assiste à des baisses de consommation de viande de 3 à 5% par an, selon les espèces. Cela se répercute directement sur notre métier», souligne Louis Massabeau.

Un secteur en grande fragilité

Ces difficultés expliquent la volonté de réorganisation qui anime le groupe Arcadie Sud-Ouest. La fermeture de l’abattoir montois fait donc partie d’un plan de restructuration plus global, devenu indispensable d’un point de vue économique selon les dirigeants. «Cela fait partie des actions mises en place pour tâcher de retrouver de la productivité, dans un secteur où les charges fixes sont très importantes et doivent être écrasées… De plus, le groupe a besoin de réinvestir sur ses abattoirs pour ramener de la compétitivité, mais aussi répondre à des normes qui sont de plus en plus drastiques, sur le plan sanitaire en particulier. Pour être plus efficace, le choix a été fait de se concentrer sur certains sites», explique Louis Massabeau.

L’activité aujourd’hui réalisée par Arcadie Sud-Ouest à Mont-de-Marsan devrait donc être rapatriée sur l’abattoir d’Anglet, également dans le giron du groupe. «On souhaite pouvoir assurer la continuité dans les meilleures conditions pour nos clients», poursuit le directeur.
Selon lui, vingt-cinq salariés sont concernés par cette annonce. Entre quinze et vingt d’entre eux devraient pouvoir être reclassés sur l’atelier de découpe et de transformation de la société Bévimo, adjacent à l’abattoir. «Le maximum va être fait au niveau du reclassement des salariés. Des propositions seront faites également sur les autres sites les plus proches.»

De son côté, l’atelier de découpe Bévimo n’est donc aujourd’hui pas remis en cause. «On va tâcher, là aussi, de mettre place un plan structurel de relance commerciale de manière à redresser cet outil et impulser une nouvelle dynamique», indique Louis Massabeau.

F. Brethes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

La race Bazadaise poursuit sa dynamique dans les Landes
Le président du syndicat des éleveurs landais de la race Bazadaise, Paul Dussau, évoque la dynamique de la race et les événements…
Deux équipes de l’Agrocampus 64 en course pour le TIEA 2023 à Paris
L’épreuve organisée dans le cadre du Salon international de l’agriculture se tiendra du mercredi 1er mars au dimanche…
PAC : Contrôle par satellite et droit à l’erreur
Avec la programmation 2023-2027 de la PAC, la France va mettre en œuvre le système de suivi des surfaces en temps réel (3STR) en…
2022, retour sur une année de combat syndical avec les présidents de la FDSEA et des JA
Franck Laborde, président de la FDSEA, et Sylvain Bordenave, président de Jeunes Agriculteurs, reviennent sur les dossiers qui…
file-Les chasseurs pourront continuer à prélever les nuisibles responsables des dégâts sur les cultures.
Le plan chasse dévoilé par le gouvernement
Après de nombreuses années de polémiques, le gouvernement entend mettre un peu d’ordre dans la pratique de la chasse. Il a, pour…
Egalim 2 : les exemptions à la contractualisation obligatoire précisées
Deux décrets du 26 décembre précisent les conditions des exemptions à la contractualisation écrite obligatoire au 1er janvier. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon