Aller au contenu principal

La MSA Sud Aquitaine face aux défis de la gestion des crises

Désarroi et mal-être sont de plus en plus prégnants dans le monde agricole confronté aux crises successives et à répétition. En première ligne face cette situation, la MSA a renforcé son plan d’actions spécifiques pour aider les agriculteurs.

file-Le dispositif Agri’Écoute est ouvert 24heures/24 et 7 jours sur 7.
Le dispositif Agri’Écoute est ouvert 24heures/24 et 7 jours sur 7.

Influenza aviaire, Covid-19, auxquels se sont ajoutés tuberculose bovine et gel… Malaisément, les années se suivent et se ressemblent. C’est ce qui ressort du bilan d’activités de 2021 que la MSA Sud Aquitaine a présenté à ses 307 délégués réunis en présentiel pour la première fois depuis leur élection de janvier 2020, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le vendredi 15 avril à Hagetmau.

Face à ces crises sanitaires et climatiques qui se répètent et se succèdent et qui «handicapent les entreprises» comme le précisera la présidente, la MSA est en première ligne. «Aucune filière n’est épargnée. On n’a jamais vu une telle situation» se désolera la présidente de l’institution. Dans un tel contexte, la MSA a renforcé sa vigilance sur le terrain, en particulier grâce à la présence et à l’action des délégués, «véritables sentinelles en veille permanente» sur qui elle s’appuie à la fois pour faire remonter les besoins du terrain mais aussi pour informer et accompagner les adhérents en prise aux difficultés économiques, sociales ou psychologiques.

Pour mener à bien cette mission, les outils en ligne, déjà en place mais dont l’utilisation a été fortement accélérée ces deux dernières années, ont été d’une aide capitale. C’est pourquoi, la partie réflexion de cette assemblée générale a traité des enjeux du numérique avec, notamment, l’intervention de Pierre Mazet, chercheur sociologue.

2,4 millions d’allégements

L’an dernier, la MSA Sud Aquitaine a donc réactivé son dispositif spécial d’accompagnement des crises pour venir en aide aux exploitants et aux entreprises et les orienter vers un accompagnement personnalisé. Le numéro de téléphone dédié aux crises a, notamment, repris du service. De même, en partenariat avec les services de l’État, les filières et les organisations agricoles, les dispositifs et les mesures d’aides adaptés ont été mis en place. Ainsi, 2.600 échéanciers de paiement ont été établis et une enveloppe de 2,4 millions d’euros a été consacrée à la prise en charges totale ou partielle des cotisations sociales.

Au-delà des aspects financiers et économiques, la MSA Sud Aquitaine s’est particulièrement mobilisée dans la prévention du mal-être qui règne dans le monde agricole où règne «un profond désarroi». Chantal Gonthier cite notamment les éleveurs de palmipèdes qui ont investi dans les mesures de biosécurité et qui se trouvent confrontés, une nouvelle fois, par l’arrêt de la production en raison de l’épizootie d’influenza aviaire.

Déclinant la feuille de route sur la prévention du mal-être en agriculture adoptée en fin d’année dernière par le gouvernement, la MSA Sud Aquitaine a renforcé son dispositif pour lequel, là aussi, les délégués jouent un rôle primordial de veille au plus près du terrain. En plus du numéro de téléphone ouvert 24 heures/24 et 7 jours/7, (Agri’Ecoute, 06.69.39.29.19), elle a consacré 5 millions d’euros à l’aide au répit pour épuisement professionnel. Ainsi, 113 adhérents, essentiellement des éleveurs, ont pu prendre quelques jours de repos pour souffler et se ressourcer.

B. Lalanne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon