Aller au contenu principal

La nouvelle formule du SANA plébiscitée par les professionnels et le public

Grand public, professionnels et agriculteurs… Tous ont apprécié de se retrouver au Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine qui reprenait ses marques au Parc des expos de Bordeaux.

file-Bruno Millet, à gauche, et Dominique Graciet, à droite, devant la barre prestige. Avec la bazadaise Haquitanima, née sur le salon en 2012. © S. D. - Le Sillon
Bruno Millet, à gauche, et Dominique Graciet, à droite, devant la barre prestige. Avec la bazadaise Haquitanima, née sur le salon en 2012. © S. D. - Le Sillon

Pour les éleveurs bovins et leurs concours d’Aquitanima, pour les partenaires de l’amont et de l’aval, pour le grand public, l’édition 2022 du Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine qui s’est déroulée du 21 au 29 mai est réussie, notamment pour l’ambiance retrouvée. Dominique Graciet, le président de cet événement, et Bruno Millet, le commissaire général, dressent le bilan et dessinent les contours des années à venir et esquissent déjà quelques améliorations à venir.

Premier élément et grande nouveauté de ce SANA, le format qui aura bouleversé toute l’organisation. D’un salon en deux temps, avec Aquitanima pendant trois jours, puis un jour “à vide” avant le marché des producteurs pendant cinq jours, l’édition 2022 a fait place à trois périodes de trois jours : Limousines et Blondes d’Aquitaine, puis ovins et Prim’Holstein et, enfin, concours national de la race bazadaise et présentations de races.

«On est très content de ce format qui a plu au grand public, aux éleveurs et aux exposants, qui sont pour nous des partenaires» commence Dominique Graciet. Si le début de semaine a été un peu plus calme, (travail et école obligent), la foule aura répondu présente sans discontinuer. À noter, toutefois, l’intense fréquentation du mardi boostée par l’entrée gratuite pour les plus de 60 ans. De quoi persévérer dans cette voie à l’avenir.

Renforcer l’union

«Il y a une vraie satisfaction sur le grand public. Le baromètre, c’est le marché des producteurs qui a connu un vrai succès. Les exposants ont estimé que les flux de passage étaient bons avec cette organisation le long des deux avenues principales autour de la ferme AgorAgri. De plus, les responsables des races ont apprécié d’avoir plus de temps pour installer leurs concours et communiquer» précise Bruno Millet.

Mais les organisateurs tempèrent ce tableau très positif d’un bémol… «Afin de retrouver le nombre d’exposants et la qualité d’accueil d’avant Covid, on n’a pas bougé les prix et on a décidé d’organiser ce salon avec un budget déficitaire» lance Dominique Graciet. «Entre ce que veut le citoyen et ce que décide le consommateur, il y a un écart. Pour le combler, la communication vers le grand public est indispensable, mais l’adhésion des professionnels n’est pas complète sur cette idée» déplore-t-il.

«On est attendu sur le sujet, à nous d’installer une communication, un bruit de fond permanent qui véhicule un message positif sur nos métiers, dont on est tous fiers. Il faut afficher cette fierté, la promouvoir dans tous les métiers de toutes les filières, dans la formation. Le salon appartient aux jeunes, à l’avenir» explique Bruno Millet. Des jeunes bien présents tout au long de ce salon, conscients de l’enjeu actuel. Les organisateurs espèrent que le public aura entendu ce message.

Des visiteurs qui auront également été nombreux autour du ring des concours bovins. Le tout filmé, commenté, tels de véritables shows, pendant lesquels les messages au micro et autres courtes vidéos auront insisté sur la qualité de l’élevage régional. Car Aquitanima, c’est aussi un moment fort qui porte l’économie des races bovines à l’international. Tous les regards sont déjà tournés sur 2023.

Sylvain Desgroppes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon