Aller au contenu principal

La souveraineté alimentaire, priorité de Julien Denormandie pour 2022

Dans sa conférence de presse de rentrée le 4 janvier, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, a dressé un bilan de l’année 2021 et esquissé quelques perspectives pour 2022, notamment dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne.

file-Julien Denormandie, a dressé un bilan de l’année 2021 et esquissé quelques perspectives pour 2022. © agriculture.gouv.fr
Julien Denormandie, a dressé un bilan de l’année 2021 et esquissé quelques perspectives pour 2022. © agriculture.gouv.fr

Souveraineté alimentaire, que celle-ci soit française ou européenne, sont les deux maîtres mots qui guideront l’action de Julien Denormandie dans les prochains mois. Cette souveraineté passe, en premier lieu, par une juste rémunération des agriculteurs et par conséquent par «la mise en œuvre de la loi Egalim 2 qui crée de nouveaux équilibres parce qu’elle change les rapports de force (…) Je ferai en sorte qu’elle soit pleinement appliquée», a insisté le ministre qui entend que «l’inflation soit prise en charge par les industriels et la grande distribution».

Très attaché à ce que l’origine des viandes, qu’elles soient françaises ou étrangères s’affiche clairement pour informer le consommateur en restauration hors domicile (RHD : cantines, restaurants, restaurant d’entreprise…), le ministre souhaite, aussi, que l’année 2022 s’inscrive dans l’adaptation au changement climatique. Ainsi, le Varenne de l’eau va trouver une première application à travers la loi sur l’assurance-récolte qui, après avoir été étudiée en commission économique de l’Assemblée nationale le 6 janvier, sera examinée par les députés dans la semaine du 10 au 14 janvier puis au Sénat le 10 février, avant un passage en commission mixte paritaire à la mi-février. L’objectif est une application avant la fin de la mandature, a indiqué Julien Denormandie.

PSN : 12 pays manquants

Concernant la présidence française de l’Union européenne (PFUE), le ministre réunira un premier conseil agricole le 17 janvier. Il y sera, notamment, question d’aller «vers une Europe agricole et alimentaire plus souveraine». Pour ce faire, il compte «combattre les distorsions de concurrence au sein de l’UE, en renforçant les conditions d’écorégimes».

Il va aussi demander au commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, le détail des Plans stratégiques nationaux. Au 1er janvier 2022, seuls quinze pays sur les 27 avaient fait parvenir leur PSN. Le ministre a transmis le PSN français le 23 décembre et a confirmé ne pas avoir la liste des 12 manquants.

Toujours sur le dossier de la souveraineté, Julien Denormandie entend faire de la réciprocité des normes «une croisade», notamment sur le volet des clauses miroirs. Il veut faire en sorte que les normes de production européenne s’imposent y compris à l’international «et qu’on ne se laisse plus dicter des normes que nous ne voulons plus», notamment sur les antibiotiques de croissance.

Enfin, Julien Denormandie a indiqué qu’il organiserait un grand événement autour de la captation carbone agricole le 1er février prochain. En revanche, il ne s’est pas prononcé sur la tenue ou non du prochain salon international de l’agriculture qui est prévu du 26 février au 6 mars.

Conférence aux accents présidentiels

L’élection présidentielle étant dans presque trois mois, c’est avec un accent satisfait et parfois militant que le ministre de l’Agriculture a fait le bilan de son action à la tête de l’Hôtel de Villeroy depuis 18 mois. Un bilan qu’il met aussi au crédit du chef de l’État, Emmanuel Macron, qu’il a nommé à plusieurs reprises au cours de sa conférence de presse. Il a, ainsi, évoqué le discours de Rungis de 2017, et son allocution télévisée du 20 mars 2020 quand il évoquait la souveraineté alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Les syndicats investissent le site d'Intermarché

Après la base logistique de Scalandes, la FDSEA et les JA 40 continuent de cibler la grande distribution.

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

Ovinpiades : Alexis Toulet-Blanquet et Iris Soucaze en route pour Paris

La 19e édition du concours a été remportée par deux élèves de l’Agrocampus 64. Ils sont qualifiés pour les finales…

La FDSEA et JA 40 poursuivent leur mobilisation et ciblent la grande distribution

Les représentants syndicaux ont été extrêmement déçus par les échanges avec la préfète et ses services. Des actions ciblent…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon