Aller au contenu principal

Influenza aviaire : le nouveau cadre sanitaire est acté

Le ministère de l’Agriculture a présenté le plan d’actions afin de prévenir l’introduction et la diffusion du virus dans les élevages avicoles. Une feuille de route signée par l’ensemble des organisations et syndicats agricoles.

file-Le ministère a présenté la réforme de l’encadrement sanitaire des élevages pour mieux lutter contre l’influenza aviaire.
Le ministère a présenté la réforme de l’encadrement sanitaire des élevages pour mieux lutter contre l’influenza aviaire.

Après plusieurs mois de concertation et des dizaines de réunions de travail, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a présenté aux acteurs du dossier le jeudi 8 juillet la feuille de route sanitaire qui vise à anticiper, prévenir et gérer les risques liés aux virus influenza aviaire au sein des filières avicoles au cours d’une visioconférence.

Comme attendu, l’un des principaux points concerne la suppression des dérogations à la claustration au profit d’un principe de mise à l’abri obligatoire en période à risque. Cette règle générale s’accompagne «d’adaptations selon le mode d’élevage et l’espèce».
En clair, différentes catégories sont définies selon l’espèce et le mode de production. Des adaptations sont prévues notamment pour les producteurs de canards prêts à engraisser autarciques en circuit court et les producteurs d’oies reproductrices. Ils auront la possibilité d’avoir au maximum 1.500 animaux sur parcours réduit en extérieur, protégés par des équipements spécifiques, notamment des filets.

Une autre mesure phare porte sur les déclarations de mise en place et de mouvement d’animaux qui deviennent obligatoires. Ces opérations devraient se faire informatiquement. L’objectif est de disposer d’une base de données de géolocalisation et mouvement des animaux accessible aux services de l’État, afin d’améliorer la réactivité collective en cas de crise.

Zones à risque de diffusion

La feuille de route instaure ensuite la notion de zones à risque de diffusion (ZRD) qui correspondent aux régions les plus denses en élevage et en volailles, toutes espèces confondues. Dans ces zones, des dispositions réglementaires seront prises pour réduire la densité en palmipèdes uniquement et des mesures de biosécurité spécifiques, liées aux transports notamment, seront à appliquer lorsque le niveau de risque sera élevé. Un accord interprofessionnel doit encore formaliser ces exigences. Le zonage précis n’est pas encore connu, mais les secteurs du Sud-Ouest recoupant les zones atteintes par l’épizootie en 2021 seront à coup sûr largement concernés. Cette cartographie devrait également toucher une autre zone en Pays de la Loire.

Plus généralement, le ministre a également évoqué la mise en place d’un certificat de biosécurité de chaque élevage avec un audit vétérinaire. Par ailleurs, afin d’inciter les producteurs à se conformer à ces exigences, il a précisé que les indemnisations des abattages sanitaires seront désormais conditionnées au respect de la réglementation qui va entrer en vigueur.

Un plan à la hauteur des enjeux

Maintenant que ces grandes lignes sont tracées, l’ensemble des mesures doivent encore être finalisées dans les semaines à venir. Certains points doivent aussi être précisés. Le ministère a également annoncé que cette feuille de route est appelée à évoluer dans le temps en fonction des constats de terrain et des avis diffusés par l’Anses.

«La feuille de route et le plan d’action détaillé (…) sont des documents très engageants, à la hauteur des enjeux. Ils comportent des mesures phares concrètes et ambitieuses, fruit d’un travail de concertation de plusieurs mois entre les professionnels, l’administration et les scientifiques (…) et qui s’appuie sur l’expérience du terrain», ont commenté dans un communiqué commun, le 8 juillet, la FNSEA, JA, la Confédération française de l’agriculture et la Fédération nationale foie gras.

Cependant, elles pointent du doigt une «inquiétude majeure» concernant «la possibilité laissée à certains modes de productions de mettre à l’abri leurs animaux uniquement sous des filets». Les expériences passées n’ont pas été concluantes et le type de filet retenu, à cette date, par le gouvernement — à savoir «à maille fine en toiture et hermétique à la faune sauvage» — est extrêmement coûteux. «Nous devrons vraiment agir avec prudence, au cas par cas, et en étroite collaboration avec les épidémiologistes et les vétérinaires», a indiqué Jean-Michel Schaeffer, président de la Confédération française de l’agriculture. Avec la FNSEA et JA, la CFA souhaite plutôt «généraliser les constructions en dur, bien plus protectrices».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

Un film qui met en avant toute la noblesse du métier d’éleveur
Suivi d’un débat, le documentaire Même pas peur d’être éleveur sera diffusé à Pau le vendredi 16 septembre en marge du concours…
Récolte de maïs : le grand écart des rendements
L’important stress hydrique combiné aux températures caniculaires ont eu raison des rendements en maïs grain qui font le grand…
Emmanuel Macron, en visite aux Terres de Jim, a reçu les lauréats du concours Graines d'Agriculteur
Guillaume Ryickbosch, éleveur de chèvres à Coarraze, lauréat du concours Graines d’agriculteur
L’édition 2022 du concours a récompensé des jeunes agriculteurs impliqués dans la protection des ressources naturelles. Quatre…
Le début de la récolte du maïs grain confirme le fort recul des rendements
En Aquitaine, la collecte du maïs bat désormais son plein, avec des volumes en baisse de 30 à 40%, en particulier dans les zones…
Avec la Ferme du futur, Maïsadour construit l’agriculture de demain
Lors de d’une journée de démonstrations, d’échanges et de partage autour des innovations et tendances qui feront l’agriculture de…
Un foyer d’influenza confirmé dans un élevage en plein bassin de Loué
«Un cas d’influenza aviaire vient d’être détecté en Sarthe dans un élevage de canards situé dans la commune de Mézeray», a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon