Aller au contenu principal

La FNSEA met la pression sur le futur gouvernement

Lors d’un échange avec la presse, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a dressé son portrait idéal du futur ministre de l’Agriculture : quelqu’un «qui ait de la conviction, du charisme, et qui porte un élan pour l’agriculture». Mme Lambert souhaite aussi qu’il soit «solide, engagé, connaisseur des sujets», et qu’«il puisse très vite reprendre le flambeau» de l’actuel locataire de la Rue de Varenne.

file-Julien Denormandie a engagé un certain nombre de chantiers que la FNSEA souhaite voir aboutir vite.
Julien Denormandie a engagé un certain nombre de chantiers que la FNSEA souhaite voir aboutir vite.

Avant même que le prochain gouvernement ne soit officialisé, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert souhaite que le futur ministre de l’Agriculture détienne un portefeuille «de plein exercice» avec sous son autorité, «l’alimentation, l’agroalimentaire, la forêt et la ruralité».

Rappelant le «manifeste pour les ruralités vivantes» qu’elle avait présenté en décembre dernier et qui rassemble aujourd’hui une quarantaine de partenaires, la présidente de la FNSEA a estimé que le travail du secrétaire d’État, Joël Giraud, aurait pu être plus visible s’il avait été rattaché à Julien Denormandie.

À l’image de ce dernier, Christiane Lambert souhaite que le futur ministre soit aussi «solide, engagé, qu’il connaisse ses sujets et qu’il ne soit pas treizième dans la liste protocolaire». Ceci pour donner de l’importance à la souveraineté alimentaire et au travail de la Chaîne agroalimentaire.

Sur l’idée émise par le candidat Emmanuel Macron de nommer un Premier ministre en charge de la planification écologique, Christiane Lambert rappelle que «une annonce de campagne est une chose, trouver la personnalité à qui confier ce poste en est une autre». Elle demande que le futur locataire de Matignon ait «une approche pragmatique et non pas idéologique, qu’il n’oppose pas agriculture et écologie».

La rémunération, principale préoccupation

Quel qu’il(elle) soit, le futur ministre de l’Agriculture devra d’une part faire aboutir et appliquer les clauses miroirs en Europe «afin de stopper les importations distorses» et d’autre part «repositionner Farm to Fork (FtoF)», a déclaré Christiane Lambert. Dans les deux cas, le prochain ministre de l’Agriculture ne disposera que de peu de temps puisque la présidence française de l’Union européenne se termine le 30 juin.

Sur le volet FtoF, celle qui est également présidente du COPA entend mettre sur le même niveau l’acte de production et la protection de l’environnement. «Nous pouvons produire plus et mieux avec moins d’impacts», notamment grâce à la troisième révolution agricole qui s’appuie sur la robotique, la génétique et le numérique. À ce titre, la FNSEA souhaite que le Varenne de l’eau «débouche sur des décisions concrètes», grâce à la nomination d’un délégué interministériel.

Loi foncière : jamais deux sans trois ?

Elle sera également très vigilante sur l’application de la loi Egalim 2 qui pose toujours des problèmes avec certains représentants de la grande distribution lors des comités de suivi des négociations commerciales. «Que le gouvernement ne cède pas même si je mesure que c’est parfois compliqué», a insisté Christiane Lambert pour qui la rémunération reste «la préoccupation principale des agriculteurs».

La syndicaliste reste également attentive à l’annonce faite par Emmanuel Macron d’une grande loi d’orientation et d’avenir pour assurer le renouvellement des générations, la formation et l’installation des jeunes agriculteurs. «Elle sera indispensable pour connaître le type d’installations qui dessinera le futur agricole français». Cette loi pourrait inclure un volet foncier très attendu de la profession. «Il l’a déjà promis deux fois. On verra bien si la troisième est la bonne», a lâché la présidente du syndicat.

Christophe Soulard

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon