Aller au contenu principal

La souletine Axuria passe l’exercice d’après-Covid avec brio

Malgré d’honorables résultats, la coopérative s’efforce de sécuriser au maximum la rémunération de ses adhérents notamment face à l’inflation.

  

Malgré un chiffre d’affaires historiquement haut, les responsables de la coopérative restent très prudents.
© Le Sillon.info - F. Borowczyk

Le 7 octobre dernier, la coopérative Axuria a tenu un point presse à Mauléon pour brosser le bilan de son exercice comptable arrêté au 30 juin dernier. Fort de 8.900.000 euros, le chiffre d’affaires de la coopérative souletine, historiquement haut, enregistre une progression de 32,50% par rapport au précédent exercice… De quoi ravir les 280 adhérents, mais les responsables de la structure préfèrent, eux, nuancer.

«Cette hausse est, en partie, due à l’augmentation tarifaire, explique le directeur Battita Baqué. Le total des produits a certes augmenté de plus de 30% mais les charges ont accru dans les mêmes proportions.» Le résultat d’exploitation de l’exercice se monte à 350.000 euros dont 95% ont été redistribués aux éleveurs adhérents. Une partie du résultat a été prudemment placée en réserves légales en cas d’éventuels exercices difficiles à venir.

L’inflation généralisée n’explique cependant pas tout dans la progression du chiffre d’affaires : les bons chiffres trouvent également leur source dans l’évolution des volumes commercialisés notamment en agneaux de lait. «Le travail mis en place au niveau commercial depuis plusieurs années par la coopérative récolte les fruits de son investissement. De nouveaux clients ont intégré la coopérative», précise le directeur, qui observe tout de même une légère baisse des éleveurs ovins dans ses rangs.

Agneau de lait en hausse

Les deux activités, ovines et bovines, participent à ces bons résultats. L’agneau de lait s’est bien vendu sur la première période de novembre décembre notamment sur le marché outre-pyrénéen… En effet, face à une baisse significative de leur production locale, l’activité restauration des Espagnols a, comme en France, connu une hausse. Cette situation a induit une demande accrue en agneaux de lait qui a profité à Axuria. Quant à la seconde période, «celle de Pâques», précise le directeur d’Axuria, ce sont 6.000 agneaux de lait qui ont été commercialisés en plus par rapport à l’exercice précédent. Enfin, concernant ceux vendus sous le label agneau de lait des Pyrénées, avec 15.297 ventes, c’est un retour aux chiffres historiques de 2019.

Malgré l’augmentation massive des prix de céréales, l’activité bovine connaît aussi une embellie avec un excédent de 130.000 euros. Après une période compliquée, le veau rosé a retrouvé des couleurs.

Conjoncture difficile

Ces bons chiffres ont de quoi satisfaire Peio Quillehalt, qui a tenu à rendre un hommage appuyé aux salariés. «La vocation première de notre coopérative c’est, avant tout, de bien rémunérer les éleveurs. On se rend compte qu’en cette année post-Covid, ce travail a payé, car l’activité de restauration a repris très fort.» Pour le président, ce résultat est également lié à l’activité de valorisation du produit efficace menée par les équipes commerciales.

Le personnel en salle de découpe a, au même titre, joué un rôle prépondérant dans les résultats d’Axuria avec une «productivité plus soutenue» cette année en raison, notamment, d’une organisation différente du travail. «Nous avons la chance d’avoir des salariés très impliqués dans la réussite de la structure et c’est à souligner», se réjouit Peio Quillehalt. Il y a quatre ans, Axuria en comptait 20 alors qu’aujourd’hui elle en dénombre dix de plus.

Cette dynamique ne doit cependant pas faire oublier la conjoncture économique actuelle. «Nous demandons aux éleveurs d’ovins et de vaches grasses d’être patients. Malgré les difficultés, nous serons vigilants pour répercuter les hausses de prix qu’ils subissent dans la commercialisation de leurs bêtes afin de leur permettre de continuer à dégager un revenu. Nous passerons le cap tous ensemble», insiste le président d’Axuria. En cas de difficultés trop importantes, les responsables de la coopérative ont rappelé que les adhérents pouvaient faire appel à la coopérative. Pour l’heure, les premiers mois du nouvel exercice sont d’ores et déjà encourageants.

Fabrice Borowczyk

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon