Aller au contenu principal

Aux Terres de Jim, Macron annonce un pacte de renouvellement et d’avenir

À l’occasion de sa visite le 9 septembre sur la fête agricole Terres de Jim, organisée par les Jeunes agriculteurs, le président de la République a promis des soutiens publics renforcés dans deux dossiers : la gestion des risques et le foncier.

Emmanuel Macron a fait le déplacement le 9 septembre dans le Loiret, sur la fête agricole Terres de Jim.
© Actuagri

«Je souhaite une mobilisation de tous au service du renouvellement des générations et au service de la souveraineté agricole et alimentaire», a annoncé le président Emmanuel Macron, en rendant un vibrant hommage à la résilience du monde agricole au cours des deux dernières années, notamment pendant la crise du Covid et depuis le début de la guerre en Ukraine. «N’oublions pas tout ce que nous devons à l’agriculture», a-t-il déclaré, regrettant que beaucoup soient «retournés à leurs vieilles habitudes».

S’il donne quitus aux lois Egalim «grâce auxquelles on a évité des drames (…)», le Président de la République a prévenu : «On va appliquer avec fermeté, on va mobiliser, et je suis prêt à ce qu’on change encore les choses si nécessaire», a-t-il lancé. Le chef de l’État qui a, par ailleurs, mis un terme au débat sur les critères de l’assurance récolte (Assurance récolte : Macron rend les derniers arbitrages) a pris l’engagement que les contrôles seront renforcés envers certaines grandes enseignes, car «l’alimentation a un prix», a-t-il martelé.

Réaffirmant que la souveraineté alimentaire «passe par l’eau», il entend «sanctuariser la ressource en eau pour l’agriculture» et a invité «à dépassionner le débat».

Faciliter la transmission

Emmanuel Macron a surtout esquissé les grandes lignes de ce que sera la future loi d’orientation agricole qui devrait être rédigée avant la fin du premier semestre 2023. Si les mécanismes sont déjà en place pour défendre le revenu agricole, armer l’agriculture contre les aléas climatiques et faire face aux grandes transitions, «nous avons encore deux défis devant nous : celui de la souveraineté alimentaire et le mur démographique. Deux défis qui arrivent au pire moment en raison de l’inflation, du dérèglement climatique et parce que les revenus ne sont pas là», a-t-il dit.

Ce qu’il appelle le «pacte de renouvellement et d’avenir» s’appuiera sur quatre piliers. Tout d’abord celui de la formation et de l’information. Il compte ainsi déployer 20 millions d’euros (M€) du fonds Compétences de France 2030, pour «soutenir l’innovation pédagogique dans nos établissements». Il propose aussi la création d’un statut d’expert associé au sein des établissements «car l’enseignement agricole a besoin de compétences extérieures».

Le deuxième pilier s’intéressera à «faciliter la transmission» et visera à «renforcer le dialogue entre les générations», avec le double objectif de «donner de la visibilité et d’anticiper les transmissions».

L’installation, le foncier, l’accès aux terres constituent les fondements du troisième pilier. «Il nous faut aider les jeunes pour que le ticket d’entrée soit soutenable». D’où l’idée d’Emmanuel Macron de mettre en place un fonds Agriculteurs du vivant qui serait doté de 400 M€ pour faciliter le portage du foncier.

Ce même fonds servirait aussi les jeunes agriculteurs à réinvestir dans leur outil de production notamment lorsqu’il reprend une exploitation où le cédant n’a rien investi depuis plusieurs années. L’objectif recherché est la rentabilité de l’entreprise. «Ce troisième pilier est le pilier clé», a martelé Emmanuel Macron.

«Nouvelle révolution»

Enfin quatrième et dernier pilier : la transition et l’adaptation au climat. Partant du principe que les jeunes ne pourront pas s’installer dans les mêmes conditions (économiques, agronomiques, climatiques, etc.) que leurs aînés, le chef de l’État veut leur donner de la visibilité. «Je veux aider les nouveaux entrepreneurs du vivant à participer à cette nouvelle révolution», a-t-il affirmé.

Concrètement, ce quatrième pilier s’appuiera sur une cartographie des territoires qui permettra de mieux identifier les évolutions climatiques et d’adapter les cultures. «C’est pourquoi il faut poursuivre l’investissement dans la recherche pour avoir une vision à 20/30 ans», a ajouté Emmanuel Macron. Ce dernier pilier passera aussi par la mise en place, avec les chambres d’agriculture, d’un «stress test climatique» intégré au parcours d’installation et par la rémunération des puits de carbone et des énergies renouvelables.

Avant même cette future loi d’orientation agricole, à laquelle les organisations agricoles et les collectivités locales seront associées, la loi d’urgence éponyme annoncée fin juillet par le gouvernement contiendra un volet agrivoltaïsme et méthanisation.

Christophe Soulard

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Le Sillon

Les plus lus

file-D’après les professionnels français, un nouveau contingent de plusieurs milliers de tonnes à droits de douane réduits risque fort de fragiliser le marché hexagonal et de faire «disparaître des éleveurs».
MHE : des permanences pour remplir les demandes d’aide

La chambre d’agriculture et le GDS organisent des permanences jusqu’au mardi 5 mars.

MHE : les élevages bovins qui ne sont pas déclarés foyer seront aussi indemnisés

Un fonds d’urgence de 50 millions d’euros va accompagner le dispositif de prise en charge déjà en place et prolongé jusqu’au…

L'agriculture attire encore les jeunes

Le Comité territorial installation transmission (COTI) a dressé le bilan 2023 de l’installation dans le département. La…

Les éleveurs bovins viande en quête de clarifications

Respecter Egalim pour dégager du revenu, obtenir de la reconnaissance et avoir des perspectives. Réunie en congrès, la FNB a…

Prim’Holstein : David Biarnes jugera à Paris pour la deuxième fois

L’éleveur landais installé à Grenade-sur-l’Adour a été sélectionné pour juger le concours des Prim’Holstein dans le cadre du…

Les bovins landais sont partis pour Paris

Les éleveurs des Landes ont fait partir leur animaux participants au Concours général des animaux du Salon international de l'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 98€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site du Sillon
Consultez le journal Le Sillon au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal du Sillon