Aller au contenu principal

Influenza : les éleveurs landais demandent à l’État d’assumer l’impact de ses décisions

Les producteurs avicoles landais, qui poursuivent leurs actions, ne dévient pas dans leurs revendications. Ils réclament aux pouvoirs publics que les pertes subies lors du dernier épisode d’influenza aviaire leur soient intégralement indemnisées, notamment par la prise en compte des pertes économiques subies par les producteurs au-delà du 29 mai 2017.

file-Au cours de la rencontre avec le Cifog et la CFA, Stéphane Travert a évoqué des problèmes d’incompatibilité européenne dans la mise en œuvre d’une prise en charge des pertes post-vide sanitaire. Cette réponse est jugée inacceptable par les éleveurs.
Au cours de la rencontre avec le Cifog et la CFA, Stéphane Travert a évoqué des problèmes d’incompatibilité européenne dans la mise en œuvre d’une prise en charge des pertes post-vide sanitaire. Cette réponse est jugée inacceptable par les éleveurs.

Pour les éleveurs landais de volailles et de palmipèdes, cette demande est parfaitement légitime. D’abord, parce que Stéphane Le Foll, au ministère de l’agriculture jusqu’au mois de juin dernier, s’y était fermement engagé. Mais aussi parce que, aux yeux des professionnels, l’État a clairement une responsabilité dans l’impact de cette crise.

En effet, la pénurie de canetons ou de poussins, qui a pénalisé la reprise dans les exploitations, a bien été causée par l’abattage préventif des cheptels reproducteurs de la zone, décidé par les autorités sanitaires. De plus, le cycle de production des canards, comportant trois mois d’élevage, a obligé mathématiquement les ateliers de gavage à reprendre leurs activités à la fin août au mieux.

L’État ne pouvait pas ignorer cet impact

Pour les éleveurs landais, l’État ne pouvait pas ignorer de telles conséquences. Dès le début, il apparaissait évident que les mesures choisies allaient engendrer des pertes allant bien au-delà de la date de fin officielle du vide sanitaire en palmipèdes (ou des interdictions de remise en place pour les volailles). C’est pourquoi les responsables syndicaux parlent d’un préjudice que les pouvoirs publics doivent désormais assumer.

Les opérations entreprises en fin de semaine dernière, puis ce jeudi 21 septembre, constituaient également une réponse au discours jugé inacceptable du ministre de l’agriculture. À l’issue de la réunion interministérielle qui s’est tenue jeudi 14 septembre, Stéphane Travert a évoqué des problèmes d’incompatibilité européenne qui empêchent la mise en place d’un dispositif de prise en charge des pertes au-delà de la fin du vide sanitaire. «Les éleveurs ne laisseront pas l’État s’échapper devant ses responsabilités !», répondent donc les syndicats.

Outre la réaction de la FDSEA et des JA, cette position du ministre a conduit le Cifog à diffuser un communiqué à l’issue de la rencontre. L’interprofession en appelle au Président de la République, pour qu’il «prenne en compte la détresse de tout le bassin historique de production, impacté par deux années consécutives de crise».

Ne pas laisser l’État s’échapper devant ses responsabilités

Lundi dernier, une nouvelle rencontre a été organisée au ministère de l’agriculture avec délégation de l’Airvol cette fois (Association Interrégionale des volailles du Sud-Ouest). Celle-ci a été reçue par le conseiller filière animale du ministre. À nouveau, les responsables professionnels régionaux ont témoigné de l’incompréhension des producteurs vis-à-vis de cette prise en charge très incomplète de leur période de non-production réelle. Selon eux, les dispositifs actuels atteignent à peine 40% du vide sanitaire réel mené dans les élevages. Là encore, leur interlocuteur est resté extrêmement prudent et a évoqué à nouveau des problématiques juridiques entre la France et l’Union européenne.

Le mouvement de contestation des éleveurs landais a aussi permis de mettre en évidence des incohérences dans des dossiers d’indemnisation en cours de paiement (solde de l’épisode H5N1 et premières indemnisations H5N8) par les services de l’État. Les syndicats dénoncent des dysfonctionnements au niveau du traitement des dossiers. Ceux-ci se révèlent parfois très lourds de conséquences au niveau des sommes perçues. Pour la FDSEA et les JA, cette situation-là n’est pas acceptable non plus.

Enfin, les actions menées à l’encontre des services de l’État s’expliquent aussi par les insuffisances constatées par les professionnels en matière d’information des producteurs sur la mise en œuvre de la biosécurité. Ils appellent l’administration à prendre la problématique à bras-le-corps, en apportant une ligne claire vis-à-vis des points qui prêtent encore à confusion sur le terrain.

F. Brèthes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

L’Europe paie cher son déficit en maïs
Avec une récolte de seulement 54 millions de tonnes (Mt) de maïs et en forte baisse, l’Union européenne est contrainte d’en…
Pendant 2 jours, Pau accueille le congrès du maïs
Depuis ce mercredi matin, le congrès du maïs 2022 se tient au Palais Beaumont de Pau. Durant deux jours, près de 600…
Récolte de maïs
Pau se prépare à accueillir le congrès de l’AGPM 2022
Lors de son congrès qui se tiendra les 23 et 24 novembre au Palais Beaumont de Pau, la filière maïs se penchera sur le vaste…
Histoire : 400 ans de maïsiculture dans le Sud-Ouest
Ramené d’Amérique en Europe à la fin du XVe siècle , vraisemblablement par Christophe Colomb, le maïs a été introduit…
Votremachine.com, start-up landaise au service de la réduction des coûts de mécanisation
Tout juste rentrée du SIMA où elle exposait au sein du village Start-Up, la société Votremachine.com sera au salon Végétaelis à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon