Aller au contenu principal

Kiwis : à la surprise générale, la récolte 2022 s’avère meilleure que prévue dans le bassin de l’Adour

Quelques jours après la fermeture des derniers chantiers de cueillette dans les vergers de kiwis du bassin de l’Adour, l’angoisse accumulée tout l’été en raison de la sécheresse et de la canicule s’est finalement assez rapidement dissipée. Ce début décembre, à l’heure de dresser le bilan, les kiwiculteurs se considèrent assez chanceux…

Pour Franck Gilbert, responsable développement des vergers à la Sikig (à gauche) et Xavier Lafargue, producteur à l’OP Garlanpy, la récolte 2022 n’a pas été si mauvaise compte tenu des conditions estivales.
© Le Sillon.info

Malgré la fraîcheur de septembre qui avait commencé à activer la maturation des fruits, la récolte a démarré dans de bonnes conditions avec un redoux observé en octobre qui est venu calmer cette avance. «La fermeté des fruits a bien tenu, ce qui nous a permis d’étaler correctement la récolte», souligne Franck Gilbert, responsable développement et innovation des vergers à la Sikig (Société internationale de kiwi des gaves).

L’année n’a pas été exceptionnelle en termes de volume, mais tous les kiwiculteurs s’accordent à dire qu’ils s’attendaient à pire.  «Au vu de cet été sec, ça s’annonçait pourtant très compliqué. Et sans arroser davantage, on a réussi à assurer», souligne, satisfait, Xavier Lafargue, producteur à l’OP Garlanpy, installé à Carresse-Cassaber, dans les Pyrénées-Atlantiques. Aussi surprenant que cela puisse paraître, 2022 a même été meilleure que l’année passée où la mauvaise fécondation couplée à un manque de luminosité avait été très préjudiciable.

«En kiwis, verts notamment, au niveau des grammages, on a gagné 1 ou 2 grammes, relève Franck Gilbert. Évidemment, on aurait pu avoir plus de tonnages et de calibre. En revanche, la pollinisation en kiwis jaunes s’est moins bien déroulée et donc on a du manque. Mais on a du bois pour l’année prochaine, ça promet.» Résultat : l’entreprise enregistre une récolte de 5.000 tonnes de kiwis verts et de 2.500 tonnes en jaunes.

Sécuriser les vergers

Avec 113 agriculteurs fédérés autour de l’organisation de producteurs (OP) Garlanpy déployée dans les Pyrénées-Atlantiques, les Landes, le Lot-et-Garonne et le Tarn-et-Garonne, la Sikig compte environ 400 ha de vergers, dont 190 ha de kiwis jaunes et le reste en vert. Mais pour ses responsables, l’heure est au renouvellement.

«Des vergers arrivent en fin de course et nous avons des zones qui ont été inondées notamment autour de Sames, Orthevielle et Hastingues. On sera sur 460 hectares en début d’année et à court terme, on cherche à implanter entre 50 et 75 hectares de kiwis verts sur la zone Adour pour privilégier nos labels et notre IGP. Nous sommes réellement engagés dans cette quête de nouveaux producteurs pour dynamiser cette replantation.»

En réponse à un marché toujours très porteur grâce à une demande qui ne fléchit pas, la Sikig cherche à étoffer ses rangs de producteurs. «L’idée est de proposer des solutions durables et pérennes pour que le kiwiculteur puisse voir l’avenir avec sérénité», souligne Franck Gilbert. De fait, face à la rudesse du climat et la récurrence de ses aléas, la protection du verger demeure primordial.

S’adapter aux changements climatiques

Kiwiculteur depuis 1999, Xavier Lafargue renouvelle sa plantation au fil des années. L’an dernier, il a replanté un hectare de kiwis jaunes en optant pour un équipement intégral de son verger. «Filet antigel sous filet paragrêle, microjet, sprinkler à plat, filet brise-vent… Aujourd’hui, on ne peut plus produire à ciel ouvert comme avant. Investir là-dedans, c’était pour moi essentiel», souligne-t-il. Au vu du capital nécessaire à l’implantation d’un nouveau verger, «on ne peut plus se permettre de se lancer sans ces outils de protection», renchérit le responsable.

Par rapport à la lutte antigel, les filets déployés sous celui paragrêle tendent aujourd’hui à se généraliser. «Ils permettent, notamment, de fermer les vergers dès le mois de mars en procurant un gain de température et de les protéger aussi des épisodes de grêle», observe Franck Gilbert. Mais cette lutte reste tout de même axée autour de l’eau. «Il faut des volumes assez importants, souligne le spécialiste. Plus on a d’eau, plus on libérera des calories pour se protéger».

Tous ces sujets font d’ailleurs l’objet d’études menées par le BIK. «Nous sommes très investis aux côtés de l’interprofession du kiwi pour faire avancer la recherche. C’est une jeune culture qui s’est réellement complexifiée depuis 10 ans avec l’arrivée du PSA.» Produire avec efficience pour répondre à un marché fructueux en prenant en compte les nouveaux enjeux, voilà le credo de la Sikig.

B. Ducasse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

La vallée d’Ossau fait sa foire à Gère-Bélesten

Ce week-end pascal, c’est le retour de la foire agricole de la vallée d’Ossau. L’occasion de passer une belle journée en…

Nouveau bureau et même ambitions pour les JA 64

Renouvelant leur bureau, les JA entendent poursuivre leur mission : défendre, promouvoir et animer leur territoire tout en…

Les producteurs de canards alertent l’aval de la filière

Au regard des prévisions de production, les représentants professionnels FDSEA et JA des Landes rencontrent  les…

L’ALMA craint une recrudescence de la MHE

Après une pause hivernale, l’arrivée de températures plus clémentes fait craindre une reprise virale aux responsables de l’…

Une rencontre autour de l’élevage bovin landais, à Orist

La FDSEA propose ce rendez-vous afin de mettre en relief les plus-values qu’apporte cette filière malmenée sur le territoire,…

Les élus de la FDSEA 64 dans l'attente de véritables actes

Au cours de son assemblée générale organisée mercredi, les élus de la FDSEA 64 ont assuré maintenir le cap alors qu’il demeure…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon