Aller au contenu principal

La filière des fruits et légumes étranglée par les hausses de l’énergie

Avec des factures d'énergie multipliées par 3 voire par 4, les professionnels du secteur des fruits et légumes appellent à l’aide. Sans intervention de l’État pour compenser la hausse du coût du gaz et de l'électricité, indispensables notamment à la conservation, de très nombreuses entreprises pourraient mettre la clé sous la porte.

Pour conserver leur récolte, les producteurs de kiwi ont besoin des chambres froides qui tournent 24h/24.
© Réussir

Les chiffres de hausse du coût de l’électricité ou du gaz qui sont actuellement proposés aux entreprises, que ce soit en productions ou au stade de gros, du secteur des fruits et légumes sont vertigineux. «Un quart des entreprises de la filière pommes-poires doit renouveler son contrat électricité avant la fin de l’année, explique Daniel Sauvaitre, président de l’Association nationale pommes-poires (ANPP). L’augmentation du prix du mégawattheure proposée est faramineuse».

Ce tarif passerait de 50 à 80 euros le MWh à 500-800 euros. «Il faudra payer tous les mois ce que l’on payait chaque année» résume-t-il. Or, la filière des pommes et poires a besoin de frigos pour conserver les fruits en chambre froide à 1° pendant 10-12 mois. «La récolte vient de commencer, aucun producteur n’envisage de ne pas cueillir les fruits» ajoute Daniel Sauvaitre. La situation est semblable pour d’autres fruits comme le kiwi.

Chez les maraîchers, ce sont les productions sous serres (tomates, concombres, fraises, poivrons…) et celles d’endives qui sont les plus impactées. «Pour les serres, l’enjeu est crucial, annonce Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France. L’énergie est le premier poste à charge pour les producteurs». Là aussi, les prix proposés sont simplement déments. Le prix du gaz pourrait être multiplié par 30 : de 49 euros à 1.500 euros le MWh. «On ne peut pas tenir dans ces conditions» précise Jacques Rouchaussé.

Facture multipliée par 4

Producteur d’endives dans les Hauts de France, Philippe Brehon était au bord des larmes en détaillant sa facture énergétique et les hausses de prix demandées. «La production d’endives a besoin de beaucoup d’électricité pour garder les griffes en chambre froide d’abord, puis pour son développement en salle de forçage ensuite», rappelle-t-il.

Sa facture d’électricité était de 80.000 euros en 2021, de 210.000 euros en 2022 «après intervention de l’État», précise-t-il. Les propositions de contrat qu’il est en train de recevoir arrivent à un montant se situant entre 700.000 à 800.000 euros. «Nous sommes actuellement 450 producteurs d’endives», ajoute Philippe Brehon. Combien en restera-t-il si rien n’est fait ?

Danger de mort

La situation est toute aussi critique pour d’autres maillons de la filière comme les mûrisseurs ou les grossistes. Globalement, près d’une entreprise de la filière sur quatre doit renégocier ses contrats d’ici la fin de l’année. Aussi, l’interprofession Interfel a décidé de saisir le gouvernement de ce dossier. «Nous faisons une demande raisonnable, calibrée et justifiée», explique Laurent Grandin, président d’Interfel.

Il demande à l’État d’instaurer une prise en charge, a minima à hauteur de 70%, du surcoût des charges énergétiques dès lors que l’entreprise est confrontée à un doublement a minima du prix de l’énergie proposé par son fournisseur.

L’interprofession souhaite aussi prolonger au-delà du 31 décembre 2022 la mesure d’aide instaurée par le gouvernement pour tenir compte des campagnes qui se prolongent sur 2023 et pour intégrer les hausses qui prendront effet au 1er janvier 2023 avec les nouveaux contrats. Enfin, autre point sensible, les frigos, les serres, les mûrisseries, ont besoin de fonctionner toute l’année, 24 heures/24. Aucun de ces outils ne peut subir d’interruption. Interfel souhaite donc que les fruits et légumes et les bananes soient exclus du dispositif de rationnement énergétique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Végétaelis, une vitrine ambitieuse de l’agriculture de demain
C’est un salon d’un nouveau genre qui va prochainement voir le jour dans la capitale du Béarn. Investissant le Parc des…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon