Aller au contenu principal

Enseignement
Deux équipes de l’Agrocampus 64 en course pour le TIEA 2023 à Paris

L’épreuve organisée dans le cadre du Salon international de l’agriculture se tiendra du mercredi 1er mars au dimanche 5 mars.

Composée de sept élèves de terminale CGEA du LPA des métiers de la montagne d’Oloron, cette équipe de l’Agrocampus 64 présentera Jouers, vache de race Béarnaise et sa velle Thézy.
© T.L - Le Sillon

Organisée dans le cadre du Salon international de l’agriculture à Paris, la 22e édition du Trophée international de l’enseignement agricole (TIEA) revêt cinq principaux objectifs. Le premier est de valoriser le travail réalisé dans les établissements d’enseignement agricole pour la formation des élèves. De plus, cette épreuve vise à valoriser l’enseignement pluridisciplinaire (notamment les langues étrangères) tout en renforçant le partenariat entre enseignement et professionnels.

Enfin, le TIEA a la vocation de promouvoir l’élevage bovin dans les exploitations pédagogiques des établissements d’enseignement agricole et de donner une image moderne du métier d’éleveur. Ce trophée se déroulera ainsi en quatre épreuves : la communication (rédaction d’un article de presse sur un thème imposé), la manipulation d’un bovin en toute sécurité, la présentation sur le ring et la notation du comportement des apprenants sur le salon. La première épreuve est préparée dans le cadre de l’établissement, les trois suivantes se dérouleront quant à elles sur le SIA.

«Une tradition»

Cette année, deux équipes de l’Agrocampus 64 vont participer aux épreuves. Après une absence ces dernières années, le lycée d’Oloron renoue avec le TIEA. Composée d’Anna Bonnaventure, Bertrand Esprabens, Yan Géraut, Olivier Iriart, David Laffitte, Marie Laguierce et Élodie Loustau, cette équipe d’élèves de terminale CGEA du LPA des métiers de la montagne d’Oloron présentera Jouers, vache de race Béarnaise et sa velle Thézy.

Sollicité par le chef d’exploitation, le groupe a accepté de relever le défi. «C’est une fierté de présenter une Béarnaise, typique de nos trois vallées. Le chef d’exploitation et un professeur nous ont aidés en partie à construire notre article de presse, on a commencé à dresser la vache avec notre professeur de zootechnie M. Larre, on a fait des démarches pour récolter des fonds. La présentation se fera en anglais.»

Promouvoir le métier d'éleveurs bovins

La seconde équipe de l’Agrocampus 64, avec Navarre, vache Blonde d’Aquitaine et son veau Galant, est formée de six étudiants en BTS PA du Legta de Pau-Montardon. Il s’agit de Lucas Adoue, Mathis Bies-Péré, Dorian Crabos, Lise Curutchet, Guillaume Lacaze, Gaël Richard. Cette équipe d’enfants d’agriculteurs se prénomme La belle et ses bêtes. «La belle agriculture qu’on essaie de représenter et ses bêtes, dans notre cas, les bovins allaitants. Le TIEA est une tradition pour Montardon et on veut essayer d’apporter notre pierre à l’édifice», expliquent-ils. Avec l’aide des professeurs, le groupe s’est mis au travail en s’appuyant sur sa diversité pour se répartir les rôles (rédaction de l’article, mise en scène, dressage de la vache et du veau, recherche de financement…). Leur présentation se fera en espagnol.

«Sur ses différents sites, l’Agrocampus 64 propose 35 à 40 formations diplômantes chaque année ; on ne forme pas que des agriculteurs mais on peut être fiers de tous ces jeunes quand on voit comment ils se préparent à manipuler ces vaches et à défendre les couleurs de l’Agrocampus à Paris, se félicite son directeur, Guy Sommer. Chapeau à nos jeunes qui, j’en suis persuadé, vont nous ramener de super prix !»

Thierry Ladevèze

Portes ouvertes : le lycée agricole de Pau-Montardon s’ouvre au public le samedi 28 janvier

À l’occasion de l’ouverture de Parcoursup, le site Agrocampus 64 de Montardon ouvre ses portes au public pour toutes ses formations post-bac (7 BTSA, 5 CS et 2 Licences Pro) en agriculture, agroalimentaire, aménagements paysagers, analyses biologiques, animation des territoires, le samedi 28 janvier de 9 h 00 à 13 h 00. «Beaucoup de jeunes, filles et garçons, issus ou non du milieu agricole, viennent chercher une qualité d’enseignement dans l’Agrocampus et passent par nos établissements pour se préparer à poursuivre leurs études», indique Guy Sommer. Et Sandrine Mirassou, la proviseure adjointe du lycée de Montardon d’ajouter. «Les études supérieures ne sont pas une fin en soi : la plupart des jeunes vont poursuivre vers des parcours (école d’ingénieur, prépa…), c’est pour cela qu’on invite les jeunes, du lycée et de l’extérieur, à venir découvrir nos formations lors des portes ouvertes du 28 janvier et à se positionner au plus vite.»
Participation sur rendez-vous. Inscriptions au 05 59 33 56 05

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

La race Bazadaise poursuit sa dynamique dans les Landes
Le président du syndicat des éleveurs landais de la race Bazadaise, Paul Dussau, évoque la dynamique de la race et les événements…
Deux équipes de l’Agrocampus 64 en course pour le TIEA 2023 à Paris
L’épreuve organisée dans le cadre du Salon international de l’agriculture se tiendra du mercredi 1er mars au dimanche…
PAC : Contrôle par satellite et droit à l’erreur
Avec la programmation 2023-2027 de la PAC, la France va mettre en œuvre le système de suivi des surfaces en temps réel (3STR) en…
sabrinamartinezliserocca_etudiantes_laurentduffau_professeur_legtamontardon
Une nouvelle génération d’étudiants tient à des valeurs essentielles
Étudiantes à Montardon, Sabrina Martinez et Lise Rocca envisagent de s’installer dans l’élevage même si leurs parents ne sont pas…
file-Les chasseurs pourront continuer à prélever les nuisibles responsables des dégâts sur les cultures.
Le plan chasse dévoilé par le gouvernement
Après de nombreuses années de polémiques, le gouvernement entend mettre un peu d’ordre dans la pratique de la chasse. Il a, pour…
Egalim 2 : les exemptions à la contractualisation obligatoire précisées
Deux décrets du 26 décembre précisent les conditions des exemptions à la contractualisation écrite obligatoire au 1er janvier. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon